AS IT BURNS – Mortal Dusk (Cold Blood Industries/Adipocère) - 12/11/2003 @ 09h35
Venant du vivier métallique hollandais de Groningen qui est en passe de devenir la capitale métallique des Pays Bas, AS IT BURNS nous propose déjà, avec ce « Mortal Dusk », son troisième album sans avoir marqué les mémoires par ses deux premiers opus. Si j’ignore la teneur de ces derniers, je sais qu’en ce qui concerne « Mortal dusk » nous avons ici un album digne d’intérêt. S’il fallait résumer par une simple étiquette la musique d’AS IT BURNS, je serais bien ennuyé pour en trouver facilement une qui lui convienne, tant leur style est un véritable brassage à la frontière de plusieurs genres. Peut être que le terme qui conviendrait le mieux serait un death/thrash/black avec des passages dark et atmosphériques. AS IT BURNS est une sorte de VRP multicarte qui a décidé de ne se limiter à aucun clivage défini pour mieux virevolter de l’un à l’autre en l’espace de quelques riffs. Les guitares ont des sonorités death/thrash à la IN FLAMES avec certains passages qui évoquent les tous débuts de DEATH (le riff d’intro de « Selective amnesia ») et d’autres frénétiques et typiques du black. Pour le chant c’est un peu la même pirouette puisqu’il va du bon vieux growling jusqu’au hurlement black. L’aspect dark et atmosphérique du groupe revient principalement au synthé et à l’utilisation assez originale qu’AS IT BURNS en fait. Si sur certains morceaux les nappes synthés sont uniquement présentes pour donner un peu de profondeur, d’amplitude à la musique, il en est tout autre pour le reste des titres. Sur ces derniers le synthé évolue avec un certain décalage et semble animé d’une vie qui lui est propre. AS IT BURNS propose ainsi des variations très originales voire presque incongrues comme c’est le cas sur le superbe « Eternal ». Imaginez un peu un titre death avec des refrains aux riffs furieux empruntés au black avec en toile de fond de rapides partitions de piano mélodiques qui contre-balancent parfaitement avec la brutalité du reste des instruments. Il y a aussi l’harmonieux « Suicide prophet », où AS IT BURNS passe avec une aisance désarmante d’une intro atmosphérique, à des riffs thrash avant d’enchaîner sur un break black tonitruant et de finir en revenant sur des riffs dans un style « made in Sweden ». Cette tentative de description peut sembler un peu confuse et laborieuse mais le résultat est pourtant bien là, une troisième œuvre séduisante où tout le monde trouve, en définitive, son compte. Cet amalgame aurait pu provoquer une bouillie incohérente mais l’enregistrement et la production, réalisés dans le même studio et avec le même producteur que GOD DETHRONED, confèrent un équilibrage quasi parfait de clarté et de discernement (à par la basse qu’on entend pas bézef ) Je précise tout de même que le vrai fil conducteur d’AS IT BURNS reste des guitares thrashy, ne vous attendez pas non plus à une vraie boucherie hyper brutale mais plutôt à un album tempéré ou l’accalmie, comme la tempête ne durent jamais très longtemps.
http://www.asitburns.nl/


Rédigé par : Tonton | 15/20 | Nb de lectures : 7153




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker