BILOCATE - Summoning The Bygones (Code666/Season of Mist) - 02/10/2012 @ 07h58
Souvenez-vous, début 2011, VS vous faisait découvrir les Jordaniens de BILOCATE par le biais de la chronique de Sudden Death Syndrome et d’une interview passée inaperçue. Le groupe a depuis connu une certaine évolution, toujours dans l’ombre malgré la signature chez Code666 et de nouvelles ambitions. Et 4 ans après la sortie initiale de Sudden Death Syndrome (disponible à l’origine dès 2008 en Jordanie), voici enfin le second album de BILOCATE. Second, troisième album ? Doit-on considérer l’autoproduit Dysphoria comme un véritable premier album ? Summoning The Bygones va de lui-même éluder la question car en réalité… ce n’est pas vraiment un nouvel album ! En effet, ce disque est tout simplement constitué d’un réenregistrement complet de tous les morceaux de Dysphoria, complètement réarrangés (l’un d’eux a même changé de nom : "Hypia" pour "Days of Joy" à l’origine), avec l’ajout d’une cover de PARADISE LOST ("Dead Emotion", qui figure sur Gothic). Un vrai-faux nouvel album en définitive, surtout que bien évidemment BILOCATE va ici donner une nouvelle dimension à ses vieux morceaux.

Et après un Sudden Death Syndrome très orienté Doom/Death atmo, BILOCATE va un peu changer son fusil d’épaule en pratiquant sur Summoning The Bygones un Death progressif redoutable, qui ne néglige pas les riffs. Rien d’étonnant quand on sait que Dysphoria était presque Black-Metal par moments (avec une prod inécoutable), et que l’évolution du groupe tendait alors vers quelque chose de plus atmosphérique avec Sudden Death Syndrome. Un retour en arrière salutaire surtout que le doom/death du précédent album n’était pas totalement convaincant. Inutile de comparer un à un les morceaux avec leurs versions d’origine, prenons plutôt Summoning The Bygones pour ce qu’il est. 72 minutes (!) de Death progressif un chouïa oriental sont au programme, parfaitement équilibré entre rythmiques souvent efficaces et passages plus atmosphériques, à grand renfort de claviers, de breaks semi-acoustiques ou de leads mélodiques. Tous ces éléments nous donnent un album homogène, globalement plus « rapide » que le précédent bien évidemment.

Du coup de bien bons riffs parsèment Summoning The Bygones, dès l’épique et rentre-dedans "The Tragedy Within" en guise d’ouverture, puis au sein du très fouillé "A Deadly Path" (avec des trémolos furieux et même des blasts, le tout se calmant juste pendant les breaks) ou encore avec "2nd War in Heaven" et ses rythmiques terribles. Du reste, on retrouvera le plus doom "Beyond Inner Sleep", des morceaux plus atmosphériques et semi-acoustiques comme "Passage" et le début de "Hypia" illuminé par le chant clair de Dan Swanö (qui est en guest sur l’album) et le piano, avant que le groupe n’aligne des parties Metal aux montées particulièrement épiques. Summoning The Bygones se termine par l’ambitieux "A Desire to Leave" qui atteint quasiment 20 minutes, et qui a été séparé en 3 parties pour être abordé plus facilement. Le groupe a mis toutes ses forces dans cette bataille finale, qui est cohérente de bout en bout, mais qui n’apporte rien de plus que ce qui a déjà été proposé dans le reste de l’album, si ce n’est de nouveaux riffs de premier choix et une autre intervention de Dan Swanö (dans la 3ème et dernière partie, "…of Living"). Enfin, la cover de "Dead Emotion" (placée en 5ème position du disque) est fidèle à l’orginale, mais passée à la moulinette moderne de BILOCATE, avec des solos de partout.

Des solos et leads, ça il y en a, et le guitariste soliste a tendance à être un peu bavard. Le chant, oscillant toujours entre un registre guttural et hurlé, ne s’est pas amélioré depuis Sudden Death Syndrome, mais rien de bien grave. Les morceaux sont longs et il faut s’y faire (surtout que l’album est dans son ensemble peu varié), ce qui donne à nouveau quelques breaks interminables ("The Tragedy Within", "A Desire to Leave"). Mais tout ceci ne sont que de petits défauts anecdotiques qui empêchent juste Summoning The Bygones d’être un album parfait, prétention que le groupe jordanien n’a pas de toute façon, surtout qu’il ne faut pas oublier que ce sont des réenregistrements. Avec un son aux petits oignons (à nouveau mix et mastering par Jens Bogren), ce « nouvel » album de BILOCATE saura convaincre sans trop de mal les amateurs de Doom/Death progressif avec une forte composante mélodique (solos et claviers compris) et un travail constant sur les atmosphères, souvent superbes. Le fer de lance de la scène Metal du Moyen-Orient nous a sorti un bien bon disque, il ne leur reste plus qu’à confirmer avec de nouvelles compos !

http://www.bilocate.net - 160 visite(s)

Bandcamp - 102 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 11959




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker