ARTHEMIS - Black Society (Scarlet/Season of Mist) - 19/08/2008 @ 09h27
Arthemis est un groupe de heavy metal formé en 1994 à Vérone, qui peine à sortir de l’underground transalpin malgré un relatif succès au Japon. Pour son cinquième album, sans conteste le plus abouti de sa discographie, la formation s’en est allée signer chez Scarlet Records. On sent que le groupe a fait des efforts pour enfin se faire un nom sur la scène heavy metal européenne. Premier indice, la production de ce nouveau disque, très soignée, qui marque une rupture avec les précédents albums. L’aspect marketing a lui aussi été mis en avant, citons par exemple le changement de logo du groupe, ou encore le tournage d’un clip pour le single « Angels In Black ». On peut de plus affirmer qu’Arthemis a, très légèrement, radouci son propos en comparaison de ses précédents opus, plus orientés heavy metal traditionnel. On est ici en présence d’un hard rock flirtant parfois avec le thrash ou le progressif.

Vraie bonne surprise de cet été 2008, Black Society est l’album qui devrait permettre aux italiens de sortir de leur quasi-anonymat. En proposant une musique sans prise de tête (un régal à écouter dans sa caisse !) mais inspirée, Arthemis sonne frais et à des kilomètres de ces (trop) nombreux groupes de heavy pillant sans vergogne l’héritage d’Helloween. C’est du côté du hard rock des 80’s qu’il faut aller chercher pour trouver les influences du groupe, à savoir Iron Maiden et Yngwie Malmsteen en tête, avec certains riffs rappelant le grand Megadeth. Parmi les moments forts de cet album citons le single « Angels In Black » (une tentative d’accrocher un hit sur les ondes italiennes ?), « Electric Fire » (sur lequel on croirait presque entendre Bruce Dickinson lors de ses débuts avec la vierge de fer), « Escape » (peut être la meilleure plage de l’album, dotée d’un super riff de guitare), ou le morceau-titre « Black Society ».

Grâce à des musiciens talentueux, le niveau technique du groupe est bien supérieur à la moyenne. Ce sont surtout le vocaliste Alessio Garavello, hauteur d’une prestation remarquable, et le guitariste Andrea Martongelli, virtuose rappelant les plus grands (Malmsteen en tête, mais aussi Zakk Wylde tel qu’il pouvait sonner sur le No More Tears d’Ozzy en 1991) et auteur de quelques soli enflammés, qui tirent leur épingle du jeu. Il suffit d’écouter l’excellent « Electric Fire » pour se faire une idée du talent des deux hommes. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien s’ils ont été embauchés par le groupe anglais Power Quest (dont le dernier album, Master Of Illusion, a été récemment chroniqué dans nos colonnes). Il faut de plus saluer le travail de la section rythmique, très fiable. Arthemis réussit le tour de force de sonner étonnamment actuel en jouant une musique délicieusement typée 80’s, et tout amateur de hard rock qui se respecte devrait poser une oreille sur ce Black Society convaincant.

Sans redéfinir les canons du genre, ces transalpins viennent de nous offrir l’un des meilleurs albums de heavy metal sorti ces derniers mois. Reste maintenant à savoir si le public va suivre et permettra à Arthemis d’obtenir la popularité qu’il mérite au vu de ce disque.

http://www.arthemisweb.com - 250 visite(s)

Myspace - 186 téléchargements


Rédigé par : up the irons | 15.5/20 | Nb de lectures : 9836




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker