ARSAFES - Revolt (Autoproduction) - 19/10/2015 @ 07h36
4 ans que Mahayuga est sorti et Samudra, le très attendu 3ème album de KARTIKEYA ressemble tout de même à une petite arlésienne. Promis, il sortira à Noël, après un énième retard annoncé fin septembre. Entre temps, le multi-instrumentiste Roman « Arsafes » Iskorostenskiy n’aura pourtant pas chômé, vu qu’il a sorti deux albums « solo », Ratocracy en 2014 et Revolt qui nous intéresse aujourd’hui, en plus d’un album de ABOVE THE EARTH avec la chanteuse Aleksandra Radosavljevic. A la base, ledit album de ABOVE THE EARTH (Every Moment), Revolt et Samudra devaient même tous les 3 sortir en l’espace de 2 mois ! Arsafes est à fond et son projet solo (où il est tout de même accompagné de 3 ex et actuels KARTIKEYA) n’est pas non plus un truc fait à la va-vite sur un coin de table, que ce soit en termes de composition ou de production. ARSAFES rend surtout hommage à une des illustres influences d’Arsafes, DEVIN TOWNSEND, et STRAPPING YOUNG LAD bien évidemment. Bien qu’hétérogène, Ratocracy avait séduit par son côté foufou et bastos, avec quelques morceaux couillus et décalés. Toujours emballé dans un concept « rebelle », Revolt va marquer l’évolution du projet russe. En attendant, toujours, le 3ème album de KARTIKEYA…

Ratocracy avait été pour moi un peu plombé par ses morceaux « soft » qui contrastaient un peu trop avec les terribles "Piranha Pool", "Dog Eat God" ou autre "Species Selector". Pour le coup, Revolt va parvenir à équilibrer le tout. ARSAFES s’est un peu assagi mais ne va pas non plus complètement verser du côté du prog aérien rose bonbon à la DEVIN TOWNSEND de Epicloud ou Sky Blue, la vibe STRAPPING YOUNG LAD est bien présente, mais plutôt celle de Alien et The New Black que de City. Ce qui à vrai dire était déjà le cas de Ratocracy, mais son successeur est tout de même plus homogène et arrive bien vite à être au minimum plaisant, malgré une première approche décevante quand on s’attendait à ce que le russe envoie la purée pour de bon. Nous sommes donc toujours en présence de ce DT/SYL-Metal en plus groovy et même plus djenty par moments, bien évidemment très proche des sons que KARTIKEYA a pu produire après la sortie de Mahayuga (c’est-à-dire le peu qu’on a eu à se mettre sous la dent, les singles "Durga Puja", "The Horrors of Home" et "Tunnels of Naraka"…), un ensemble diablement percutant mais aussi aéré de par quelques refrains mélodiques ou des passages plus calmes. Notons d’ailleurs que Arsafes nous gratifie désormais d’un chant clair en mode metal prog, assez prégnant par moments et ce dès "On the Wings of the Wind", morceau très lumineux évoquant les moments les plus épiques de Ratocracy. Mais en un peu mieux.

Étonnamment, ARSAFES se montre alors inspiré pour ses morceaux les plus « cool », qui arrivent à égaler sans trop de mal l’excellent "Against the Legions". "Wake Me Up" est un véritable tube, avec un riffing plus djenty qui fait mouche, "Save the World" est tout aussi excellent, "Don’t Let It Go" est plus original avec un aspect électro très prononcé et l’intervention de l’inévitable Aleksandra Radosavljevic. C’est légèrement niais parfois (notamment pour le grand final "Angels"), mais de ce côté ARSAFES est cette fois-ci clairement en réussite. Pour le reste, Revolt penche donc du côté STRAPPING YOUNG LADesque de la Force, et si un "Horde" se montre très épique et que les refrains sont également de la partie bien que sans panache (le morceau-titre un peu moyen, l’expéditif "The Nihilist" en-dessous d’un "Species Selector"), ARSAFES n’hésite pas à bourrer avec "FYA", "Sanguine Saints" ou "Jade". De bons morceaux efficaces qui pourtant n’atteignent pas l’intensité des tueries de Ratocracy. En tempérant un peu sa rage SYLienne tout en continuant cependant à sortir les compos coup-de-poing, ARSAFES gagne en équilibre ce qu’il perd en frénésie. Ça marche plutôt bien dans l’ensemble, même si c’est étonnant de constater que ce qui réussissait à Ratocracy ne marche pas aussi bien sur Revolt, et ce qui était raté sur Ratocracy fonctionne bien sur Revolt… ajoutons à ça une reprise du "Dark Force" de KATY PERRY pas aussi fofolle que celle de RIHANNA sur l’album précédent, et on a bien fait le bilan de Revolt, toujours plaisant mais là où ne l’attendait pas. ARSAFES a donc pondu deux albums qui se complètent et deux albums à écouter -plutôt qu’à posséder vu qu’ils ne sont pas sortis au format physique-, qui font toujours il est vrai très DEVIN TOWNSEND/STRAPPING YOUNG LAD worship, mais du worship bien fait. C’est frais et sympa, mais maintenant, place au nouvel album de KARTIKEYA !




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 7418




Auteur
Commentaire
dimmu77
Membre enregistré
Posté le: 19/10/2015 à 11h59 - (118353)
Le Devin Townsend russe, excellent, sacré compositeur et albums monstrueux :)



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker