ATSPHEAR - Redshift (Art Gates) - 17/04/2014 @ 08h21
Lorsque j’ai écouté les singles de cet album de ATSPHEAR je les ai trouvés plutôt bons. Et on dirait que le groupe a opté pour un concept spatial, ce qui m’enthousiasme toujours. Oh mais attendez. On dirait que Art Gates s’apprête à sortir un bon truc. Débouchez le champagne, sortez les drapeaux de l’Espagne, on va sortir klaxonner dans les rues.

Eh ben non, on remet le mousseux au frigo, on remballe les chiffons, on laisse la giff au garage, en fait cet album n’est pas fameux. Ce qui semblait être un bon disque de Metal prog futuriste d’avère juste être un banal disque de Metal mélodique, entre Heavy/Prog et mélodeath. Un bon disque de débutants malgré tout ? Raté, ce groupe madrilène existe depuis 2001 et Redshift est son troisième album, on repassera pour les erreurs de jeunesse. Un album dans la lignée de Children Of The Fields (2010), toutefois dénué de toute saturation un tant soit peu « extrême » pour laisser place à quelque chose de plus soft et posé.

Et finalement nous sommes bien en présence d’un groupe typé Art Gates car l’approximation est au rendez-vous et ce à tous les niveaux : la production n’est pas à la hauteur, leads (surmixés) et claviers (parfois bien kitsch) piquent les oreilles ; le chant typé Heavy/Prog est tout juste correct et les passages plus criés sont bien trop forcés ; l’ensemble à un fort air de déjà-entendu et les compos ne brillent ni par leur originalité, ni par leur niveau. Et surtout l’ensemble se tire bien trop en longueur (54 minutes d’album), la plupart des morceaux paraissent interminables même ceux qui sont courts, alors que dire de pistes comme "Empire" et "My Grave" (morceau de clôture un peu trop ambitieux) qui dépassent huit minutes avec breaks et solos qui n’exciteront personne…

Reste de belles idées, comme la jolie intro "Quantum", la ballade acoustique "Sand" qui se laisse agréablement écouter, et le superbe début de "Unknown Monsters" typé Post-Metal un peu spatial à la ATOMA. Moi qui m’attendais d’ailleurs à tomber sur un avatar un peu plus Metal de ATOMA qui serait au moins intéressant, je me retrouve avec un disque de Metal prog mélodique et gentillet très ennuyeux. Pas dégueulasse à t’en faire pleurer (ou plutôt rire), mais bon c’est encore un splendide disque anecdotique Made In España et Made In Art Gates. Et encore, même pas vu que Redshift est en réalité initialement sorti en 2012 sous la bannière de Zero Records (un nom prémonitoire ?), d’ailleurs ça me permet de passer outre la case « note » pour ce stuff qui de toute façon n’est pas ma tasse de thé en fait (oui moi et le Heavy mélodique, ça fait deux). Donc même si Redshift avait été un bon album Art Gates n’aurait pas eu le mérite de la découverte, et au bout ATSPHEAR n’est qu’une sorte de sous-VOYAGER qui ne restera pas dans les annales et n’a plus de marge de progression. Allez, rideau.



http://www.atsphear.com - 160 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | Réédición/ | Nb de lectures : 11090




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker