ASTRAL DOORS - Notes From The Shadows (Metalville) - 26/01/2015 @ 07h48
Fort d’une décennie d’existence marquée par des hauts (quelques albums convaincants, des tournées avec Blind Guardian et Grave Digger) et des bas (une carrière n’ayant malgré tout jamais décollé), le groupe suédois Astral Doors n’est pas totalement inconnu des amateurs de heavy metal traditionnel. Si la sortie de son septième album, Notes From The Shadows, ne constitue assurément pas un événement en soi, elle permet de replacer le combo sur le devant de la scène, après une absence discographique de trois ans.

A l’écoute de ce nouvel opus studio, gageons toutefois que les suédois auront toutes les peines du monde à élargir leur fanbase tant la musique proposée est convenue et dénuée d’originalité. Certes, le vocaliste Nils Patrik Johansson (également entendu chez Civil War, Lion’s Share ou Wuthering Heights) se démène comme un beau diable derrière son micro, mais rien n’y fait : Astral Doors semble voué à ne rester qu’un ersatz des légendes du genre que sont Dio (le groupe), Rainbow et Whitesnake. Force est d’ailleurs de constater que les parties vocales de Johansson, qui a définitivement bloqué le compteur sur Ronnie James Dio et David Coverdale, s’apparentent davantage à un plagiat en règle qu’à de véritables hommages à ces maîtres incontestés du hard rock.

Que l’on ne se méprenne pas, Notes From The Shadows n’est pas une catastrophe sans nom. Les instrumentistes sont loin d’être manchots et on y trouve même, ci et là, quelques morceaux de heavy retro assez bien sentis (« Disciples Of The Dragon Lord », « Die Alone »). Mais l’ensemble se révèle bien trop souvent maladroit (« Shadowchaser ») et peu inspiré pour marquer durablement les esprits, qui plus est dans un créneau musical, le heavy old school, où la concurrence est de plus en plus féroce ces dernières années.

Que dire enfin de cet artwork allègrement pompé sur celui de l’album The Forgotten Tales de Blind Guardian (1996)… Vous l’aurez compris, ici encore, Astral Doors arrive près de vingt ans après la bataille… Plutôt que de s’éterniser sur cet album sans relief, mieux vaut donc privilégier les classiques indémodables que sont Holy Diver (Dio), Rising (Rainbow), Slide It In (Whitesnake) ou Heaven And Hell (Black Sabbath). On y trouvera la plupart des ingrédients qu’Astral Doors ne parvient que trop rarement à mettre en musique. A bon entendeur …



http://www.astraldoors.com - 112 visite(s)


Rédigé par : up the irons | 10/20 | Nb de lectures : 8992




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker