ASYLUM PYRE - Fifty Years Later (Massacre/Season of Mist) - 01/02/2013 @ 08h20
3 années se sont écoulées depuis la sortie du premier album de Asylum Pyre, « Natural Instinct? ». Depuis, le groupe compte dans ses rangs une nouvelle chanteuse, 'Chaos Heidi' et est signé sur le label allemand Massacre Records. Plutôt pas mal pour assurer au groupe une diffusion à plus grande échelle et franchement, c'est on ne peut plus mérité après le boulot abattu pour la réalisation de leur 2ème album, « Fifty Years Later ». Déjà sans avoir écouté une seule note, je dois dire que la pochette en elle-même donne envie. Très belle et colorée, elle trouve encore plus grâce à mes yeux une fois que l'on déplie l'avant et l'arrière du livret, aboutissant à une illustration magnifique. Ensuite, d'un point de vue musical, Asylum Pyre réunit tous les ingrédients pour proposer un album solide et passionnant, riche dans ses ambiances et ses rythmiques, souvent impeccable dans ses harmonies et exécuté par des musiciens irréprochables.

Ils ont la maîtrise dans la tenue des instruments, mais aussi Heidi, parfaite 'meneuse' et chanteuse via son timbre mélodique et énergique. Sa prestation sur « Dead in Copenhagen » a vite fait de me scotcher, la voix est juste, prenante, accrocheuse, sans pour autant qu'elle en fasse de trop. Musicalement, Asylum Pyre est plutôt à classer dans la catégorie heavy mélodique et progressif, puisque malgré une base heavy metal, les mélodies ne sont pas en reste et la facette progressive s'exprime notamment sur des titres relativement longs. C'est le cas du 'rebondissant' « Any Hypothesis », mini-voyage et petit délice musical avec ses échanges vocaux (growls et chant clair) en introduction. J'y apprécie aussi le break électro-acoustique à partir de 5 minutes, plein de délicatesse mais également le refrain final, sur lequel Heidi est bien soutenu avec la présence de chœurs. Autre grand moment un peu plus long que la moyenne, il s'agit du final mélancolique et émouvant, « Fifty Years Later », aux paroles très touchantes et qui doivent tous nous interpeller, bien qu'elles soient fortes pessimistes (et réalistes en même temps). Une conclusion absolument pas sans saveur, et au contraire marquante, d'un album qui auparavant nous avait déjà donné bien du plaisir à l'écouter.

Notamment le superbe « These Trees », aussi réussi textuellement que musicalement, son refrain est une petite perle dans le genre et amène ce titre parmi le top du top de l'album. Asylum Pyre n'a pas besoin d'écrire forcément des titres de plus de 6 minutes pour nous montrer l'étendue de sa qualité de travail d'écriture ; écoutez « The Herd » pour vous en convaincre, un morceau peu évident à appréhender, notamment en raison de ces différents organes vocaux présents : le chant habituel de Heidi, mais aussi une voix masculine, un timbre plus poussé et lyrique digne d'une chanteuse d'opéra, etc. Constat équivalent sur le quelque peu alambiqué « The Frozen Will », aussi enjoué que diversifié : présence plus ou moins accrue des claviers en fond sonore, multiples harmonies et lignes vocales, parties de double pédale accentuées à certains moments et donc variation des tempos. Le groupe privilégie les ambiances au côté plus direct du style et montre à l'auditeur qu'il n'écrit pas juste des titres faciles à mémoriser... comme peuvent l'être davantage un « Against the Sand » ou « Just Before the Silence » (quel refrain encore une fois !) placés entre les 2 pistes plus longues en fin d'opus, et qui sonnent donc forcément plus immédiates et étincelantes.

Chaos Heidi laisse le micro au guitariste Johann Cadot, le temps des 3 minutes de « Fisherman's Day », une sorte d'interlude posé et fort agréable pour les esgourdes, qui tient en une structure simple et permet à tout le monde de souffler un bon coup. J'ai beau faire le tour, je ne vois vraiment pas ce que je pourrais reprocher au groupe avec « Fifty Years Later ». Peut-être que les morceaux ne sont pas tous aussi bons et certains ont effectivement ma préférence, il y a bien quelques plans moins intéressants et réussis, mais ce serait vraiment chipoter ; donc oui « Fifty Years Later » est l'une des meilleures sorties françaises de la fin de l'année 2012, sans doute possible !



http://www.asylumpyre.com/ - 188 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 16/20 | Nb de lectures : 11435




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker