ASARU - From the chasms of oblivion (Schwarzdorn/Season of Mist) - 14/01/2013 @ 08h01
Asaru présente, de prime abord, deux tares majeures. D’une part, un label (Schwarzdorn) plutôt réputé pour sortir des groupes assez éloignés en niveau de jeu de l’Elite. D’autre part, une pochette absolument horrible, faite de couleurs ternes, insipides et qui ne représente rien. Vu comme tel, le groupe ne donne donc guère envie. C’est qu’il faut passer à la musique, surmonter son appréhension première pour appréhender la bête en elle-même, nettement plus intéressante.

Asaru est un vieux groupe allemand, plutôt issu de la seconde vague du BM, celle qui déboula à partir des années 1995 et suivantes, date de sa création. "From the chasms of oblivion" est son second full-lengh après un "Dead eyes still see" peu remarqué et deux démos. Le groupe est donc globalement peu prolixe, peu médiatisé également mais qu’importe.

"From the chasms of oblivion" est long (près de 55 minutes) ; il est loin d’être ennuyeux. Comprenant neuf titres, le black d’Asaru est mid-tempo ("The eyes of the dead"), plutôt agréable à écouter, le son est dynamique, les structures sont variées et le chant, même s’il n’est guère original, est approprié. Surtout, ce black ne répond pas aux canons du genre. L’amateur de grésillements, de hurlements démentiels, de batterie épileptique et de son noir de chez noir sera déçu. La production y est pour beaucoup, l’approche du style également. Le son est en effet très propre, la production est très claire, les instruments sont parfaitement audibles, le tout est réellement très puissant. On est plus proche ici d’un Dark Funeral voire d’un death racé à la suédoise (sur "At night they fly" par exemple) que de Darkthrone. Les structures sont également différentes de ce que l’on entend plus traditionnellement dans le black. Là encore, c’est plutôt du côté du death/thrash scandinave qu’il faut aller chercher le côté dynamique des morceaux, leur lourdeur et leur chaleur.

Car, finalement, Asaru ouvre sa musique avec habileté à bien d’autres styles que le black. Le son est très typé death alors que la structure même des morceaux comprend de larges louches de thrash ("Blind obedience", "Nebel"). Parfois, c’est le grand Dissection qui pointe son nez ("Under the flag", "At night they fly"). La musique est parfaitement en place, les musiciens jouent bien, le style, exigeant, est respecté. Le niveau technique est élevé. Le dosage entre riffs brutaux et passages mélancoliques, mid-tempo est bien équilibré.

Alors finalement, qu’en penser ? Si, à titre personnel, ce type de black ne m’intéresse guère (je suis UG à mort…), je dois avouer, très objectivement, avoir été très agréablement surpris par cet album. Les morceaux s’enchaînent, l’ennui est chassé par ce son puissant et chaud, ces compos diversifiées et ultra dynamiques, cette mise en place parfaite, une nécessité pour le genre adopté. Seule la voix, banale, est décevante. Pour le reste, cet album trouvera sa place au chaud entre vos vieux Dissection et Dark Funeral.

Myspace - 89 téléchargements


Rédigé par : raziel | 14/20 | Nb de lectures : 10844




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker