ANNIHILATIONMANCER - The Involution Philosophy (Pure Underground/Underclass) - 08/09/2011 @ 07h58
Heureusement que l'on ne s'arrête pas au nom du groupe pour juger et savoir si il est bon ou non, parce que dans le cas d'Annihilationmancer, on serait tenté de dire (et c'est plutôt vrai) que d'une ça sonne pas terrible et de deux, c'est chiant à écrire. Mais voilà, malgré un pseudonyme moyen, ce trio italien originaire de Naples et qui a vu le jour en 1994 propose une musique autrement plus intéressante. Si sa discographie est maigrelette (c'est seulement leur premier album après deux démos en 1999 et 2009), on pourrait pour excuser le groupe dire que leur musique ne se compose pas en quelques semaines et demande un certain travail. C'est pourquoi, ce premier album, «The Involution Philosophy» contient seulement 8 morceaux, dont une intro de 30 secondes et un instrumental de 3 minutes, le reste des morceaux s'étalant de 5 à 9 minutes !

Mais au fait que nous pratique donc Annihilationmancer ? Eh bien, imaginez un thrash où les riffs vous cisaillent et vous assaillent vigoureusement en quasi permanence, rappelant par moments ceux du «Human» de Death, un chant vindicatif qui souvent nous aboie à la gueule, mélange d'un Darren Travis (Sadus) et d'un Mile Petrozza (Kreator), avec un soupçon de Dave Mustaine dans le gosier, le tout sur un tempo, assez changeant mais fort souvent musclé. Arrêtons-nous un instant sur le chant assez particulier du dénommé Bruno Massuli, qui certes est hargneux, mais manque d'une réelle agressivité et de tranchant, on ne se sent pas assommé par la 'férocité' qu'il semble contenir au plus profond de ses entrailles. S'il gardait tout du long de l'album, sa voix plus orientée extrême (à la limite d'un gueulard black metal), je pense que le groupe gagnerait en puissance. Mais bon, ce dernier semble déjà à l'aise lorsqu'il est question de calmer le jeu et d’acheminer tranquillement un passage plus calme à l'aide d'un chant clair et moins énervé (tel le break à 5min40 du titre «Apolide»).

Pendant que je parle des «défauts» de l'album, je dirais que la production laisse un peu à désirer, et sonne un peu frêle (la batterie aurait mérité un meilleur traitement), et que d'autre part, si le riffing de cet opus est assez impressionnant (ce sont parfois plus les guitares que la batterie qui donnent le rythme), il est souvent similaire d'un titre à l'autre. Pas un gros défaut quand on entend la qualité des parties de guitares déployées, mais en changeant un peu la tonalité des riffs, le groupe aurait vraiment donné l'impression de jouer un thrash complexe. Mais voilà, si le thrash d'A.Mancer n'est pas ultra complexe, il ne manque pas pour autant de technicité, et ainsi, il sait nous livrer des soli que n'aurait pas reniés un Chuck Schuldiner (sur le titre «The Involution Philosophy» surtout), ou plus loin, délivrer une sorte de tapping venu d'ailleurs sonnant pour le moins étrange et à la limite de l'expérimental («Impoverishment God Existence», titre qui si il commence en douceur, est clairement le plus explosif du skeud). On appréciera aussi ce mid tempo vicelard qui accompagne la piste 6, nommée «Corner of the Answers» où la basse fretless n'est pas occultée; par ailleurs, c'est ici qu'on a le plus le sentiment que ce sont les guitares qui donnent le tempo en lieu et place de la batterie; Quant au final qu'est «Mind Surrounds, the Cavities of Fear» il résume bien ce qu'est cet album: varié, pas non-stop à fond avec la batterie qui bastonne, mais toujours très solide, un chant qui comme déjà dit oscille entre hargne criarde et poussée plus extrême, il laisse l'auditeur sur un jugement positif après l'interlude de 3 minutes, «Reflected in her Life» mélodique et assez joli mais un peu inutile et en décalage avec le reste des morceaux.

Si l'on ressent parfois les influences du groupe, comme Toxik, Watchtower, voire Coroner, Annihilationmancer a déjà sa marque, et même si parfois il se perd dans des breaks un peu étranges, son thrash peu commun n'est pas trop chiant et dur à appréhender. Si vous n'avez pas peur des morceaux longs, que vous aimez quand les guitares vous charcutent les tympans à coup de riffs chirurgicaux, avec par dessus un chant pas très beau et 'méchant', vous devriez trouver des choses intéressantes sur ce 'Involution Philosophy'.



Facebook Annihilationmancer - 146 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 13,5/20 | Nb de lectures : 12018




Auteur
Commentaire
senior canardo
IP:94.199.125.58
Invité
Posté le: 08/09/2011 à 17h03 - (96621)
c'est musicalement excellent mais la voix fait penser à Mustaine mais en encore moins bien.;)

xav
IP:93.12.48.134
Invité
Posté le: 08/09/2011 à 22h39 - (96623)
mouais....franchement, ça sent la naphtaline ce truc...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker