ANIMALS AS LEADERS - Weightless (Prosthetic/Season of Mist) - 10/01/2012 @ 07h58
Tosin Abasi n'est pas encore connu des branleurs de manches de tous pays qui tendent leurs mains meurtries à la recherche du shred ultime... mais ça ne saurait tarder. Un jour je vous le dis, les huit cordes bon marché se vendront comme des Ukulele Bob l'éponge, et Monsieur Abasi n'y sera peut-être pas étranger (bon OK, OK il y a Meshuggah aussi).
Donc oui, voilà le retour des "Animals as Leaders" et de leur impitoyable six-cordiste... euh non pardon, huit-cordiste, qui va de nouveau faire couler de l'encre... et causer quelques tendinites ! Car cet album est très attendu d'une part parce que le premier était renversant et ensuite parce que personne ne veut croire qu'un musicien aussi talentueux que Mister Abasi ne puisse se casser la gueule.

Pour ceux qui connaissent pas, Tosin Abasi est un extraterrestre de la guitare qui après avoir fait ses armes dans un groupe de Hardcore Progressif a écrit un premier album solo qui a enthousiasmé autant les critiques que les fans. Uniquement instrumental, le quatuor devenu trio vous invite à une partie où la facilité et l'easy Listening n'ont pas reçu de carton d'invitation.
Et si vous vous demandez pourquoi Monsieur Abasi est "spécial" c'est pas simplement parce qu'il joue vite et bien.

Shredder il l'est assurément. Influencé par le Djent et le "Core" au sens large de la scène riciane il l'est tout autant. Éblouissant quand il explose le carcan préalablement cité pour construire des ponts et des passages en son clair aussi novateur que technique... ça aussi il sait faire. N'ayons pas peur des mots, ce genre de type représente l'avenir du Shred.
Vai, Satriani ou Layne ont déjà fait très fort et il va être difficile d'aller faire mieux qu'eux sur leur propre terrain. Les nouveaux fous du manche vont devoir faire différemment... et ANIMALS AS LEADERS semblent l'avoir parfaitement compris.
Cet album est certainement un poil plus violent que le précédent grâce notamment à l'électronique qui ajoutée à toutes les parties Djent amènent un côté froid, industriel et mécanique. Si le sourire n'est pas de rigueur à de nombreux moments, il subsiste plusieurs îlots de joie et de béatitude personnalisées par de petits passages acoustico-électroniques de toute beauté.
En effet, ces petites "pièces" sont vraiment un des points forts du groupe à mon sens.

Qu'il fasse des gris-gris en tapping ou que l'électronique soit omniprésente, le groupe arrive à créer des interludes magnifiques dont on se souvient parfois bien plus que les solos. Car si Abasi est un soliste d'exception, on retrouve néanmoins dans ses chorus des influences et quelques coups de pattes des "maîtres" préalablement cités plus haut. Ce n'est pas une critique car cela paraît quand même difficile de pouvoir faire autrement.
N'oubliant pas qu'ils doivent être source d'émotion, les solos ne sont jamais vraiment démonstratifs et ne sont jamais vraiment gavas (même si évidemment, ceux accro à l'efficacité de "base" risque d'être rapidement saoulés). C'est pour autant cependant que les boys ont laissé la vélocité au placard.
Le guitariste fait le tour des techniques les plus complexes sans la moindre difficultés, se balade dans les tonalités en picorant dans les gammes comme s'il la théorie musicale était un simple Open Bar... cela en deviendrait énervant !
Les rythmiques sont quant à elles toujours aussi précises et techniques, le trio s'étant surpassé pour arriver à nous concocter des chansons en béton.
Un petit mot sur les deux acolytes du saigneur, Mister Javier Reyes à la huit cordes et Navene Koperweis à la batterie qui, s'ils demeurent un peu effacé (médiatiquement) derrière le patron, n'en sont pas moins des musiciens remarquables.

Les amateurs du premier album seront ravis du petit dernier quand ceux que cela gonflait un peu auront toujours du mal à adhérer. Et cela sera le piège auquel les AAL devront faire attention : ne pas s'enfermer dans une formule qui, si elle est très riche musicalement, peut les confiner à un public ciblé. Car au bout d'un moment et vers la moitié de l'album mon attention s'envole et ne revient que lors des parties les plus inspirées ou lors justement, des passages acoustico-électronique. Il vous faudra avoir un gros appétit pour digérer tout cela d'un coup.

Alors en attendant de voir si les Animals... attraperont le goût de l'aventure pour le troisième album délectons-nous de ce "Weightless".


Rédigé par : Pamalach | 14.5/20 | Nb de lectures : 12240




Auteur
Commentaire
Solo Necrozis
IP:78.250.184.67
Invité
Posté le: 10/01/2012 à 08h09 - (99756)
Un album bluffant de maitrise, de technicité et de fluidité, alors que je ne m'étais pas encore remis de l'éponyme voilà que le deuxième déboule déjà. Un peu plus difficile d'accès mais jouissif quand le truc prends enfin. Sa technique de slap adaptée à la guitare est juste...wow. A noter que Navene live une très grande prestation sur ce disque.

BozKiller
Membre enregistré
Posté le: 10/01/2012 à 09h10 - (99759)
excellente kro Pamalach!!!
je suis d'accord sur la deuxième partie du disque qui marque moins que les premiers titres, qui sont juste... waouh!
Ce groupe fait un bien énorme à tout le monde de la guitare, il est vraiment le pont entre le shred 'classique' et les sonorités actuelles. mais sieur Abasi et ses comparses font un travail remarquable, avec vraiment de superbes idées!



Vinass
IP:83.199.100.46
Invité
Posté le: 10/01/2012 à 09h28 - (99761)
vu sur scène y'a quelques temps, je suis tombé raide dingue de ce groupe. Faut que je jette une oreille sur ce skeud...

Et en plus d'être un guitariste incroyable, Tosin est aussi super abordable et agréable

cyril_glaume
Membre enregistré
Posté le: 10/01/2012 à 10h08 - (99762)
Dans mon Top 5 2012, sans hésiter !!



GrosSesque
IP:212.23.175.189
Invité
Posté le: 10/01/2012 à 10h35 - (99763)
J'ai le Shred en horreur, mais là j'adhère à fond c'est puissant, technique sans être gonflant, des passages acoustiques envoutants !!

Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 10/01/2012 à 10h35 - (99764)
Plutôt d'accord avec cette (tres) bonne chronique.
Cela dit je trouve l'album moins reussi que le premier... peut-être a cause de l'effet de surprise totalement absent. Mais je pense surtout que j'ai du mal avec la quasi-disparition des touches jazz (au profit des influences Djent) qui faisaient toute la richesse du premier album.



guiyomus
Membre enregistré
Posté le: 10/01/2012 à 16h27 - (99782)
Perso je trouve qu'il y a une grosse influence Cynic période Focus sur cet album!
Toujours aussi monstrueux, un peu moins direct que le 1er mais la prod et les musiciens (qui ont pris une plus grosse place ici, le disque est produit par Navene, et les 3 jouent dessus, alors que le précédent c'était Tosin et Bulb en home studio) défoncent, j'ajoute que je deteste assez le shred, mais chez animals il a une pure vocation émotionnelle, qui me touche, personnellement, et au moins avec eux, j'ai l'impression d'entendre quelque chose d'inédit, de frais.
Encore une fois: QUELLE PROD!

17/20



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker