ARS IRAE - Dunkle Klänge (Quality Steel) - 21/07/2015 @ 07h10
Active depuis 2004 la formation bavaroise est pourtant totalement inconnue par chez nous, il faut dire qu’après un premier opus sorti en indépendant en 2010 (dont la notoriété n’a pas dépassé le cercle très restreint des initiés) et qui n’a pas laissé un souvenir impérissable, cette dernière s’est ensuite faite très discrète et même quasiment oubliée. Désormais signée chez le label hambourgeois celle-ci a désormais plus d’ambitions, il suffit de voir la durée globale de ce nouvel opus qui s’est allongée comparée à son prédécesseur, car avec des morceaux qui varient entre 5 et 7,30 minutes il y’a de quoi faire et de quoi dire, mais encore faut-il que le niveau et l’inspiration soient au rendez-vous, hélas on va vite déchanter.

Si d’après la fiche promo le quintet évolue dans du Blackened-Death, on s’aperçoit très vite qu’on est plus dans le black pur et dur, mais là contrairement à ses compatriotes point de Pagan inspiré à la HELRUNAR, ni de mélodies à la THULCANDRA, de brutalité à la DESASTER, et encore moins d’ambiances à la DARK FORTRESS, on est très loin de cette qualité allemande. Car tout d’abord malgré un mastering signé Dan Swanö il faut reconnaître que la production est vraiment faiblarde car les guitares sont totalement sous-mixées et manquent vraiment de couilles, la basse est pratiquement absente et la batterie est quant à elle beaucoup trop mise en avant (dès qu’elle s’excite un peu on n’entend plus qu’elle), tout en ayant un son brut tant les cymbales bouffent l’espace ce qui donne l’impression d’écouter une démo. D’autre part les textes sont entièrement écrits dans la langue de Goethe, ce qui aurait pu amener un supplément d’âme, il n’en est absolument rien tant le chant est monocorde et manque de puissance.

Après ces soucis de son, place aux compos qui hélas ne relèveront pas le niveau tant celles-ci sont linéaires et manquent d’idées. Majoritairement basées sur le mid-tempo ces dernières ne décollent que trop rarement (les blasts sont extrêmement rares et furtifs), la faute à des idées répétées en boucle et dont la longueur est franchement excessive, et aussi à cause d’un rythme bien trop mollasson qui s’accélère trop peu et de manière trop sporadique. Pourtant il y a quelques passages intéressants comme sur le morceau-titre, également sur « Wieland der Schmied » où les rares moments à la double redonnent de l’intérêt, il y'a aussi le début mélancolique et entraînant de « Schatten » (composition qui finit par s’enliser dans l’ennui par la suite), où bien le différent et épique « Homo Sum Humani » qui sans être génial a des atouts pour attirer l’attention.

Malgré tout cela est bien trop peu tant le reste est sans saveur et manque de pêche, les riffs sont recyclés de manière flagrante à des nombreuses reprises et le reste des titres est beaucoup trop ennuyeux voire chiant pour captiver sur la longueur, surtout quand certaines idées tombent comme un cheveu sur la soupe et qui ne font que rabaisser un peu plus l’ensemble déjà très moyen. Autant dire que ça n’est pas avec ce disque que le combo va concurrencer les leaders de la scène sombre teutonne qui n’ont eux pas de gros soucis à se faire et qui peuvent encore dormir tranquille.




Rédigé par : GabinEastwood | 10/20 | Nb de lectures : 7790




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker