ALL OUT WAR - Dying Gods (Organised Crime) - 12/11/2015 @ 07h32
ALL OUT WAR est un groupe à part et le sera toujours. Déjà, ils n’appartiennent à aucun crew, aucune équipe, aucun gang et se gardent bien de revendiquer une quelconque affiliation. La vie de rue n’a jamais été synonyme de fierté ou d’inspiration pour eux, se la jouer faux gangsters, très peu pour eux, ils préfèrent opter pour une approche socio-politique, apocalyptique ou anticléricale dans leurs paroles. Les gars sont plutôt des mecs tranquilles qui, comme des millions de cols bleus américains, se dépatouillent tant bien que mal dans leur petite vie et se servent d’ALL OUT WAR comme d’un exutoire, histoire d’évacuer toutes les frustrations du quotidien, ce qui leur donne cette haine froide et cette colère véritable. Mike Score est un frontman à part aussi, prof d’histoire américaine dans le civil, il ne manque jamais de faire la leçon au travers de ses lyrics et de sa musique. ALL OUT WAR ne sont pas des mecs marrants, ils ne l’ont jamais été et ne le seront jamais. Ils possèdent cette étiquette de loups solitaires qui leur colle à la peu et qui, d’ailleurs, leur va tellement bien. Le genre de mec qui arrive seul, te colle une claque dans la tronche et se casse sans se retourner. Si tu ne sais pas pourquoi tu t’es mangé une claquasse, t’inquiètes pas, lui saura pourquoi il te l’a collée.

ALL OUT WAR revient avec un ep 7 titres dévastateur après quelques albums en demi-teinte et divers changements de line-up. Pour ce « Dying Gods », le groupe mené par Mike Score retrouve son line-up et son producteur (Steve Evetts) du légendaire « For Those Who Were Crucified ». Autrement dit, ça va filer droit et effectivement ça file putain de droit. On retrouve toujours ces riffs fortement inspirés par Slayer mais avec la touche ALL OUT WAR qui fait la différence. « Servants To The Obsolete » est une tuerie absolue qui comporte en son sein tout l’adn du groupe. Des mid tempo écrasants de puissance, des moshparts de gangsters qui vont détruire des moshpit tout entier et une touche evil qui fait le sel du groupe. Et puis Mike Score a la putain de haine. Plus que jamais peut-être. Dégoûté par son pays, sa société et plus généralement, ce monde qui se barre de plus en plus en couilles. Mike crache son venin et en remontre à tous les jeunes loupiots aux dents longues. Ne venez pas le test, les mecs, pas la peine, vous allez rentrer à la maison avec les fesses rougies et une leçon d’histoire.

Le son est d’époque, Steve Evetts fait un travail parfait et fait sonner le groupe mieux que quiconque. ALL OUT WAR se permet quelques échappées sur les terres du Holy Terror, sur le premier titre notamment qui pose l’atmosphère belliqueuse et urgente du disque. Le groupe sonne plus en colère, plus remonté et plus urgent que jamais, comme s’ils savaient que la fin était proche. « Vengeance Reigns Eternal » sonne comme du Slayer qui se serait vraiment mis au hardcore avec des mospharts de voyous et des lyrics socio-politique pas piquées des hannetons. « Nothing Left To Bleed » fout les jetons avec son intro typiquement eurocore nineties, ses arpèges, ses riffs metalcore, son accélération vicelarde, son solo et sa batterie mitraillette. Un titre ébouriffant de violence, de puissance et d’attitude vengeresse. Que ça fait du bien de retrouver le groupe au top de sa forme, voire même plus. L’âge ne les a pas seulement rendu meilleurs, mais aussi plus amers et moins enclins aux compromis (déjà qu’ils ne l’étaient pas étant jeunes…).

Pour terminer, AOW se fend de deux reprises la première de « Arise » d’Amebix, morceau que je ne connais pas (et voila, les Vrais Chevelus vont encore me tomber sur le paletot) et qui tranche sur ce disque de par ses riffs thrashy et sa cavalcade de guitare heavy metal. La seconde reprise est « God is Dead » de Carnivore, légende du crossover hardcore new-yorkais qui trouve évidemment sa place et s’intègre parfaitement dans la thématique du disque. La cover est fidèle, Mike apporte sa touche sans essayer de singer l’inimitable Peter Steele, tandis que sa bande ajoute une petite lampée de violence et de Metalcore pardessus tout ça. Moins de vice peut-être, mais plus de voyouterie. Nickel pour clore les comptes et terminer en beauté ce qui n’est ni plus ni moins qu’un des eps les plus puissant de l’année. TRUE METALCORE NEVER DIE!

Maintenant, petit aparté : reste à espérer que les américains n’éliront pas Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, ça risquerait vraiment de tuer ce pauvre Mike Score qui ne supportera pas le choc.




Rédigé par : Seb On Fire | 8.5/10 | Nb de lectures : 7719




Auteur
Commentaire
CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 12/11/2015 à 13h50 - (118636)
Biba bilou BLAM dans la face.



CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 12/11/2015 à 13h54 - (118637)
Pour "Arise", ce sont les Crusties qui vont grogner.

MoiZ
IP:46.218.171.146
Invité
Posté le: 12/11/2015 à 17h42 - (118642)
Wow, 2 reprises de morceaux cultes de groupes cultes!

Jus de cadavre
Membre enregistré
Posté le: 13/11/2015 à 16h46 - (118660)
Putain comment c'est bon ! Connaissais que de nom, ben ça vaut le coup. Pas content les mecs. Décidément le hardcore ne sonne jamais mieux que quand il est "désespéré" si je puis dire et vraiment vénère (pas comme Hatebreed en fait :D)...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker