ANNOMINUS - End Of Atonement (Mighty) - 15/05/2015 @ 08h04
Depuis quelques années la scène danoise est en perte de vitesse constante, certains leaders sortent des albums de moins en moins inspirés tels PANZERCHRIST ou HATESPHERE, et d’autres comme EXMORTEM ou INIQUITY ont carrément arrêté leurs activités, mais malgré tout le petit royaume scandinave (aidé en cela par leur label national Mighty Music) continue de voir naître de jeunes loups dans des styles certes très différents, mais avec le point commun d’une motivation et ferveur totale. C’est le cas pour ANNOMINUS, jeune quintet d’Odense qui s’est formé en 2009 et a commencé à se faire une petite réputation suite à la sortie de son EP en 2011 et la première partie d’AMORPHIS qui en a découlé, du coup après un passage aux CB-Studios les voilà après leur premier opus produit par Christian Bonde (qui a déjà bossé avec VOLBEAT ou DAWN OF DEMISE) du coup logiquement le son est puissant, équilibré et surtout moderne.

Ce terme correspond d’ailleurs parfaitement à la musique du combo, ce dernier se déclarant fan aussi bien des PINK FLOYD que de RAMMSTEIN, et même si ça n’est pas flagrant il faut reconnaître que la production est bien en raccord avec ce qui est joué car on est dans une ambiance entre Néo-metal (DISTURBED et LINKIN PARK principalement), Grunge et Rock des années 2000. Les morceaux sont très accessibles et simples au niveau de leur structure (mais sont néanmoins variés), la voix alterne entre passages agressifs et criards et plus calme, claire et mélancolique sur d’autres, et l’alternance avec celle du batteur n’est pas sans rappeler la paire Chester Bennington et Mike Shinoda.

Malgré que toute cette panoplie soit un peu passée de mode les danois arrivent quand même à proposer quelquechose d’attrayant, d’assez rythmé et de finalement assez agréable (même si tout n’est pas au top). Techniquement les mecs sont en place, tout est carré et propre et les très bons « Despise » (où le début à la guitare n’est pas sans rappeler l’intro de « Run Like Hell » de la bande à David Gilmour) et « Whore Of Your Grace » sont bien agréables, efficaces et avec de la mélodie. Ce dernier point d'ailleurs prend souvent le pas sur la brutalité mais arrive à se conjuguer avec plus de puissance comme sur les plus métalliques et réussis « In Fade » (le titre le plus Néo-Metal de ce disque), « Lysergic Acid Diethymlamide » (au solo très accrocheur) et sur le complet « Finding Neverland » qui nous sort toute la panoplie musicale de la bande pour terminer tranquillement. Mais cependant ces moments bien sympathiques sont entrecoupés par d’autres nettement moins inspirés (« Reverie » qui manque d’idées), qui tournent très vite en rond (« The Best Laids Plans of Mice »), qui se traînent beaucoup trop en longueur (« Icarus » qui dure 6 minutes et qui aurait pu être facilement raccourci), ou alors vraiment trop mou (« Apotheosis »).

Du coup le constat général est assez partagé car le décevant et l’ennuyeux côtoient le bon et l’agréable, et de ce fait malgré sa durée de 40 minutes tout cela n’est pas exempt d'erreurs, mais malgré tout on peut mettre ça sur le compte de la jeunesse car il y’a des passages intéressants et bien remuants, du coup un peu plus de maturité et d’expérience (notamment scénique) ne seront pas de trop pour faire grandir un combo qui a du potentiel mais qui doit maintenant savoir l’exploiter d’une manière plus complète, au risque de ne jamais décoller.




Rédigé par : GabinEastwood | 13/20 | Nb de lectures : 7871




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker