APOCALYPTICA - Shadowmaker (Harmageddon/OMN) - 12/06/2015 @ 07h54
Il y a 19 ans (!), un groupe de 4 violoncellistes finlandais reprenait du METALLICA sur le bien nommé Plays Metallica By Four Cellos. Depuis, on a vu fleurir quelques groupes s’adonnant à des reprises décalées ou originales de Metal, mais APOCALYPTICA lui est allé très loin, est devenu un groupe singulier, qui a son propre style avec ses propres codes (du violoncelle, de la batterie et du chant, pas plus). Et si le Thrash Metal a été la base de la réinterprétation à cordes du Metal pour les finlandais, ils ont ensuite été plus proches du Metal mainstream/alternatif voire du Rock qu’une quelconque forme de Metal extrême, même le Metal sympho le plus puissant. Personnellement, APOCALYPTICA a toujours eu ma sympathie, même si je ne me suis jamais vraiment penché ni sur l’album de reprises de METALLICA, ni sur ses 4 premiers « vrais » albums, Inquisition Symphony (1998), Cult (2000), Reflections (2003) et Apocalyptica (2005), me contentant du best-of Amplified sorti en 2006. Si leur album éponyme marquait donc leur évolution vers un chemin Rock/Metal un brin alternatif (avec en invités les chanteurs de THE RÅSMUS et HIM), Worlds Collide (2007) semble avoir marqué leur style actuel bien codifié, entre Metal « sympho » mainstream et démonstration énergique de violoncelle. Engageant un regain d’intérêt pour ma part, notamment grâce à certains morceaux croustillants ("Grace" par exemple), et aussi… leur prestation en invité à l’Eurovision 2007. Ben ouais tiens.

De belles promesses non tenues pour l’album 7th Symphony (2010), un brin décevant, le groupe déroulant ses capacités sans plus, même si le jeu de violoncelle si personnel de Eicca Toppinen et ses compères reste appréciable, et le groupe toujours unique en son genre. 5 longues années d’absence discographique plus tard (malgré la sortie d’un Live reprenant WAGNER, diversement apprécié) et revoilà APOCALYPTICA avec son 8ème album studio, Shadowmaker. Album qui marque un nouveau virage et pas des moindres vu qu’après avoir invité des guests Metal plutôt prestigieux pour ses deux précédents albums (Corey Taylor, Till Lindemann, Cristina Scabbia, Joe Duplantier… mais aussi Dave Lombardo), APOCALYPTICA a désormais choisi d’évoluer avec un seul et unique chanteur, l’heureux élu se prénomme Franky Perez, musicien ayant joué/collaboré avec SCARS ON BROADWAY et SLASH en plus de sortir des albums solo. La musique, elle, ne va pas changer, avec ce « Cello Metal » si particulier, où certains violoncelles saturés sonnent presque comme de véritables guitares, où la technique et l’accroche sont présentes, mais la retenue aussi car nous sommes toujours dans un Metal d’obédience mainstream, où le symphonique se retrouve plus dans les instruments eux-mêmes que dans un déluge d’orchestrations. APOCALYPTICA est toujours resté sobre (à sa manière), et le prouve encore avec Shadowmaker, assez facile d’accès et qui ne choquera pas ceux qui ont digéré Worlds Collide et 7th Symphony.

Notons déjà deux choses : le son de Shadowmaker est bien puissant, Nick Raskulinecz a fait du très bon boulot et enterre largement la production un peu faiblarde de 7th Symphony. Franky Perez est donc un nouveau véritable membre d’APOCALYPTICA et vient poser sa voix d’obédience Hard/Heavy, plaisante bien que pas exceptionnelle, capable de s’énerver quand c’est nécessaire ou de se poser façon Rock avec un minimum de classe. Ses performances vocales ont donc charge de porter les morceaux les plus posés, comme "Slow Burn" (typé Heavy Rock), "Hole in My Soul" (typé Pop/Rock), "House of Chains" (typé Rock/Metal) ou encore "Come Back Down" ou le grand final "Dead Man’s Eyes". Le résultat est mi-figue mi-raisin, non pas à cause de la voix de Perez mais à cause du côté parfois « facile » de ces morceaux, aux refrains répétitifs et vite lassants, ou à l’ensemble un peu trop sucré ("Hole in My Soul" est un peu « too much » de ce point de vue…) voire anecdotique ("Come Back Down"). Mais l’intérêt d’APOCALYPTICA réside toujours dans le doigté des finlandais pour manipuler leur archet et leurs cordes, et dès que Shadowmaker fait montre de technique ou accélère la cadence il est en réussite : dès l’intro "I-III-V Seed of Chaos", on sent que les violoncellistes sont inspirés. Les très bons « riffs » de violoncelle font ensuite mouche pour "Cold Blood", assurément le hit de cet album. "Reign of Fear" et "Riot Lights" sont deux instrumentaux particulièrement dynamiques (les patterns de batterie sont également excellents), le second propose même des parties électroniques assez inattendues. On retrouvera encore un excellent travail de composition violoncellique au sein de "House of Chains" et même du plus cool "Sea Song (You Waded Out)", et surtout tout du long du morceau-titre, qui commence de façon plus Rock avant de partir dans de virevoltantes compositions heavy assez passionnantes et entraînantes.

Dommage que l’album soit un brin trop long (65 minutes - pour l’édition à 12 titres certes), ce qui entache un peu le bilan car les deux derniers morceaux finissent par lasser malgré la qualité des parties de violoncelle, "Till Death Do Us Part" est ainsi un peu long et lassant et "Dead Man’s Eyes" est beau mais interminable. Globalement, Shadowmaker dépasse facilement 7th Symphony et même Worlds Collide avec le recul, mais il n’y a rien de surprenant hormis le choix du groupe de travailler avec un seul chanteur, bon en son registre mais dont la performance n’est pas inoubliable. APOCALYPTICA a, sur la plupart des points de son art, déjà tout dit et il va lui être difficile de se renouveler dans le futur, même s’il peut aisément maintenir ce niveau. L’intérêt principal du groupe finlandais reste donc sa capacité à proposer des parties de violoncelle accrocheuses et résolument typées « Metal », ce qui est le tour de force et l’originalité du groupe depuis ses débuts finalement. Un bon album avec quelques très bons moments qui plaira aux fans sans nul doute, mais le côté « mainstream » du groupe est parfois un peu trop gênant, le forçant à proposer des refrains trop faciles ou des passages plus doux pas forcément réussis, alors que du côté violoncellique ça cartonne presque de A à Z. D’aucuns regretteront alors leurs débuts entièrement instrumentaux et ce à raison, APOCALYPTICA se débrouille pourtant globalement bien dans son registre actuel, même si tous les choix ne sont pas judicieux, mais de par son côté unique et original le groupe finlandais mérite toujours, si ce n’est l’adhésion, une certaine sympathie.

P.S. : Remercions le label/la distribution (?) pour nous avoir fourni la version digibook de l’album, bel objet aux somptueuses photos de livret, édition qui comporte donc deux bonustracks, "Reign of Fear" et "Come Back Down".



http://www.apocalyptica.com - 134 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 14.5/20 | Nb de lectures : 8372




Auteur
Commentaire
diesirae
Membre enregistré
Posté le: 14/06/2015 à 10h24 - (116984)
Cet album redresse un peu la barre, assez d'accord avec ce qui est dit plus haut. Mais le groupe a tellement perdu de son aura depuis ' Cult '...j'ai parfois du mal avec cette approche pop aseptisée qui n'a strictement rien à voir avec l'esprit des débuts.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker