ANGRA - Secret Garden (Ear/Verycords) - 16/01/2015 @ 08h27
Au cours du mois de janvier 2012, certaines personnes (fans) pensaient que le grand retour de Dédé Matos au sein d'Angra était proche. Son remplaçant au début des années 2000, Edu Falaschi n'avait jamais été totalement accepté par une frange des fans du groupe brésilien et tout s'est dégradé au moment de l'album « Aqua » (2010), puis durant les concerts qui suivirent, signes avant-coureurs explicites de la séparation à venir. Edu se retrouvait à bout de souffle, de coffre, et bien loin du niveau affiché sur « Rebirth » ou « Temple of Shadows ».
Le père Matos de son côté avait lancé en 2006 une carrière solo ponctuée jusqu'à présent de 3 albums, dont le dernier « The Turn of the Lights » (2012), plutôt correct quoique parfois poussif. Il a également pris part aux 2 reformations de Viper, l'un des groupes pionniers du heavy brésilien, qui est plus ou moins actif en ce moment.

Une fois Edu remercié, Angra en a surpris plus d'un en enrôlant le théâtral Fabio Lione, chanteur italien et LA voix de Rhapsody (ou encore celle d'une bonne partie de la discographie de Vision Divine). Ses lignes vocales sont loin de faire l'unanimité -trop grandiloquentes et 'holywoodiennes'- il m'a parfois gonflé sur des albums de Rhapsody, à en faire un peu des caisses, toutefois il faut bien avouer que ce chanteur en a dans le gosier. Les concerts donnés avec cette nouvelle voix ont globalement convaincus, le groupe se permettant même de réaliser une tournée « Angels Cry: 20th Anniversary Tour » en 2013... ce que Matos fera également à peu près à la même période !

2014 marque le début de la composition d'un nouvel album et le groupe doit encore faire face à un changement de line-up avec le départ (pour la 2ème fois) du batteur Ricardo Confessori début mai dernier. Son remplaçant est trouvé dans la foulée, Bruno Valverde 23 ans et accompagnateur de Mr. Kiko Loureiro depuis 2012. C'est après ses différentes péripéties que « Secret Garden » voit le jour en Europe à la mi-janvier 2015, avec ce line-up new look. Musicalement Angra reste dans cette veine heavy/power metal progressif, celle qui me laisse un goût souvent amer, car le travail de composition et sur les arrangements est une fois de plus dantesque et bien au dessus de la moyenne. On le sait depuis longtemps, les Loureiro, Bettencourt et même Andreoli sont des bêtes de technicité et les plans qui nous mettent sur le cul ne manquent pas sur ce 8ème album. Si la forme régale, le fond s'avère un peu plus ennuyeux, ce n'est pas tant la virtuosité qui prend le pas sur l'efficacité, c'est davantage le fait que Angra n'arrive pas à mon goût à proposer un album intéressant de bout en bout.

Pourtant le concept de l'album vaut le détour, il pose notamment la question suivante : « Est-ce que quelque chose qui n'existe pas à nos yeux ou n'est pas perçu par les sens, peut être considéré comme inexistant ? ». Ainsi c'est l'histoire fictive d'un homme ayant perdu sa femme dans un tragique accident, qui est contraint de revoir ses croyances et valeurs athées, afin de retrouver un sentiment de contentement personnel, enlevé par le destin. Le brusque changement dans sa routine, l'adaptabilité, la synchronicité, la solitude, la culpabilité, l'espoir et la force de s'élever à nouveau sont abordés dans les paroles.

« Secret Garden » démarre de la plus belle des manières avec 4 premiers titres allant du (très) bon à l'excellent ; en premier lieu un « Newborn Me » imposant -où les intonations vocales de Fabio font mouche au moment du pré-refrain et du refrain- et très riche dans ses plans musicaux (le break à 4'00 qui respire pleinement la musique brésilienne, très rafraîchissant ou l'utilisation sur tout son long de percussions). S'en suit le clairement speed metal et assez classique « Black Hearted Soul », l'occasion d'entendre que Mr. Valverde déroule méchamment ; ce morceau est rehaussé de plans de guitares jouissifs (riffs, leads, puis soli à partir de 2'25 et la basse n'est jamais loin pour régaler !), tandis que le plus introspectif « Storm of Emotions » voit Fabio travailler en duo vocal avec Rafael (que l'on entendra davantage par la suite). Les premières notes me font penser à du Helloween récent, quitte à inviter un autre chanteur, Andi Deris n'aurait pas fait tâche sur ce titre plus mélodique, moins impressionnant dans sa construction et plus fort... émotionnellement (refrain convaincant dans la modulation des voix). Entre ces 2 morceaux précédemment cités, le rythmé « Final Light » en impose, mixant intelligemment percussions, sonorités électroniques et nappes de claviers positionnées en support des instruments plus traditionnels. Arrangements au poil, une production à la hauteur qui nous fait ressentir pleinement chaque 'couche' musicale, je me suis dit qu'après 4 premiers titres aussi diversifiés, intéressants et nécessitant plusieurs écoutes pour en capter toutes les subtilités, « Secret Garden » était déjà très bien parti pour être un des musts de l'année 2015... sauf que le désenchantement est passé par là, avant la fin de l'album.

Cela commence avec le titre bonus de la version européenne de l'album, ce « Synchronicity II » placé au milieu de la tracklist, en grande partie chanté par Rafael (Bettencourt), qui possède un chant clair, moins démonstratif et haut perché que Fabio, en quelque sorte plus rock et chaleureux... or j'ai le sentiment que ça ne colle pas trop avec le reste. Les riffs sont pas mal, mais plusieurs points me déplaisent (l'orgue hammond, les chœurs, la rythmique globalement linéaire et creuse), les soli déroulent certes, ils me paraissent trop mécaniques et rapidement expédiés... j'me dis que c'est un peu une erreur de parcours, car sans être mauvais ce morceau me laisse de marbre, malheureusement « Violet Sky » à nouveau chanté par Rafael vogue entre un metal plus atmosphérique et massif (des guitares accordées plus bas) et il faut bien dire qu'il se passe pas grand chose... à retenir. Le morceau-titre n'est ni chanté par Fabio ou Rafael, mais par la douce 'princesse' Simone Simons (Epica) qui chante comme d'hab' superbement, sauf que le titre en lui-même, soutenu par une section orchestrale plus à l'avenant (enfin les plans joués sont peu exaltants), est fade, pas digne d'Angra. Clairement ce nouvel album souffre d'un passage à vide en son milieu et ce n'est pas « Upper Levels » (6'30 au compteur) qui améliore la donne : ok la basse et les percussions font du bien, mais c'est limite trop progressif, en particulier plusieurs passages que n'aurait pas renié Cynic. Tout cela manque d'efficacité, de simplicité aussi par la force des choses, car les breaks se multiplient après 3'00 à n'en plus finir... un peu infructueux tout cela.

« Crushing Room » nous ramène à un power mid-tempo traditionnel, porté une fois de plus par Rafael, qui travaille en duo avec la légende Doro ; la mélancolie dégagée prend aux tripes et voilà un refrain qui s'impose clairement dans les têtes. Bon le reste n'est pas très emballant, Angra revient à des choses plus basiques sans nous sortir Ze titre de la fin d'album. Une fin toute proche, il reste alors 2 compos, ce « Perfect Symmetry » (morceau qui est le petit frère de « Black Hearted Soul ») nous rappelant que Angra sait encore faire du speed superbement exécuté, qui plus est, j'enlève tous les doutes concernant Fabio et son intégration sans difficulté sur les tempos relevés. En fin de parcours, s'élève le beau final « Silent Call », dépouillé et en sensibilité, une ballade adoucissante à défaut d'être bluffante.

Si « Secret Garden » rime avec richesse des forces en présence (ambiances, tempos, construction des titres, mais également les vocaux), il m'apparaît parfois ennuyeux, stérile, au sens de l'efficacité (trop) mis en retrait. Et c'est peu dire que les musiciens d'Angra sont pétris de talent et régalent à chaque instant, toutefois cela ne suffit pas à faire de ce nouvel effort une réussite totale... la fatalité est de se dire qu'on en revient toujours aux vieux albums, même si encore une fois « Secret Garden » ne démérite pas. Angra évolue, ne propose jamais 2 fois le même opus, sincèrement bravo à eux... personnellement je ne suis pas complètement convaincu.



http://www.angra.net/ - 63 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 14,5/20 | Nb de lectures : 13453




Auteur
Commentaire
YOMI
Membre enregistré
Posté le: 16/01/2015 à 19h38 - (115430)
j'ai trouvé l'album moyen :/ 10/20

Lestat69
Membre enregistré
Posté le: 17/01/2015 à 19h46 - (115443)
Bonjour,

Oui je trouve l'album en demi teinte, il y a de très bon titre, et d'autre très banal et moyen, dommage



sid
IP:80.215.164.131
Invité
Posté le: 17/01/2015 à 20h59 - (115444)
Oui c'est devenu un groupe allemand

death_denied
Membre enregistré
Posté le: 20/01/2015 à 11h02 - (115464)
Bien d'accord avec la chro. Les morceaux après le titre 5 ne sont pas du niveau des premiers. Par contre les 5 premiers morceaux valent à eux seuls, je trouve, d'avoir l'album.
Concernant Fabio, on connait son excellent potentiel dans Labyrinth, Vision Divine et Athena, par contre tout comme dans Rhapsody il est sous exploité dans Angra.
De même je ne comprends pas comment Kiko est capable de sortir des bombes atomiques en solo et qu'avec Angra sur les derniers Albums il se contente parfois d'un minimum syndical. Ceci étant dit les 5 premiers morceaux de ce nouvel album sont très bons.



OreLion
Membre enregistré
Posté le: 21/01/2015 à 09h58 - (115475)
Première écoute assez mitigée. Il faut reconnaître que le chant de Fabio se fond parfaitement avec la musique d'Angra sans soucis (cela confirme mes pensées après leur prestation au Hellfest dernier). Il faudra persister pour que je me fasse un avis arrêté...



Rûl
IP:86.73.72.81
Invité
Posté le: 16/02/2015 à 20h30 - (115757)
En effet l'album est bon, sans être impressionnant, mais après 23 ans de carrière, c'est tout à fait honorable, surtout qu'il y a quand même tout plein de petites originalités, et très bien fignolé.
Surtout, c'est un retour tout à fait positif après la cata des 2 derniers albums.
Mais c'est sûr que l'album va être victime de manque d'aspects démonstratifs. Perso j'aime bien ça.
C'est maîtrisé, un peu trop sans aucun doute, trop en retenue, et l'album est trop court (enfin 55 min qd mm c'est pas du vol), mais l'approche évolue vers quelque chose de sympa. Je pense qu'il gagne à l'écoute.
Donc il mérite largement que je l'achète. Les bons albums de métal se font rares.
Sinon je ne comprends pas le commentaire "oui c'est devenu un groupe allemand".
D'abord les plans musicaux, les orchestrations avec du classique, portent la signature caractéristique de temple of shadows. Si l'album évoque quelque chose c'est bien plutôt Dream Theater.
Après si c'est pour dire que c'est devenu un groupe ennuyeux... Je préfère un Angra un peu ennuyeux mais écoutable et qui fait un peu d'innovation plutôt que de la soupe de bruit.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker