BEEHOOVER - Primiive Powers (UnUnDeux) - 10/06/2016 @ 07h03
Dans la vie, ya les mecs qui se mettent à neuf pour jouer des ballades sirupeuses ou du rock vaguement metal et puis ya des gars qui se mettent à deux pour faire un boucan de tous les diables. Les allemands de BEEHOOVER sont de cette veine là. « Primitive Powers » porte parfaitement son nom. C’est de la puissance, c’est primitif mais attention, un peu classe quand même. On est plus dans une optique à la Pigs/Melvins/Black Cobra (pour citer un autre duo bien destructeur) quand dans un War Metal à la Impiety.

BEEHOOVER est basiquement un groupe de heavy rock granuleux et sauvage mais pas que. Parce que quand même, le duo allemand enrobe tout ça d’une belle couche de stoner grassouillet et d’une petite touche de noisy ou d’avant-garde rock. En gros, ce serait une bande de primitifs allemands fans de beatdown qui se seraient mis en tête de jouer de la noise rock vaguement arty qui sonnerait comme du Clutch reprenant les Melvins. Le tout sans guitare mais avec une basse aux sonorités d’une richesse incroyable et une batterie qui balance un feu nourri ininterrompu. Puis une voix bien sur qui, aux premières écoutes, peut agacer mais qui au fur et à mesure des écoutes, dévoile une étrange diversité. « Millwheels of Being » par exemple avec ses lignes de chants à la Hangman’s Chair. Il y a quelque chose du groupe parisien dans ce duo allemand qui aime brouiller les pistes, se faire influencer par tout le monde mais ne ressembler à rien d’autre qu’à lui-même.

La voix toujours offre quelques réminiscences EddieVedderiennes lors des passages les moins énervés qui, rassurez-vous n’occupent qu’une minorité de ce disque qui est en grande partie guidé par un noise rock bruitiste et puissant mais un peu affaibli par une production pas folichonne et manquant un peu de volume. Pour que ça claque vraiment, faut monter la son de sa chaîne. « Light My Pyre » de son côté se permet, sans crier gare d’envoyer un plan doom avec des cris primaux qui viennent casser la dynamique d’un morceau qu’on pensait bien installé sur les rails du stoner rock grassouillet. Le duo nous refait le coup sur le titre de clôture « My Artillery » en envoyant un gros passage metal avec beuglement presque « hardcore » hyper efficace et primitif. Encore une direction inattendue qui confirme qu’on on est dans un album qu’il est difficile de résumer mais qu’on trouvera quelque part dans la nébuleuse qui sépare Alice In Chains de Clutch et Clutch des Melvins. Tracez une droite entre chacun de ces axes, ça donnera un triangle, prenez le centre de ce triangle et pas trop loin, vous trouverez BEEHOOVER, c’est tout ce que je peux dire de mieux sur cet album surprenant mais qualitativement assez inégal.



Ecouter. Telecharger. Acheter. - 60 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 14/20 | Nb de lectures : 5516




Auteur
Commentaire
Mith
IP:90.53.81.14
Invité
Posté le: 10/06/2016 à 18h43 - (120381)
Je préférais l'album avec le lapin.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker