AL-NAMROOD - Kitab Al-Awthan (Shaytan) - 21/02/2013 @ 08h30
N’en déplaise à nos détracteurs qui disent qu’on ne fait que sucer les labels, VS fait aussi dans l’underground. D’autres trouveront qu’on fait trop dans l’underground et qu’on ne parle pas des groupes connus. Enfin bref… Voilà une formation bien particulière qui est ancrée dans un underground très particulier, vu qu’AL-NAMROOD est un groupe originaire d’Arabie Saoudite. Un pays où « cette musique est illégale et est passible d’exécution », bref autant dire qu'il vaut mieux se faire discret et ne pas mettre son disque en vente à la fnac locale. Des rumeurs disent pourtant qu’AL-NAMROOD fait partie de la bourgeoisie Saoudienne et passe entre les mailles du filet. Toujours est-il que le groupe est sujet à polémique, vu que son discours est plutôt orienté anti-Islam. Enfin, pas de manière directe et extrême comme peuvent le faire les groupes de la « Arabic Anti-Islamic Legion » dont font partie le groupe FALSE ALLAH de Bahreïn et les mystérieux SEEDS OF IBLIS, prétendument originaires d’Irak. AL-NAMROOD s’intéresse plutôt aux civilisations arabes pré-islamiques, en dénonçant certes l’émergence de la religion islamique qui a suivi, mais de manière moins « crue » que d’autres… AL-NAMROOD signifie d’ailleurs « le non-croyant » et toutes leurs paroles sont en ancien arabe.

AL-NAMROOD est donc formé en 2008 à Khobar. Après un EP et un split, le groupe articulé autour du duo Mephisto (instruments Metal) - Ostron (claviers et instruments orientaux) enchaîne les sorties avec deux albums full-length, Astfhl Al-Tha’r (2009) et Esthorat Taghoot (2010). Soutenus par le label canadien Shaytan Productions dont ils furent la première signature, le groupe signe donc début 2012 son troisième opus, Kitab Al-Awthan. Et la particularité d’AL-NAMROOD et de développer un thème précis pour chaque album. Si Esthorat Taghoot s’intéressait à la civilisation babylonienne, Kitab Al-Awthan se penche sur les racines de l’histoire arabe, et notamment ses divinités d’époque (« Kitab Al-Awthan » signifiant « le livre du polythéisme »). Le groupe argumente son concept et son côté anti-islamique « historique » dans le livret, donc je ne vais pas m’étendre dessus et je vais parler musique, ce que je n’ai toujours pas fait depuis le début de cette chronique. La parenthèse conceptuelle se ferme donc ici.

AL-NAMROOD œuvre donc dans des sphères Black-Metal, d’obédience légèrement mélodique. Mais bien évidemment, le groupe ne va pas s’arrêter là et va développer sa couleur locale avec une touche orientale très marquée, de par les claviers et ambiances, percussions et chant en ancien arabe, chant qui ne choque pas le moins du monde. Et même si AL-NAMROOD a eu des chanteurs différents pour chaque album, on reste dans un même ton assez rocailleux, peu exceptionnel mais qui amène un soupçon d’originalité. Original, le groupe l’est assurément de par sa touche orientale très personnelle. Presque rien à voir avec un MELECHESH par exemple (ou alors celui de Djinn et Sphynx à la rigueur). Les instrumentations orientales sont nombreuses et portent la musique du combo, avec des claviers très bien intégrés même s’il faut aimer ce genre de sonorités. Pour ce qui est du côté Metal, il en faut pas s’attendre à de la haute technicité, que ce soit dans la qualité de composition ou dans la production. Astfhl Al-Tha’r était donc bien peu palpitant même si le son était correct (pour du Black). AL-NAMROOD s’est nettement amélioré pour Esthorat Taghoot qui est un disque très sympathique avec d’excellents morceaux, mais le groupe a trop voulu se la jouer pro avec un disque enregistré au Bahreïn mais mixé avec les pieds, genre « on fout tous les potards à 12 et ça va déglinguer ». Quelques relents de « gniiii mal z’oreilles » étaient présents et le groupe a succombé au péché de surproduction. Avec un troisième opus on devrait tendre vers l’équilibre, et c’est le cas vu que le groupe signe assurément avec Kitab Al-Awthan son disque le plus abouti, enregistré cette fois-ci dans le propre studio du groupe en Arabie Saoudite. Reste un son de guitare un peu crispant mais les claviers sont très bien mixés et le son de batterie très bon, bref une prod tout à fait correcte. Pour du Metal underground, cependant…

Kitab Al-Awthan est d’ailleurs légèrement plus sombre que son prédécesseur, moins rentre-dedans à certains égards, plus lancinant et plus destiné à mettre en valeur les ambiances orientales et autres artifices orientaux. On s’en rend bien compte dès l’intro très épique qu’est "Mirath Al-Shar". AL-NAMROOD est donc en réussite grâce aux percussions de "Min Trab Al-Jahel", des instrumentations originales de "Hayat Al-Khlood", des rythmes entraînants de "Kiram Al-Mataia". Mais pour le reste, il subsiste tout de même un côté légèrement approximatif, notamment dans ces trémolos mélodiques à la limite de la justesse (de même que certains claviers, sur "Bani La’em" notamment). Si les blasts d’un morceau comme "Al-Qaum, Hakem Al-Huroob" sont à couper le souffle, les nombreux mid-tempo de l’album ne sont pas très convaincants, en témoignent les plus ennuyeux "Ashab Al-Aika" et "Ez Al-Mulook". Et le final "Wa Na Kan Lil Sufha’ Entisar" est un tout petit peu kitschouille, même si l’atmosphère demeure prenante. Bref, tout n’est pas encore parfait, mais Kitab Al-Awthan reste un album blindé de bonnes trouvailles et dans l’ensemble tout à fait correct… pour un groupe underground.

A l’instar d’un THE HORN, AL-NAMROOD reste un groupe underground pour fans d’underground, prêts à tolérer les approximations instrumentales et de production. Le groupe saoudien a néanmoins dans son camp le bénéfice de l’originalité, en plus d’un concept osé mais réfléchi et non bas du front et/ou provoc de bac à sable. Mais pour le moment, AL-NAMROOD a du mal à se détacher de son étiquette de curiosité. Son BM oriental est bien ficelé, mais pas encore parfait, et à moins de se faire soutenir par un label suffisamment important et peut-être un studio il ne le sera probablement jamais. Kitab Al-Awthan est donc juste un album sympathique avec de bonnes ambiances orientales, qui s’adresse avant tout aux amateurs de ce genre de sonorités. Mais AL-NAMROOD reste une formation underground et pour apprécier ses albums à leur juste valeur, il faudra faire avec.


Rédigé par : ZeSnake | 13.5/20 | Nb de lectures : 11975




Auteur
Commentaire
Lennerthium
IP:217.128.52.187
Invité
Posté le: 21/02/2013 à 09h49 - (106077)
Excellent album !

Ennemie
Membre enregistré
Posté le: 21/02/2013 à 12h20 - (106080)
Bien meilleur que les démos et meme que le premier album Estorat Taghoot! Super groupe, super ambiance, merci pour la chronique (même si l'album est sortit y'a pas mal de temps..)



Mr Anou
IP:78.250.163.207
Invité
Posté le: 21/02/2013 à 13h45 - (106084)
Très bon album pour moi aussi. Parfois approximatif certes mais efficace, original et envoûtant, avec certes une influence du contexte mais qui n'enlève rien à la qualité globale de la musique, qui dépasse de loin une bonne part de la scène UG.
Merci au serpent pour la chronique.

Ennemi
IP:81.252.135.249
Invité
Posté le: 21/02/2013 à 20h23 - (106087)
Al Namrood: un joyaux aussi. Une emmeraude précisément.

De même, à noter, un "non croyant" ou un "mécréant" se dit kofar (voir kafir selon la région).

Enfin j'attend avec impatience d'avantage le prochain (qui met un sacré temps à sortir) Narjahannam... En tout cas bonne attente grâce à cette galette.

Crom-Cruach
IP:82.122.94.62
Invité
Posté le: 24/02/2013 à 11h10 - (106187)
Très bon

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker