AT THE GATES - At War With Reality (Century Media) - 29/10/2014 @ 07h16
Youpimatin (le vrai fan pas content) :
Bon, je ne vais pas vous faire l'affront de vous présenter AT THE GATES, leur carrière ainsi que leur influence sur toute une partie de la scène actuelle, juste rappeler que le groupe a splitté en 1996 juste après avoir sorti le magistral "Slaughter of the Soul" sorti fin 95.
Partir comme ça, la tête haute, c'est vraiment la classe à l'état pur et quand le groupe l'a fait, ils ont non seulement imposé le respect (ainsi qu'un certain standard de qualité) mais également placé la barre encore un peu plus haute pour ceux qui se risqueraient à vouloir marcher dans leurs pas. Et on a vu le résultat ! Même DARK TRANQUILLITY et IN FLAMES ont vogué vers d'autres rivages...
Alors forcément, quand fin 2007, le même line-up responsable dudit chef-d'oeuvre revient aux affaires en annonçant une palanquée de dates pour les festivals de 2008, le fan ne peut que se réjouir et se frotter les mains tout en attendant le disque qui scellera ce retour et ce, même si les déclarations d'alors pouvaient se montrer assez pessimistes quant à l'écriture d'un nouveau chapitre. A cet sujet, Tompa a même répondu (dès le retour annoncé) "Aucun nouvel album ne sera enregistré. L'héritage laissé par "Slaughter of the Soul" demeurera intact. Ce serait fun d'écrire à nouveau ensemble, mais ça ne se fera pas sous le nom d'AT THE GATES".
Des fois, faudrait rester cohérent par rapport à ce que l'on dit parce qu'aujourd'hui "At War With Reality" est là et bien là.
Et de conseiller à Mister Lindberg de soit tenir ses promesses, soit arrêter de raconter n'importe quoi. Parce qu'en l'état, l'héritage est un brin souillé et oui, ils auraient dû changer de nom.

Une pochette énigmatique, 13 titres pour 44 minutes, une production signée Fredman, un mixage et mastering par Jens Bogren.
Ok, mais et la musique là dedans ? Bon, comment rester poli et respectueux d'un groupe que l'on suit depuis ses débuts et qui tient une place certaine dans votre panthéon musical personnel ? Hein oui comment ?
Tout simplement, en conseillant de ne surtout pas écouter cet album !
C'est bien simple, de tous les écueils à éviter pour pondre un pétard mouillé, aucun ne vous sera épargné. Et l'impression d'un beau gâchis se fait tenace car aucun titre ne décolle jamais vraiment et surtout différentes parties font immédiatement penser à tel ou tel titre du groupe, comme si les musiciens, pour assurer leurs arrières, avaient voulu jouer la sécurité en assurant un bien joli "fan service". Là, c'est juste raté, car à côté de la plaque.
J'en veux pour preuve le break de "Death and the Labyrinth" (à 1'20'') qui est le même que celui que l'on trouve au tout début de "World of Lies" et des exemples comme ça, cet album en regorge !! Tiens l'arpège qui introduit "The Night Eternal", il ne serait fortement pas inspiré de "Into the Dead Sky", par hasard ? Et votre oreille sera attirée plus d'une fois par des sonorités plus que familières même si plus sombres (l'accordage est plus bas cette fois ci) qui ne manqueront jamais de vous ramener 20 ans en arrière. Un peu comme si ce nouvel album était une sorte de version moins chiadée, plus sombre de leur chef-d'oeuvre intemporel et historique. Sauf qu'ici, c'est plat et fade ; même les soli ne sont pas inspirés (un comble !!) et la voix si caractéristique de Tompa peine parfois à convaincre tant elle semble un peu fatiguée. Bref, quand ça veut pas, ça veut pas.

Dans les commentaires postés sous la news mise en ligne pour présenter le clip de "Death and the Labyrinth", l'ami Drum7777 écrit "ça joue avec le frein à main". Je ne peux qu'y souscrire en me permettant de rajouter que ledit frein à main appartient à une voiture sans moteur, posée sur des agglos et oubliée dans un quelconque 5e sous-sol d'un parking de la Défense que plus personne ne prend la peine de surveiller.
Vous l'aurez compris, il n'y a rien à retenir ni à sauver de cet album qui a quand même, pour lui, l'unique qualité de permettre au "Surgical Steel" de CARCASS de se positionner là en tant que "fan service assumé et bien fait". Si tant est qu'il en avait besoin d'ailleurs.
Cet album se révèle alors tel qu'il est, à savoir une bien belle coquille vide qui n'est rien d'autre qu'une pauvre excuse pour avoir de quoi repartir en tournée. Dans le fond, pourquoi pas mais quand on splitte sur un "Slaughter of the Soul", on ne revient pas avec un tel album. Jamais.

P.S : Il existe une version limitée contenant deux titres bonus qui ont pour particularité d'être non pas ajoutés à la fin comme cela s'est toujours fait, mais d'être directement intégrés dans le track listing. Le titre 09 devenant alors le titre 11. Ah oui, et comme l'album, ça ne vous fera pas relever la nuit, tellement ces titres sont plus qu'inutiles...
Note : 09/20


ZeSnake (le faux fan content) :
Je dois commencer ma chronique par un habituel disclaimer, vous le savez je suis le False de service… et par-dessus tout un sale jeune (enfin je commence petit à petit à vieillir). Aussi, et bien qu’ayant débuté par le genre mélodeath dans mon exploration du Metal « extrême », je n’ai jamais été un énorme fan d’AT THE GATES, que je n’ai bien évidemment pas découvert à sa glorieuse époque, et les autres grands noms du mélodeath gothenburg gardent ma préférence pour la période du milieu des années 90. Ce n’est donc pas vers un Slaughter Of The Soul que je me dirige de prime d’abord lorsque je veux me farcir un album de mélodeath nineties des nineties. Je respecte le groupe, je trouve même cet album « légendaire » bien bon, mais à vrai dire je lui ai toujours préféré Terminal Spirit Disease, plus mélodique et moins répétitif aussi, même si des "Blinded by Fear" ou autre "Nausea" font leur petit effet. Aussi la reformation d’AT THE GATES ne m’a fait ni chaud ni froid, surtout que je ne suis pas le genre à écumer les grands festivals… Quant à la perspective d’un nouvel album, bah, pourquoi pas, mais je n’allais pas tout miser là-dessus.

Mais ce retour annoncé d’AT THE GATES dans les bacs est intéressant pour moi à un certain titre. Je suis friand de tous les groupes qui se la jouent revival mélodeath 90’s, groupes bien rares au milieu de tous ces fichus groupes « modernes » abusant de chants clairs et de synthés. Et qui mieux qu’AT THE GATES pour reprendre là où les choses s’étaient arrêtées en 1995 ? On n’imagine pas les frangins Björler et Lindberg revenir pour faire de la soupe mais bien pour remettre en avant un son traditionnel, celui qui aurait du perdurer en lieu et place des nombreux virages et revirages de IN FLAMES et SOILWORK. Voilà une formation de légende qui pourrait compléter ma « collection » de mélodeath nineties notamment représentée par le trident ENGRAVED DISILLUSION (qui va peut-être prendre un virage discutable lui aussi…) - FRACTAL GATES - FALLEN JOY, opérer un retour en force, un vrai « grand nom » qui ferait du « vrai » mélodeath au milieu de ces jeunes qui ont compris ce qu’est le bon son mélodique suédois. Uniquement alléché sur le papier dans un premier temps, je suis ensuite bien vite tombé à genoux devant le court teaser du single-titre : c’est dit, AT THE GATES va réussir un retour fracassant et surtout, va nous livrer un album de mélodeath 90’s pur et dur, ce que je recherchais avant tout.

Et en ce qui me concerne, la mission est remplie et de la plus belle des manières. Tout simplement par le biais d’un album génial de mélodeath nineties, avec ses tubes, ses riffs, ses mélodies, et surtout son « authenticité » qui transpire par tous les pores de cet At War With Reality. Pas de chant clair foireux, pas de synthés en mousse, juste des putains de rythmiques thrashy et des somptueuses mélodies, portées par un unique chant arraché comme au bon vieux temps. Par rapport à ses précédents efforts qui remontent 20 ans en arrière, je ne sens absolument pas de facilité chez AT THE GATES, même si bien évidemment ce style de mélodeath reste classique et sans chichis inutiles. Slaughter Of The Soul était un album assez agressif et At War With Reality me semble plus varié, laissant une bonne place aux mélodies pour donner un équilibre parfait, bref plutôt qu’un Slaughter Of The Soul bis j’y trouve plus le chaînon manquant entre Terminal Spirit Disease et Slaughter Of The Soul, ce qui sied finalement le mieux à cet AT THE GATES v.2014. Un AT THE GATES qui n’a pas non plus cédé au passéisme et ainsi la production plus moderne est tout à fait excellente et parfaitement adaptée à At War With Reality, qui a réussi un vrai tour de force, en livrant un album de mélodeath 100% traditionnel mais remis au goût sonore du jour. Un son qui pète bien et qui va mettre en valeur les compositions du groupe, qui pour moi a été parfaitement inspiré pour livrer du « true » mélodeath.

S’il y a des petites auto-repompes, je les ignore et je passe même l’éponge dessus car comme dit je ne suis pas un fondu de AT THE GATES à la base et je suis loin de connaître tous leurs morceaux sur le bout des doigts. Rien ne viendra donc me gâcher le plaisir de déguster les 11 putains de morceaux (plus une intro et un interlude) de At War With Reality. "Death and the Labyrinth", un des morceaux les plus rentre-dedans de l’album, surprend d’emblée et se révèle comme un sacré bon opener au fil des écoutes. AT THE GATES ne prend pas son temps, il va droit à l’essentiel. Je trouve d’ailleurs pour ma part que le chant de Lindberg est tout à fait excellent et adapté à ce mélodeath traditionnel, je n’étais pas trop ami avec son chant criard d’époque mais ici son chant hérité de ses travaux avec DISFEAR et THE CROWN est juste mortel et entraînant, donnant une leçon à pas mal d’imitateurs de seconde zone qui négligent totalement l’organe vocal. "At War With Reality" est juste le tube ultime de cette galette, les riffs sont accrocheurs à souhait et la mélodie centrale est inoubliable. AT THE GATES s’amuse ensuite à sortir les gros riffs de derrière-les-fagots et la réussite est totale : les rythmiques centrales de "The Circular Ruins" sont justes énormes (et effacent sans peine les légères longueurs de ce morceau), pareil pour "The Conspiracy of the Blind" (une pépite de mélodeath du début à la fin), "Eater of Gods" et "Upon Pillars of Dust" cartonnent un max pour la dernière partie du disque. Mais avec At War With Reality AT THE GATES a trouvé son équilibre en effaçant pour moi la linéarité de Slaughter Of The Soul. Les mélodies ont bonne place sur l’ensemble de l’album et émaillent surtout les tueries de mélodeath que sont "Order From Chaos" et "The Head of the Hydra", deux hits à la fois percutants et prenants. "The Night Eternal" va alors clôturer en toute beauté (cette mélodie, rhâ lovely) cet album qui pour moi tient toutes ses promesses, notamment celle de proposer la perfection en termes de mélodeath 90’s.

Il n’y a alors rien à jeter dans cet At War With Reality, sauf peut-être le poussif "Heroes and Tombs", et bien que "The Book of Sand (The Abomination)" soit intense mais assez classique il s’intègre très bien à l’album au fil des écoutes. En revanche il est vrai que les bonus "The Language of the Dead" (plutôt cool pourtant) et surtout "The Skin of A Fire" sont dispensables, et les 44 minutes de l’album simple se suffisent à elles-mêmes. AT THE GATES a donc opéré un retour discographique en fanfare, ne s’étant pas contenté du photocopiage de Slaughter Of The Soul mais bien en proposant un album varié et équilibré, à la gloire du tout puissant mélodeath, puriste mais s’intégrant parfaitement dans les productions sonores des années 2010. Sans se réinventer, AT THE GATES a-t-il donc fait du fan service ? Pour moi et surtout en comparaison avec le Surgical Steel de CARCA$$ qui avait refait Heartwork en moins bien, la réponse est clairement non. At War With Reality est plus subtil qu’il n’y paraît, mais si déjà vous vous attendiez à ce que AT THE GATES fasse du pur AT THE GATES, inspiré et sans trop céder à la facilité, je pense que vous serez conquis (il est de toute façon difficile de savoir quel accueil aurait eu un album « différent » et un album de mélodeath de ce genre n’ira forcément jamais chercher très loin). Mais c’est mon avis et rien n’est moins sûr car cet album divise déjà, chacun verra de quoi il en retourne selon ses exigences mais en ce qui me concerne AT THE GATES ne se moque de personne, a fait son disque de mélodeath traditionnel remis au goût du jour mais-pas-trop avec sincérité et passion. Et surtout avec talent car ce qui compte pour ma pomme, c’est que cet album aligne les hits de mélodeath nineties, les pures rythmiques accrocheuses, les magnifiques mélodies et les terribles lignes de chant, et de ce côté At War With Reality est pour moi une satisfaction totale voire une surprise retentissante tant je n’attendais rien de ce retour. Les portes sont rouvertes, allez-y sans plus attendre !
Note : 17/20


..::Ju::.. (le vrai fan content) :
AT THE GATES... Putain, j’ai presque du mal à réaliser...
Leur grand retour, ce n’est tout de même pas tous les jours qu’on vit un truc pareil.

Retour scénique, dans un premier temps, pourvoyeur en bonnes vibes, promesses d’un futur radieux pour le groupe et les fans. Après plusieurs années d’inactivité, la magie continue d’opérer. Réentendre les classiques qui ont bercé mon adolescence, interprété par des quadras simplement heureux d’être là, fut pour moi un réel plaisir.

Après moult démentis, en début d'année, la grande nouvelle : le groupe va bel et bien sortir un nouvel album ! Simple plaisir de jouer encore ensemble, opportuniste mercantile, challenge personnel ? Franchement, j’en sais rien, et je m’en bat le steak.
ATG gagnera toujours moins de blé de toutes façons en sortant un excellent album, qu’un Slipknot qui sort une grosse bouse adoubée par les médias.

... Un nouvel album d’AT THE GATES ! 19 après l’excellent et cultissime ‘Slaugher Of The Soul’, AT THE GATES sort donc son nouvel album... Rarement j’ai ressenti une telle fébrilité lors d’une première écoute ; trop impatient, j’ai dû attendre plusieurs écoutes, dans différents contextes, pour mieux appréhender cet album.

Premier constat : AT THE GATES est en forme.
Second constat : ‘At War With Reality’ n’est pas un pétard mouillé, loin de là !
At War With Reality’ est, simplement, un très bon album de Death Melodique, reléguant à des années lumières les autres groupes.
Certes, certes, du riff a coulé sous les mediators depuis 1995, et l’état de grâce du groupe à cette période n’est plus le même. Le contexte non plus. Nous non plus…
Certes, jamais l’intemporel ‘Slaughter Of The Soul’ ne pourra être égalé.
Mais, malgré quelques ressemblances avec le passé, ‘At War With Reality’ propose un excellent album, rempli ras la gueule de riffs mélodieux ultra catchy.

Sans trop se prendre la tête, le groupe a opté pour un mix intelligent entre son passé et son présent. Reprenant les choses là où il s’était arrêté, AT THE GATES nous propose 11 titres ultra efficaces, catchy, dynamiques et headbanguants.
Headbang : voilà le maitre mot de ‘At War With Reality’. Le mode de composition reflète l’intelligence et l’expérience des mecs, les variations de structures et l’assise rythmique irréprochable exploitent à merveille l’art de rendre les titres accrocheurs et variés.
En témoignent les excellents ‘The Book of Sand’ et ‘The Conspiracy Of The Blind’.

Contrairement à Youpi, je trouve au contraire que les morceaux décollent plutôt bien, et alternent avec une certaine réussite le dynamisme headbanguant du MidTempo avec celui plus incisif des passages rapides. Les rifs, les soli, sans être éblouissants, sont juste ultra efficaces. Inutile de jouer au jeu de la comparaison, le passé est le passé. Et les riffs ici sont amplement convaincants, véhiculant l’identité du groupe à l’aide d’accords et de soli à la fois mélodieux et hargneux.

Au rang des regrets, bien peu de choses, finalement. Je trouve que le groupe a peu moins la gnak qu’avant, c’est vrai. Non pas dans les rythmes, toujours parfaitement équilibrés entre rapidité et lourdeur, mais plus dans le tempérament. AT THE GATES est un peu moins fou, un peu plus structuré, un peu moins hargneux. Et, c’est vrai, certains soli sont un peu trop mous, presque trop faciles. Mais malgré tout, cela sonne bien, la magie opère toujours.

AT THE GATES est au-dessus du lot, techniquement, qualitativement et musicalement. Qu’importe le ressenti, AT THE GATES reste le patron de cette scène Death Melodique.
Quant à placer ‘At War With Reality’ sur l’échiquier des meilleurs albums dans ce style… seul le temps nous le dira. Perso, en tout cas, pour un grand retour, je n’en demande pas plus, je suis conquis.
Note : 15,5/20



http://atthegates.se - 156 visite(s)


Rédigé par : Youpimatin & ZeSnake & ..::Ju::.. | 13.83/20 | Nb de lectures : 14167




Auteur
Commentaire
matthew_hopkins
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 07h56 - (114403)
Album très poussif malheureusement...



Arioch91
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 08h42 - (114404)
Je passe mon tour. J'ai gardé un bon souvenir de Slaughter sans qu'il soit pour moi un incontournable.

Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 08h43 - (114405)
J'avais bien accroché au titre présenté dans les news. Mais l'album en entier, même si il est bien fait, reste trop plat. On retrouve la patte ATG, c'est certain, mais ça ne décolle jamais. Pas à chier, mais pas génial.

#teamdesdéçu



JTDP
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 09h25 - (114406)
Ecouté que deux fois pour l'instant, mais mon premier sentiment a été de me dire : "OK, les boss sont de retour..." Pour moi (et pour l'instant) c'est un très bon cru. Catchy à souhait, hargneux, mélodique avec une production à la hauteur : du tout bon pour moi.

#teamdescontents





lolo
IP:92.103.133.164
Invité
Posté le: 29/10/2014 à 09h25 - (114407)
Pas encore assez écouté, mais pour l'heure je trouve que rien ne ressort vraiment, sans que cela ne soit désagréable pour autant. Musicalement, comme le dit ZeSnake (et le chanteur en ITW), c'est le chainon manquant entre TSD et SOTS. Et comme SOTS est quand même très différent de ses prédécesseurs (j'ai découvert la discographie d'ATG dans le sens inverse, donc je ne vous raconte pas le choc en écoutant les vieux albums), ça fait bizarre à l'oreille.

En revanche,je tiens à féliciter les trois rédacteurs : sacré travail d'analyse, d'argumentation et très bonne idée de faire valoir ces différents points de vue !

matthew_hopkins
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 09h52 - (114408)
De toute façon même à l'époque je trouvais ce groupe vraiment surcoté. "Slaughter of the soul" était très bon (mais pas un chef d'oeuvre), et le reste était vraiment anecdotique.

Gégé
IP:90.2.190.99
Invité
Posté le: 29/10/2014 à 10h03 - (114409)
Je ne peux qu'encourager à "persévérer" sur cet album. J'ai eu un peu de mal au début, déçu à la première écoute (je suis un grand consommateur de leur musique, que j'écoute depuis la sortie de SotS).

Bref ce n'aurait pas été At the Gates, je ne pense pas que j'aurais cherché plus loin. Mais en insistant un peu, y'a quand même des tueries sur cet album: Circular Ruins, the Head of the Hydra, The Book of Sand et surtout l'incroyable ambiance qui se dégage de The Night Eternal, qui se hisse dans mon top 10 d'AtG.

Pour moi un excellent cru donc, le retour d'un groupe culte (et là pour une fois l'adjectif n'est pas exagéré).

Après c'est clair que quand tu vois des gars dirent que la disco d'At the Gates est "anecdotique", c'est clair que celui là ne leur plaira pas non plus...

drum7777
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 10h06 - (114410)
vrai fan également et je ne peux même pas dire que je ne suis pas content mais triste et terriblement déçu ce qui est pire pour moi. 2couter cet album a été une purge jusqu'a la fin ayant même fait des avances rapides, ce que je n'aurai pensé faire sur du at the gates. Plat, mou, peu inspiré, répétitif. Ca me fait penser à un cormoran qui veut s'envoler mais qui s'est fait mazouter la gueule auparavant. Il est dur d’écouter at the gates en occultant slaugher of the soul et le reste, ce qui rend cet album sans saveur, et je suis d'accord avec l'ami youpimatin le groupe aurait du changer de nom, j'ai beau être matinal mais là j'ai mal...



Maxgrind
IP:2.8.140.218
Invité
Posté le: 29/10/2014 à 10h25 - (114411)
Très bonne chro. Ayant à peu près le même profil que l'ami ZeSnake, je suis en parfait accord avec lui. Il a parfaitement résumé ce que je pense de cet énorme At War With Reality.

#teamdescontents #teamZeSnake

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 10h28 - (114412)
Malheureusement on attendait sans doute trop du groupe et de son retour. C'est le cas souvent quand des reformations sont attendues, et on en espère souvent trop au final ...

C'est le cas avec cet album, pas mauvais en soi, mais c'est plat et ça a beaucoup de mal à décoller. Un manque d'idées et d'inspiration qui est vraiment regrettable.



matthew_hopkins
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 13h12 - (114417)
L'album de Carcass est quand même autrement plus convaincant.

Yolo
IP:88.163.100.110
Invité
Posté le: 29/10/2014 à 13h23 - (114418)
10/20 comme pour le dernier Carcass. C'est passable mais ça sonne comme une pale copie sans inspiration du glorieux passé.

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 13h54 - (114421)
Pour répéter mon commentaire d'hier soir sur la news, il s'agit d'un album "sympa sans plus". Quand j'ai lancé le CD dans la caisse j'ai d'abord été conquis puis j'ai perdu toute concentration après 4 titres (remarque j'étais déjà deg de cette intro nullissime mais peu importe).

On passe facilement d'un riffing catchy et recherché (deux parties du second titre en particulier ; titre éponyme entier ; ruines circulaires machin ; "book of sand" truc) à de la merde trop easy pour un tel groupe ("Heroes and Tombs" et la plupart des autres mais je n'ai plus les noms). La voix, quant à elle, est faiblarde et sent la pharyngite à plein pif... ça nuit à l'efficacité globale des morceaux et c'est fort dommage. Et pour finir la production est assez austère (notamment la batterie).

Pour l'instant je lui mets 12/20 car un tel album reste supérieur, malgré ces défauts, à 90% des sorties qu'on m'inflige depuis 2 ans.



Floyderz
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 15h35 - (114422)
#teamdescontents direct!
Une écoute plus approfondie de la chose me fait pencher plutôt en faveur de cet album. Ce n'est pas l'opus du siècle, mais on a là une très bonne galette de Death mélo garanti 100% swedish. Forcément, avec un tel groupe! c'est clairement du fan service, mais il est assumé.
Après il est évident que ceux qui attendaient une suite encore meilleure que Slaughter of the soul doivent faire la gueule.
Est ce parce qu'il est moins bon, ce qui reste d'ailleurs un jugement subjectif, qu'il ne fallait pas le sortir?
Eh, ça reste de la zic' hein! on est pas en train de parler de l'avenir du monde...




panzerfaust
IP:83.76.147.180
Invité
Posté le: 29/10/2014 à 15h56 - (114423)
ZeSnake : +1

gothenburg
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 20h08 - (114426)
grand consommateur de death melo, mais at the gates ça restera pour moi les deux prem's après le reste - has been - et de plus, ce mec se rendra jaamais compte qu'il saoul plein de monde avec sa manière de chanter qu'il aurait pu étoffer un peu avec le temps mais il n'en est rien.


Après chacun ses goûts, mais aujourd'hui ça souffre de la comparaison avec des MPE ou du Cypher System

Yolo
IP:88.163.100.110
Invité
Posté le: 29/10/2014 à 20h24 - (114428)
Apprends à écrire, on comprend rien ! L'école c'est pas fait pour les chiens bordel. Le chant de Tompa est le seul truc parfaitement en place dans ce groupe, espèce d'ignare inculte !

Gates
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 21h21 - (114431)
L'album est bien plus subtil qu'il n'y parait au premier abord.
Je suis hyper fan de At The Gates tout en étant bien conscient que jamais ils ne ressortiront un SOTS. Donc un album aussi bien foutu me fait personnellement hyper plaisir



hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 30/10/2014 à 00h21 - (114433)
Mmmmhhh, clairement pas du niveau de Slaughter, mais largement au dessus de la masse des sorties actuelles, à voir si je me laisse tenter...

un gay
IP:88.171.74.231
Invité
Posté le: 30/10/2014 à 18h40 - (114442)
Grand fan, je suis déçu........

schrissse
Membre enregistré
Posté le: 31/10/2014 à 23h59 - (114463)
Le dernier The haunted est 15 fois mieux que cet album. C'est poussif, chiant et sans aucune conviction. Et franchement le dernier Carcass sans être la tuerie de la décénnie, enterre tranquille ce disque. Déçu complet. Dommage.



schrissse
Membre enregistré
Posté le: 01/11/2014 à 00h03 - (114464)
Et puis ces sons de caisse claire plastique je peux plus...



Krakatau
Membre enregistré
Posté le: 01/11/2014 à 10h54 - (114468)
Cassage de mythe!

tarantino60
IP:88.121.42.109
Invité
Posté le: 01/11/2014 à 13h12 - (114471)
Pas mal cet album d'ATG, surtout lorsque l'on voit ce que les frères Björler nous ont pondu sur le dernier THE HAUNTED !!! du coup je n'étais pas rassuré... mais finalement cet opus tient la route. Bon d'accord il y a moins d'intensité que dans Slaughter. La question peut on faire mieux ? je crois pas !!!

Yolo
IP:88.163.100.110
Invité
Posté le: 01/11/2014 à 16h21 - (114473)
ça fait bizarre à dire mais le dernier The Haunted enterre totalement cet album.

Godfroid
IP:109.210.143.146
Invité
Posté le: 02/11/2014 à 11h45 - (114475)
Et sinon il est bon cet album?

H77
Membre enregistré
Posté le: 02/11/2014 à 12h03 - (114476)
Un très bon album. J'en attendais beaucoup, sans être très rassuré, entre un premier single un peu basique et auto-caricatural, une com ratée (les interviews fumeuses sur le réalisme magique...) et de premières écoutes décevantes. Car il ne s'agit pas d'un album qu'on aime sur les 2-3 premières écoutes. Il se grave dans le cerveau au fil des réécoutes, et finit par faire très mal. Certains morceaux sont vraiment excellents: The circular ruins, The book of sand, The head of the hydra, Eater of gods (cette fin jouissive...) et le sublime The night eternal. On peut évidemment le trouver en retrait par rapport au monument Slaughter of the soul, car il est moins pêchu. Il est aussi plus sombre. C'est vrai aussi qu'il y a un peu plus de remplissage, surtout sur la première moitié. Mais bon quel album actuel atteint la qualité de SOTS? Achat obligatoire pour qui aime le groupe.



Seb On Fire
Membre enregistré
Posté le: 03/11/2014 à 15h02 - (114489)
Pas convaincu perso. Y'a pas de hargne, ça déroule gentiment sans riffs vraiment mémorable. Le début (les 3-4 premiers morceaux) est bien après ça tombe dans la routine...vite écouté, vite oublié, c'est dommage.

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2014 à 00h25 - (114499)
Moins catastrophique que ce a quoi je m'attendais. Le probleme, meme s'il y a beaucoup de bonnes idees, est la manque de rythme et le fait que cela ne decolle jamais. Vite ecoute vite oublie, en effet

CROM
IP:92.129.250.205
Invité
Posté le: 04/11/2014 à 18h18 - (114507)
Parfaitement d'accord avec Jason et son manche.

Slayergod
Membre enregistré
Posté le: 05/11/2014 à 22h16 - (114526)
Album décevant très quelconque pour un groupe de ce niveau surtout après le retour monstrueux de carcass j'y croyais. Dommage



schrissse
Membre enregistré
Posté le: 06/11/2014 à 20h11 - (114547)
Jme suis ré-écouté SOTS et jme suis dis que fallait quand même y rejeté une oreille mais c'est clair. C'est loupé. Ca fait chié quand même.



RunForestRun
Membre enregistré
Posté le: 06/11/2014 à 22h28 - (114554)
Je n'ai jamais été grand fan d'At The Gates, je me retrouve donc d'autant plus dans les commentaires qui parlent de pétard mouillé.

ATG était déjà le groupe suédois le plus surestimé des années 90, le voilà re-propulsé sous les feux de la rampes et, tel la promesse épique d'un superbe match de football entre deux équipes majeur, on se retrouve avec un petit truc chiant comme une pile d'assiettes sales à laver.

Ça commence pourtant bien avec un intro en espagnol qui fera son petit effet en ouvertures des prochains concerts du groupe et d'un death and the labyrinth dont le second riff rape bien la gueule avec ce son de guitare sec et gonflé au mercure (la plus grande réussite de l'album). La production reste aérée malgré la faible dynamique, Jens Borgen est quand même un type talentueux.

Quelques bons moments parsèment cet album relativement quelconque en 2014, mais tout cela demeure terriblement routinier. Et puis la voix de Tomas Lindberg... Faut aimer... Ce qui n'a jamais été mon cas.



RunForestRun
Membre enregistré
Posté le: 06/11/2014 à 22h33 - (114555)
Au passage, à quand la possibilité d'éditer ses posts ? Parce que ça ferait moins saigner les yeux si je pouvais corriger mes fautes après coup...

Zlag
IP:88.162.206.11
Invité
Posté le: 10/11/2014 à 08h57 - (114637)
Vous vous attendiez à quoi sérieusement ? Après 19 ans, les mecs ont vieilli, leurs goûts musicaux et leurs oreilles aussi, ils ont roulé leurs bosses dans différentes formations etc. Vous croyiez vraiment qu'ils allaient nous faire un SOTS bis comme ça, en claquant des doigts ? S'ils ont réussi à sortir SOTS à l'époque où il est sorti (précision importante), c'est qu'ils étaient totalement investis, jeunes et inspirés. Alors oui, ce dernier album n'est pas à la hauteur, ça manque de niak, ça joue avec le frein à main effectivement, sans parler de la production qui est plate, oui je le dis et le redis, la production est PLATE ! Mais à leur décharge, la musique reste bonne, et c'est plutôt l'interprétation, l'intention même qui n'est pas la bonne, sans parler de cette prod' molle du genou... Mais ça reste quand même sacrément plus écoutable que la majorité des bouses Death Mélo sorties depuis des années !


Seb On Fire
Membre enregistré
Posté le: 10/11/2014 à 09h19 - (114641)
Ce qui me dérange le plus dans ce disque c'est l'impression d'entendre un chanteur qui fait son truc et des musiciens qui font un autre truc.

Un groupe qui joue gentiment du mélodeath propre et carré (ce qui est effectivement le cas)et un Lindberg tout droit sorti d'un groupe de crust hardcore (ce qui est effectivement le cas aussi), dans le passé les deux s'accordaient parfaitement mais sur ce disque j'ai vraiment l'impression qu'ils ne se comprennent plus et reste chacun dans leur sphère. La musique s'est policée alors que le chant à connu le chemin inverse ce qui empêche les deux univers de vraiment se rencontrer.



L' animal
IP:85.4.160.97
Invité
Posté le: 10/11/2014 à 22h03 - (114664)
Toujours fandar de lire cette bande de moutons qui viennent écrire pour critiquer, se pleindre, etre déçus et recritiquer... Sa fait pitié ! C' est français cette mentalité je sais bien mais bon quand même !? Cet album c' est juste une tuerie et c' est ce qui peut se faire de mieux au jour d' aujourd' hui dans ce style, tellement ce style a été tiraillé et caricaturé. Retour triomphant tout comme celui de carcass ! C' est tellement facile d' aller comparer à un album qui est sorti il y a 19 ans et qui est devenu culte( en 19 ans alors évidament qu un nouvel album va pas devenir culte en 2-3 écoutes...), et après faire pleuvoir votre besoin inconditionnel de critiquer, d' être déçu, et même de vouloir qu' ils changent de nom !? Bande de suceurs...

The Night Eternal
IP:110.171.107.101
Invité
Posté le: 18/11/2014 à 09h22 - (114814)
100% d'accord avec L'animal.

Franchement vous voulez quoi ?! Cet album est clairement le meilleur album de melo death sorti depuis plusieurs années (style qui s'auto-caricature depuis des années maintenant). Alors oui, il a pas l'aura de SOTS, mais franchement allez jusqu'à dire que c'est une bouse.. faut vraiment avoir de la merde dans les oreilles.. !

Retour en grandes pompes, tout comme Carcass. 20 ans plus tard les mecs reprennent le taf là ou ils l'avaient laissé, et se placent à nouveau comme les boss – certes des boss qui ont veillis et assis sur leurs acquis, mais des boss tout de même, dans un style qu'ils ont largement contribué à bâtir !

Kairos
IP:86.220.170.39
Invité
Posté le: 22/11/2014 à 13h45 - (114903)
album molasson
ce matin je me réécoutais This This Hell de Dimension Zero, et ya pas photo, dans le genre melodeath sauvage, ca dépasse de loin cet album

ouarf
IP:83.157.2.160
Invité
Posté le: 25/11/2014 à 00h17 - (114926)
The Night Eternal, carrément d'accord avec toi !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker