ATENA - Shades Of Black Won't Bring Her Back (Negative Vibe) - 21/01/2016 @ 07h14
En matière de Djent, les scandinaves ne font en général rien comme les autres, en témoignent VILDHJARTA, BENEA REACH dans une moindre mesure, et bien sûr MESHUGGAH les pères du genre, qui tout au long de leur carrière ont repoussé les limites. Même quand un groupe va donner dans un Djent bien bastos et basique, ça se fera à la manière scandinave, la manière tordue. C’est le cas d’ATENA, formation norvégienne existant depuis 2010. Après un premier album pas franchement mémorable (Of Giants, 2013), le groupe va passer la seconde avec Shades Of Black Won’t Bring Her Back, avec sa pochette nihiliste KICKBACKienne qui claque. Soyons francs, ATENA est plus proche d’un EMMURE que d’un MESHUGGAH, mais on est tout de même dans un niveau technique largement plus élevé que celui d’EMMURE, enfin en prenant en considération le fait que dès lors que l’on met plus de 3 riffs dans un morceau, on est généralement déjà bien plus technique qu’EMMURE. Avec un son triple épaisseur, ATENA est sans conteste un groupe qui a de grosses couilles et veut le montrer. Sorte de croisement entre STRUCTURES, LIFEFORMS, VILDHJARTA et (un (très) bon) EMMURE, le combo norvégien évolue dans un registre djent/deathcore assez voyou qui cogne dur, mais qui montre néanmoins qu’il a un cœur avec quelques refrains en chant clair. 9 pistes pour 7 véritables morceaux (avec tout de même une intro cossue qui nous fait rentrer dans le vif du sujet) et 26 petites minutes, c’est short pour un « album » mais ATENA va vraiment à l’essentiel. Les riffs syncopés bien balourds se multiplient ("Divorce", "Molly", "Viole(n)t"). Le chant est constamment partagé entre growls deathcore rauques et cris metalcore, pour le reste toutes les interventions de chant clair ou de chant wesh à la Frankie Palmieri sont assez ratées (mention spéciale au final mélo "Black Heart"), mais bon, ce genre de chose ne réussit que rarement dans le deathcore binaire dont ATENA s’inspire assez. Le plus intéressant reste donc le côté scandinave de l’ensemble, les quelques dissonances, les passages bien sombres, les moments d’ambiances étranges, l’inspiration des voisins de VILDHJARTA en somme ("Firstborn", "Child Support", "Molly", "Black Lungs"). Par rapport à Of Giants, ATENA a surtout progressé sur la forme mais ses progrès sur le fond sont encourageants. Cela ne suffit pas à faire de ce groupe une révélation, surtout que c’est son deuxième album et que zéro originalité, mais il y a pire et Shades Of Black Won’t Bring Her Back fait bien son office de petit album dans la moyenne du genre, avec des bons gros riffs lourds à la pelle, compensant ses fautes de goût par son côté « djent scandinave » qui fait mouche. Dans tous les cas, c’est toujours mieux qu’EMMURE mais en même temps, c’est facile de trouver mieux qu’EMMURE…




Rédigé par : ZeSnake | 14/20 | Nb de lectures : 7080




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker