AMESTIGON - Thier (World Terror Committee) - 15/09/2015 @ 08h01
Quel bonheur de voir qu’AMESTIGON n’est pas mort ! Ce groupe mené par des membres passés et présents d’ABIGOR, DARGAARD et DOMINION III avait connu une longue carrière dans l’underground avant de nous proposer en 2010 Sun Of All Suns, son premier full-length, 15 ans après la fondation du projet. Il n’aura pas fallu attendre trop longtemps cette fois-ci, 5 ans, tout est relatif certes, mais ce second opus d’AMESTIGON nous arrive presque par surprise, via le World Terror Committee, après un premier album sur le label Hau Ruck! plus orienté Dark Folk. Déjà par le biais d’un artwork qui tranche avec la cover solaire mais sombre de Sun Of All Suns, nous faisant penser que AMESTIGON va basculer dans l’occultisme et le Black orthodoxe. L’étrange clip rituel de "358" enfoncera le clou, mais pourtant le groupe autrichien ne va pas réellement changer son fusil d’épaule. Nous sommes toujours en présence d’un Black atmosphérique, mélodique et dépouillé, sombre et désenchanté, négatif voire introspectif, avec une voix arrachée mais plus grave et rocailleuse que l’extrême du genre, style SILENCER ou BETHLEHEM. Mais AMESTIGON va tout de même évoluer pour ne pas faire un Sun Of All Suns bis, ce qui aurait pourtant été salutaire, mais Tharen et ses compères vont surtout pousser encore plus loin certains pans de leur art noir.

D’une durée d’environ 58 minutes, Thier ne comporte que 4 morceaux. Alors par ici les longues plages : 13, 11, 20 et 14 minutes. Autant dire qu’il va falloir s’accrocher et que nous ne retrouverons pas sur cet album des pistes directes comme l’avait pu l’être "Sun of All Suns" (le morceau-titre). Ce n’est pas pour ça que AMESTIGON ne va pas réussir à captiver son auditoire, il va même encore mieux réussir cette entreprise grâce à quelques moments forts distillés au sein de longs morceaux prenants. Si la mélodie décharnée et le côté atmosphérique dans la vitesse d’exécution sont toujours présents, de même que le chant d’ores et déjà typique, Thier va surtout explorer le côté le plus mystique et psychédélique entrevu à quelques occasions sur Sun Of All Suns. Une évolution dans la continuité qui va nous donner un album plutôt personnel. Sans intro à la "Autophobia", AMESTIGON nous happe déjà dès le début de "Demiurg" grâce à des synthés sidérants et de magnifiques guitares acoustiques. Et le black négatif des autrichiens s’agrémente bien vite de trouvailles qui font mouche, comme ces somptueux chants grégoriens. Le développement du morceau est forcément long, mais on finit par apprécier les changements d’ambiance et les accès plus psychédéliques voire cosmiques, loin d’une bête structuration à tiroirs "Demiurg" est un morceau fluide et particulièrement lancinant, se permettant même de caser un solo (de l’œuvre de Dennis Lamb).

"358", pièce la plus courte de Thier va permettre à AMESTIGON de mettre en avant et en même temps son côté le plus mystique et le plus noir : l’agressivité Black est ici plus prégnante, avec des trémolos très incisifs, tandis que le travail sur les ambiances en est déjà son paroxysme, que ce soit au niveau des instrumentations (les lignes de basse sont remarquables), des effets et breaks d’ambiance et du chant, plus sombre et inquiétant que jamais. Le final du morceau est d’ailleurs assez monumental en son genre. Vient ensuite "Thier", qui du haut de ses 20 minutes va donc prendre son temps mais aussi proposer des choses intéressantes : les mélodies m’évoquent celles qu’a pu utiliser un NOCTE OBDUCTA ce qui n’est pas pour me déplaire, les passages occulto-mystiques sont formidables, les accélérations Black sont également efficaces, et enfin le plus croustillant c’est Silenius (SUMMONING, ex-ABIGOR) qui est au chant sur ce morceau, tout comme pour "That Which Is Falling…" sur l’album précédent, et son apport se fait remarquer tant l’autrichien retrouve la verve de ses années ABIGOR, même si sur le reste de l’album Tharen n’a rien à lui envier dans un style vocal similaire. Et au final tout AMESTIGON est là-dedans, celui de Sun Of All Suns (la dernière partie du morceau est une nouvelle fois très dépressive) et l’actuel. Tout comme pour la clôture sur "Hochpolung", plus classique et où AMESTIGON laisse exprimer tout son potentiel de Black mélo-atmosphérique décharné voire même triste et touchant, tout en n’hésitant pas à s’aventurer dans un registre onirico-psychédélique assez envoûtant, le tout avec un certain talent pour proposer une musique bien lancinante.

Reste quelques longueurs et Thier ne surpasse pas son prédécesseur, mais il n’en demeure pas moins plus ambitieux et plus homogène. Ce second effort d’AMESTIGON est une belle aventure, au pays du toujours singulier Black autrichien. Et même si les relents d’ABIGOR sont toujours présents, Tharen et consorts ont forgé en deux albums un Black atmosphérique assez personnel, basé sur les mélodies négatives mais aussi sur des ambiances bien particulières, ici globalement plus psychédéliques et étranges que la dualité entre atmosphères solaires et sombres de Sun Of All Suns. Rien de surprenant pour tout amateur acharné de BM, mais AMESTIGON est en réussite et mériterait une plus grande reconnaissance, au moins titiller ABIGOR, qui a pris un virage plus industriel et cérébral tandis les premiers commencent à passer dans le domaine occulte, sans négliger les mélodies et les bases Black-Metal. Pour ce qui est d’obédience médiévale, il faudra se contenter de SUMMONING mais dans un autre registre, AMESTIGON excelle. Thier est donc, au minimum, une des curiosités BM de 2015, et pour les amateurs plus éclairés c’est un disque indispensable si on avait apprécié Sun Of All Suns et si on aime la scène autrichienne, peu florissante mais de grande qualité.




Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 7762




Auteur
Commentaire
TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 15/09/2015 à 21h05 - (117868)
Pas facile à apprivoiser, "Thier" mêle le meilleur du passé et du présent, la force et l'emphase de la scène suédoise des ànnées 90 et les derniers travaux d'Abigor ou de Blut aus Nord. Etrange au premier abord, la bête distille son venin aprěs de multiples écoutes. Il est déjâ trop tard lorsque l'on se rend compte que l'on est pris au piège.

panzerfaust
IP:83.76.147.180
Invité
Posté le: 16/09/2015 à 10h46 - (117876)
Album fabuleux!!! En tant que fan des bonhommes comment j'ai pu passer à côté de ce groupe jusqu'à présent?? Bon je me mets à Sun Of All Suns maintenant...

Amduscias
IP:88.136.228.137
Invité
Posté le: 23/09/2015 à 15h32 - (117985)
Je pense que c'est mon coup de coeur 2015 niveau Black Metal. Un putain de voyage, ce disque.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker