BASTARD FEAST - Osculum Infame (Season of Mist) - Selection VS du 03/10/2014 @ 08h52
"Osculum infame" n'est pas le titre d’un obscur gonzo où un gynéco roublard maltraite sans ménagement les orifices de ses patientes, aidé dans sa (que)quête par un instrument souillé de selles malodorantes (ça, c’est "Speculum infame", dispo en streaming et sans crack sur uterus-freak.ru).
"Osculum infame" est un rituel de sorcellerie à l'issue duquel notre Hecate tombe raide dingue de la raie du malin, cet élan d'intimité annonçant dans la foulée le début des réjouissances charnelles aka Sabbat. Voilà qui, à n’en point douter, et au vu de la pochette où un vil hérétique expie ses pêchés sur le bûcher, plante un parfait décor pour les agissements de nos cinq gaillards de l'Oregon BASTARD FEAST (ELITIST dans une vie précédente).

"A tant vouloir y croire on y croyait plus"
Non. Et pourtant si. Exit l’orientation moite et marécageuse du premier album "Fear in a handful of dust" qui s’engluait tête baissée dans un sludge bien goudronneux et boursouflé d’écrasants mid-tempos. Sludge qui, s’il constituait le fil conducteur d’une galette un brin poussive, n’en restait pas moins de qualité. Mais de nombreuses écoutes attentives n'y faisaient rien : cet album ne confirmait pas le potentiel maléfique et destructeur que l’on avait entrevu sur les débuts discographiques du groupe. Et voilà que sans crier gare, BASTARD FEAST remet aujourd’hui le couvert de la plus belle des manières en balançant un hardcore-metal crasseux, noirâtre, parfaitement maîtrisé sur lequel vient se greffer un enrobage crust/grind des plus virils. Celui-là même qui flattait méchamment les esgourdes sur le premier EP. A la différence près qu’il évolue désormais vers un son étouffant et convulsif qui pique autant à CONVERGE qu’à CURSED ou BLACK BREATH et à la clique hirsute hébergée par le père Bannon sur son Dessouiche. Alors oui, je vois venir d’on œil torve les puristes qui brameront que la prod’ ne sonne pas aussi raw et crustillante qu’aux prémices du groupe. Mouais. Peut-être. Mais sur "Osculum infame", celle-ci se fait plus subtile…et n’en demeure pas moins massive, compacte et puissante.

"Eteins la lumière. Montre-moi ton côté sombre"
Noir c’est noir. BASTARD FEAST annonce la couleur dès le premier titre, "Bloated City", frondeur et maléfique. Le chaos n’a pas besoin d’introduction, il se délecte d’une tornade de blasts et d’un break brontosaure judicieusement calé après une première minute cauchemardesque. Tendez la noreille, ça fait mal hein ? Attendez, ça ne fait que commencer. "Old Father" déboule dans la foulée. Un morceau qui n’aurait pas dépareillé sur le dernier CONVERGE, feeling hysterichaotique oblige. La pression monte. "The rats through our veins" prend un malin plaisir à se parer de relents black pour mieux perforer l’étrier. Puissant. Son final est terrifiant, passant de la cinquième à la première en quelques secondes. Mais ce n’est rien comparé à ce qui vous attend sur "The serpent spoke", qui aligne tout ce qui est possible et imaginable en terme de sauvagerie black, death, crust, n’en jetez plus la coupe est pleine. Pas grave, on va bien trouver de la place pour caler "Watchful defiler" et ses riffs bien malsains qui instaurent un climat de terreur digne d'une musique de fond pour papa Fritzl, lorsque celui-ci prenait plaisir à martyriser, torturer et confiner sa pauvre gamine dans un sous-sol humide et hostile.
BASTARD FEAST, voilà un patronyme qui n’a jamais été aussi à propos, tant la déculottée promise dès les premières minutes se transforme en fist profond et douloureux au fur et à mesure que celles-ci défilent. La section rythmique, schizophrène, enfile des riffs gros calibres et dissonants sans jamais baisser la garde, le batteur est d’une précision redoutable, à l’aise sur tous les tempos. Mais à n’en point douter c’est le brailleur en chef Joshua Greene qui rafle ici la mise tant ses vocalises haineuses tapent dans le mille, évoquant un combat meurtrier entre un leprechaun colérique et un ours en rut. Grunt tiens.
Humez à pleins naseaux ces relents de décomposition : que cela fleure bon la tripaille avariée. Vous en voulez encore ? C’est par ici que ça se passe…

"Regarde les ombres qui errent"
Wrest (LEVIATHAN) et Stevie Floyd (DARK CASTLE, TAURUS) contribuent à ce final crépusculaire qu’est "Synthetic messiah" en apportant leur lot de borborygmes inhumains sur le seul titre qui renvoie au précédent glaviaud éructé sous la forme d’ELITIST. Un final terrifiant qui clôture l’album façon rigor mortis. Une lente et menaçante procession d’âmes perdues qui défilent dans un froid glacial et une atmosphère funèbre. N’attendez pas une seconde de plus, embarquez à leur côté pour une dizaine de minutes tourmentées et crépusculaires qui vous glaceront sang, lymphe et bile avant de les figer pour l’éternité.

"Cette petite aventure va tourner en déconfiture"
38 minutes plus tard, le constat tombe, implacable, BASTARD FEAST frappe fort. Très fort, avec cet "Osculum infame" qui promet son lot de sensations noires et tourmentées à ceux et celles qui oseront y fourrer leurs chastes oreilles.

You have been warned.




Rédigé par : TarGhost | 17/20 | Nb de lectures : 11932




Auteur
Commentaire
senior canardo
IP:94.199.125.58
Invité
Posté le: 03/10/2014 à 11h54 - (113837)
moi ça me fait penser a un aura noir qui aurait echangé son coté thrash en un coté HxC en plus sale ! en tout cas comme dirait Redman : "let's get dirty !"

void
IP:62.201.135.246
Invité
Posté le: 03/10/2014 à 16h34 - (113846)
Marrant, moi c'est Trap Them que ce disque m'évoque, notamment le dernier.
Pas forcément original donc, mais fichtrement efficace!

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 03/10/2014 à 17h08 - (113848)
Woua citer du Axel Bauer dans une chronique pas mal ;)

Ca a pas l'air mal en tout cas comme disque, je vais m'y pencher dessus





veliki circus
IP:80.215.160.64
Invité
Posté le: 03/10/2014 à 22h32 - (113851)
Aaah voilà 1 kro qui rend justice a ce skeud énorme,ce qui n'est pas le cas de celle de vos copains de thrashocore (j'y ai posté 1 com aussi). J aime!

IkeA
Membre enregistré
Posté le: 04/10/2014 à 08h55 - (113855)
Uhuhuh...



daminoux
Membre enregistré
Posté le: 04/10/2014 à 10h12 - (113856)
moi je suis plutôt du coté des déçu... j'avais beaucoup aimée le coté très sludge du précédent. pourtant album commence bien avec un morceaux de folie mais aprés il tombe trop dans le converge/crust/black comme on en attend beaucoup. après je suis très friand du style c'est pour ça aussi. pour ceux qui ont aimé le coté sludge écouté coffinworm....



Jus de cadavre
Membre enregistré
Posté le: 06/10/2014 à 17h47 - (113880)
Ca bastonne sévère, le premier est bon mais assez indigeste quand même... J'ai du mal à me l'enfiler d'un coup quoi.
J'essaierai celui ci !

tarnow
Membre enregistré
Posté le: 08/10/2014 à 17h55 - (113915)
J'ai testé le bandcamp du groupe, je ne suis pas fan du style, ça part trop dans tous les sens.

Par contre, chapeau bas : super kro.
PS : pas trouvé uterus-freak.ru sur google :)



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker