ANDI DERIS AND THE BAD BANKERS - Million Dollar Haircuts on Ten Cent Heads (earMusic) - 05/05/2014 @ 07h42
D'abord sous le nom Andi Deris, puis Deris et aujourd'hui Andi Deris and the Bad Bankers, le chanteur d'Helloween -depuis maintenant 20 ans-, s'est permis sur ces derniers mois, une nouvelle petite escapade en solo. Il faut rappeler qu'Andreas passe beaucoup de son temps en dehors d'Helloween, du côté de Ténérife (Espagne) où il y possède un studio d'enregistrement. C'est lui même d'ailleurs qui a produit, enregistré et mixé ce 3ème album 'solo', « Million Dollar Haircuts on Ten Cent Heads ». En solo mais pas complètement, Andi étant depuis l'année dernière, accompagné par 3 jeunes musiciens espagnols.

Unique compositeur de ses œuvres, le sieur Andi évolue dans une sphère heavy/hard rock 'moderne' où sa voix accrocheuse et facilement reconnaissable, trouve pleinement sa place. Les tempos speed et les mélodies à la sauce power (Helloween style) sont ici laissés de côté, au profit de titres très classiques dans le forme et le fond, qui malgré des thèmes pas très joyeux (le pouvoir du monde financier, la destruction du monde par l'homme, etc.), tentent de fonctionner à l'efficacité.

Les riffs dans une veine rock sonnent à mes oreilles basiques et assez interchangeables entre eux, d'autant qu'il y' en a pas plus de 2 par titres. Histoire de leur donner un peu de saveur, quelques effets faussement indus et 'gras' sont ajoutés en complément (« Cock »). La base rythmique fait ses notes, en particulier la batterie qui possède un son de caisse claire très sec et direct (je pense à du System of a Down par moments), les titres passent dans l'ensemble tous bien, mais ils leur manque globalement de l'éclat et de la profondeur (« Will We Ever Change », « Don't Listen to the Radio », « Blind ») pour les rendre totalement efficaces.

L'ambiance globale de l'album est sombre, presque pesante (à l'exception du final poétique « I Sing Myself Away »), à l'image du prenant « Wo Am I », la pièce la plus longue de l'opus aux quelques plans 'rebondissants' (telle cette superbe accélération amenée par un surprenant solo heavy à 3'55), le catchy « The Last Days of Rain », remuant même si certaines lignes vocales sont creuses de chez creuses, ou encore l'accessible « Enamoria » porté par un nouveau refrain entraînant.

Andi Deris propose un nouvel album « solo » en soi pas déplaisant, porté par une production franchement bonne et équilibrée, la basse étant rarement oubliée, tel sur « Must be Dreaming », titre au demeurant symptomatique du reste de l'album, de bonnes idées, mais un ensemble assez plat et mollasson.
"Million Dollar Haircuts on Ten Cent Heads" est avant tout conseillé à ceux appréciant Andi Deris où ceux à la recherche d'un heavy/rock moderne qui y va de ses réflexions sur le santé de notre monde et évite les paroles totalement minables.




Rédigé par : gardian666 | 13/20 | Nb de lectures : 11416




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker