ATOMWINTER - Iron Flesh (Black Skull/Soulfood) - 18/11/2015 @ 07h29
En 1967 la grande Barbara faisait découvrir aux français la ville de Göttingen dans une de ses plus belles chansons, pourtant résumer cette grande commune de Basse-Saxe à la dame brune serait un peu léger, en effet en plus d’être une importante cité universitaire c’est aussi le fief des deatheux d’ATOMWINTER. Si ses membres sont tous des vieux briscards de la scène underground locale il faut attendre la formation du groupe en 2010 pour qu’ils apparaissent un peu dans la lumière suite à un premier opus (« Atomic Death Metal ») paru en 2012. Depuis la formation a vu partir un de ses deux guitaristes et surtout arriver un nouveau chanteur, pourtant cela n’altère en rien sa puissance bien au contraire car le nouveau venu est parfaitement convaincant et s’est intégré à la musique totalement old-school, car à l’instar de nombre de ses compatriotes le combo aime le son bien gras, lourd et monolithique influencé par BOLT THROWER et ASPHYX.

Du coup comme avec les groupes précités il ne faut pas s’attendre à de la branlette de manche ni morceaux de quinze minutes, car en à peine plus d’une demi-heure le quartet va à l’essentiel assénant riffs écrasants, tempo à la fois rapide et lent tout en conservant cette sensation d’écrasement jouissive et guerrière. Dotées d’une production bien massive et graisseuse à la suédoise (tout en y incorporant le côté sombre et froid finlandais) les neuf compos s’écoutent sans difficultés et passent absolument tout seul de la première à la dernière seconde. Car dès l’introduction mélancolique de « Mother of War » (où l’on peut entendre du violoncelle) on sent qu’on va passer un bon moment et en effet c’est le cas puisque qu’on trouve tout l’attirail addictif à savoir parties rapides et inspirées, quelques blasts distillés avec parcimonie, des parties plus lourdes où la double se fait présente, et le solo à l’arrache pour compléter tout cela… bref sans rien réinventer tout cela est bien en place et accrocheur. Si l’essentiel de cette galette est ultra-classique dans sa construction et sa vitesse générale (« Iron Flesh », « Purify the Spawn » ainsi que l’excellent et très groovy « Bloodcult » qui n’aurait pas fait tache chez GRAVE et DISMEMBER) les mecs savent aussi diversifier leur jeu (comme sur les très bons et variés « Mörser » et « Tank Brigade ») et sortir des passages presque doom (telle la partie centrale de « Another Pain » suffocante à souhait) afin d’aérer encore un peu plus l’ensemble.

Et même si le niveau général et l’accroche globale des morceaux n’atteignent pas celui des formations germaniques signées chez F.D.A. Rekotz force est de reconnaître qu’on a quand même un disque très réussi qui va amener de la notoriété au groupe et fait aussi secouer la tête car c’est bien là l’essentiel, et ceci confirme surtout que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes.




Rédigé par : GabinEastwood | 14,5/20 | Nb de lectures : 7254




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker