AZAVATAR - Azavatar (Art of Propaganda) - 27/08/2015 @ 07h20
Premier album éponyme pour les allemands d’Azavatar, leur BM à fort relents doom participe d’un genre finalement assez peu répandu et où les têtes d’affiches n’en sont plus vraiment (Forgotten Tomb par exemple).

Histoire de se démarquer, Azavatar a choisi de débuter ses titres par la lettre K : Kult, Kaos, Kurse, Krest et Krypt. N’y vois pas là le signe d’une organisation fascisante mais juste une envie d’élitisme propre au style, sans doute…

Les cinq titres, qui oscillent entre 7 et 14 minutes, passent en revue l’intégralité de la panoplie du black : accélérations dévastatrices (la fin de "Kurse", le départ de "Krypt"), ambiances dissonantes ("Kult") comme la totalité des gimmicks doom, lourdeur et ralentissements pachydermiques inclus (l’enchaînement de la fin de "Kaos" avec le départ de "Kurse" par exemple). Le résultat est agréable, assez peu décontenançant. La lourdeur se marie bien avec la dissonance des passages les plus black ; la voix tantôt hurlée, tantôt profonde s’harmonise sans difficulté. La rythmique – plutôt doom – révèle sa puissance à l’occasion des passages les plus blastés, qu’un son profond met bien en valeur ("Kaos").

Bon, il faut aussi être honnête. Si les compos sont bien construites, si de petits arrangements discrets viennent agrémenter la musique (les petits lead à 3’20 sur "Kaos" par exemple), le contenu des titres ne permet pas toujours de maintenir l’attention de l’auditeur sur la durée. La faute à certains plans convenus ou à des longueurs un peu trop nombreuses. La faute encore à un certain nombre de répétitions inutiles, une fois la recette comprise (sur "Kurse", où les mélodies arrivent un peu tard, vers les 7’, brisant une certaine monotonie).

Ces défauts sont d’autant plus regrettable que les structures sont travaillées et les changements de rythme nombreux (sur "Kurse" par exemple ou encore sur "Krest"). L’alternance de plans rampants et d’accélérations meurtrières est bien dosée car chaque partie est parfaitement exécutée et s’enchaîne de façon idoine (le mid-tempo de "Krest" qui s’étire tout en dissonances entêtantes et en lourdeur sur plus de 4 minutes avant d’exploser en courtes accélérations ultra brutales ; le départ ultra brutal de "Krypt" et la décélération tout aussi brutale qui suit).

Azavatar ne manque pas d’arguments. Sa musique est équilibrée et présente des atouts pour tout amateur de BM puissant qui ne renie pas les ambiances plus lourdes, tournées vers le doom, plus rampantes et plus sournoises. Un album solide.



http://www.facebook.com/AZAVATAR - 91 visite(s)

Soundcloud - 85 téléchargements


Rédigé par : Raziel | 14/20 | Nb de lectures : 7519




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker