BENEA REACH - Possession (Spinefarm/Season of Mist) - 01/07/2013 @ 08h41
Respect.
Oui, respect, car même en 2013 il faut avoir de grosses couilles pour proposer un album qui cumule un certain nombre de « tares » propices à faire hurler le métalleux poilu. Echantillon de ce qu’on peut trouver de répréhensible dans Possession, le 3ème album des norvégiens de BENEA REACH :
- Du Djent, encore proche de MESHUGGAH en plus
- Un panel de chants qui tend vers le screamo bien criard et le (plus ou moins mauvais) post-hardcore
- Du chant clair bien sirupeux, en plus accompagné de chant féminin tout aussi galvaudé
- Des paroles qui donnent dans l’apocalyptique niaiseux ("Desolate", "Constellation") où qui sonnent carrément influencées par la culture Twilight ("Woodland", "Nocturnal"), avec quelques strophes frisant le ridicule (« So spread your wings and fly once again… »)
- Des incursions de mélodies qui sentent le Metal mélancolique scandinave (« à pucelles » pour ses détracteurs), y’a même un peu de violon
- De nombreux breaks très post-metal rose bonbon (sans trémolos toutefois), voire légèrement électroniques
- Une pochette un peu kitsch (car un loup, c’est toujours kitsch) et des zicos qui posent fièrement en chemises à carreaux sur la backcover.

Autant dire qu’avec un tel étalage, cet album ne pouvait être que génial. Et le pire, c’est que c’est le cas ! Les VSeurs se souviennent peut-être de BENEA REACH parce que leur précédent album, Alleviat (qui date d’il y a tout de même 5 ans), avait été sabré ici même par Crown_Me (comme il sait si bien le faire). J’avais personnellement découvert le groupe avec cet album (je n’ai jamais réussi à apprécier Monument Binothean découvert après coup) et je l’avais trouvé tout à fait correct, n’étant pourtant pas du tout amateur de tout ce qui est Post-Hardcore et assimilés. Mais BENEA REACH, c’est tout de même un peu plus que ça, et dès Alleviat le groupe avait su trouver sa personnalité, Djent avant l’heure même si les norvégiens n’en font pas à proprement parler. Un Math-Metal lourd et prenant, on a envie de dire « à la scandinave » lorsque l’on voit ce que ceux-ci font maintenant (VILDHJARTA en tête). Mais en 5 ans, beaucoup de choses ont changé, et BENEA REACH a évolué à sa manière et presque totalement en marge des djenteries. On passe d’un environnement froid et clinique à une forêt ensoleillée par l’aube. Le virage est déroutant et c’est sûr, n’arrivera pas à convaincre tout le monde.

Les riffs syncopés souvent écrasants sont toujours de la partie et de côté, BENEA REACH est en forme. Leur chanteur Ilkka également, nous abreuvant toujours de ses vocaux rauques alternés avec des hurlements à divers niveaux d’aigu, en plus d’un chant clair tout en retenue. Cette base est donc la même qu’Alleviat mais pour le reste, des changements ont été opérés et surprennent. L’atmosphère est beaucoup plus lumineuse, les mélodies se taillent la part du lion, les breaks atmo sont nombreux, et des passages sont limite WTF aux premières écoutes. Ne serait-ce que le chant clair qui déboule souvent sans prévenir, ou ce chant féminin inattendu. Dès que Possession débute avec le très à-propos "Woodland" et malgré son intro post/électronique, on a l’impression d’entendre un groupe de mélodoom finlandais qui jouerait sur 7-cordes accordées assez bas. Déconcertant, et on comprend bien vite que Possession jouera la carte d’un Metal soft qui est juste contrebalancé par la lourdeur des plans polyrythmiques et les chants agressifs. Mais, contrairement à tous les préjugés que l’on peut avoir et une première impression mitigée, ça fonctionne à presque 100% et cet album est une grosse surprise.

Après ce "Woodland" au ton inédit pour un groupe assimilé « Math-Metal » (mais très bon et prenant), les brûlots vont s’enchaîner. La mixture proposée par BENEA REACH est osée, mais le résultat est à vrai dire excellent. "The Mountain" est la piste la plus rentre-dedans de Possession et est d’une efficacité à toute épreuve. "Desolate" propose des rythmiques et des sonorités géniales, et on se prend à apprécier l’alternance chant clair masculin/féminin qui suit, pourtant niaise à souhait. Les norvégiens ne se roulent pas non plus dans un champ de fleurs roses, et leur Post-Math Metal demeure sombre avec "Nocturnal" (même si le refrain est cool), "Fallen" (même si le refrain est niais) ou encore le bien nommé "The Dark" avec un chant très oppressant. Ilkka se lâche d’ailleurs sur Possession sans partir dans tous les sens, montrant une nette progression après Alleviat : il s’égosille à merveille sur l’épique (et très musclé sur sa fin) "Empire" et le reste de sa performance est tout à fait remarquable, pour peu qu’on arrive à encaisser ses écarts de voix. Derrière lui, le groupe parvient à assurer grâce à des morceaux parfaitement contrastés et équilibrés, en témoignent "Crown" avec un début percutant puis une suite plus introspective, "Shedding Skin" et surtout le final "Aura" qui débute avec du chant féminin avant d’aligner les riffs coup-de-poing.

Alors il faut bien avouer que ce que propose le groupe, et la façon dont il a évolué après Alleviat, risque d’en faire fuir plus d’un. Possession propose un Math-Metal redoutable dans l’ensemble, mais des éléments « particuliers » comme les nombreuses incursions atmosphériques, les chants clairs (et féminins) et surtout les bidules Post-Mélo-Meshug-Screamo-core divers et variés feront saigner les oreilles de certains. Mais au final ça ne pose aucun problème, sauf si la limite de tolérance de l’auditeur est basse. BENEA REACH peut bien avoir tous les défauts d’une certaine frange du « Metal », mais multipliez du négatif un nombre pair de fois et vous obtiendrez du positif. Le groupe a osé, Possession est un album parfois exagéré (les paroles sont à éviter si on a plus de 17 ans), mais il est facile de tomber sous le charme car l’ensemble est carrément convaincant, bien goupillé et réussi, dans une ambiance originale et personnelle. Les riffs sont accrocheurs (quoiqu’un peu répétitifs), le chant est entraînant (pourtant j’ai le style screamo en horreur), la prod décoiffe et au bout Possession est un excellent album. Un album qui ne plaira pas à tout le monde c’est sûr, je ne pousserai pas le vice jusqu’à le mettre en sélection mais pour moi il vaut bien son sacro-saint 17, c’est un disque que j’ai énormément fait tourner depuis sa sortie sans m’en lasser. Un condensé de trucs qui horripilent bon nombre de métalleux, mais au bout un album génial pour ceux qui sauront l’apprécier. Respect!

http://www.beneareach.com - 111 visite(s)

The Mountain (clip) - 108 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 16.99/20 | Nb de lectures : 15889




Auteur
Commentaire
Meridian
Membre enregistré
Posté le: 01/07/2013 à 11h14 - (108052)
Wow déjà 5 ans que j'avais découvert ALLEVIAT totalement par hasard (erreur de clic sur Youtube) et qu'il avait ensuite pas mal squatté l'autoradio de ma première bagnole ; je me souviens encore d'un pote qui avait cru à du Soilwork repompé en écoutant certains riffs... VS ça ne nous rajeunit jamais...

J'ai écouté les 3/4 de POSSESSION à sa sortie et je l'ai trouvé bon sur le coup, ils enchaînent effectivement les tares et ta note va probablement faire hurler mais ils apportent un truc "frais". Les influences sont nombreuses mais donnent un ensemble très bien bâti autour de morceaux accrocheurs à souhaits et on prend plaisir à écouter ça (et c'est ça qui compte, non ?)

Simplement là il faudrait que je me rafraîchisse un peu la mémoire avant de commenter plus en détails et pas dire de la merde, mais en tout cas leur recette, perso, me botte bien.



Zero
Membre enregistré
Posté le: 03/07/2013 à 20h28 - (108086)
...je les suis depuis Monument Binothean et je trouve que ce groupe n'a cesse de se distinguer et de s'améliorer à chaque opus. Dans la chro précédente, on les comparait beaucoup au Textures/Meshuggah du pauvre mais pour ma part et bien qu'ils utlisent également les breaks et strucures polyrytmiques, ce groupe se rapproche beaucoup + du courant post-core à la Cult of Luna (ou post-metal)...bref, des voix des criardes typiques alternant le gros rauque qui tache et les aigues (mais pas réellement screamo pour ma part) ...ces passages aigus étant beaucoup moins systématiques et mieux agencés qu'auparavant...gros travail également sur les ambiances "permafrost"...pour moi, un des albums métal/hardcore de l'année...cote largement méritée...







Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker