ALLEGAEON - Formshifter (Metal Blade/Sony) - 29/05/2012 @ 08h00
Je viens d’un endroit où les modes n’existent pas, où les normes n’ont pas droit de cité. Là d’où je viens, la contrainte est subjective, le plaisir contraint ; et seule la musicalité s’érige en maitre.
Mon nom est ALLEGAEON.
Ma patrie est le lieu de tous les regards, l’endroit de toutes les railleries. Là où sont produits guides et clones, talents et supercheries. Je n’ai que faire de mes pairs. J’aime me soustraire de cet héritage, à contourner us et coutumes métalliques.

Mes jouissances intérieures sont à chercher près de SPAWN OF POSSESSION, OBSCURA; DARK TRANQUILlITY ou IN FLAMES. De fugaces explosions d’arpèges évoquent même les français d’HYSTERIA, ou encore KYLESA. Sans oublier une bonne dose de modernisme évoquant ARSIS ou BLACK DAHLIA MURDER. Mais dont j’ai su tirer le meilleur, et délaisser les mauvais côtés. J’y puise tout mon talent, toute ma substance.
Ma force, talon d’Achille des brutes aux doigts habiles, est la musicalité, la mélodie, couplée à une maitrise technique indéniable. Force et faiblesse à la fois.
Les faibles auraient vite fait de sombrer dans la démonstration stérile. Ma proportion à éviter ces écueils illustre toute mon audace, mes aptitudes.

Sans réinventer le style, j’ai réussi, et je n’en suis pas peu fier, à bâtir mon existence et mes éruptions autour d’une musicalité omniprésente. Moelle épinière de "Formshifter", constituée de riffs et soli captivants. Mon attirance pour la technicité et les riffs mélodieux est omniprésente, et cette surenchère d’accords et de figures musicales rythmiques, pouvant rebuter de prime abord, n’est qu’une façon irrésistible de personnaliser mon expulsion et de véhiculer hargne et accroche.
Ce que vous blâmerez, ce que vous critiquerez, me permet de donner une identité propre à chaque morceau, facilitant ainsi l’écoute et l’assimilation de l’album. Derrière des préjugés auxquels beaucoup auront vite fait de m’associer, je cache une recherche musicale indéniable. Je suis beaucoup plus subtil, méticuleux et raffiné, qu’il n’y parait.

J’en fais parfois trop, j’en suis bien conscient. Mon addiction pour les mélodies et les soli peut rebuter. Tant pis, j’assume, et use de cette approche pour exprimer un panel varié d’émotion. Sous couvert de blast, d’accélérations et de blastbeats, intercalés avec de savoureux mid-tempos, j’échappe ainsi aux contraintes des pratiques standards.
Je me complais dans les variations rythmiques fréquentes, savamment dosées, liant le Death Metal et le Death Technique par une approche personnelle, un soupçon de modernisme, et un côté mélodique prononcé. Sans verser dans la violence basique. Sans une seconde œuvrer dans la facilité du DeathCore.

J’ai tant de rancune, de courroux et de hargne à exprimer, que je ne peux m’épanouir que dans une brutalité ubiquiste mais réellement diversifiée. Psalmodiée par un chant diversifié, principalement hurlé sur des tonalités graves, et aéré par des cris aigus presque Hardcore. Classique, mais qui sied parfaitement à mes états d’âmes.
Ma soif de Death, de Technique et de mélodies ne m’astreint aucune limite, et je me plais ainsi à utiliser entre autre de subtiles nappes de claviers, ou d’improbables mais d’allègres incursions de passages à la guitare acoustique greffée par-dessus les riffs Death. Une façon supplémentaire d’exprimer ma boulimie de mélodies et de technicité.
Mais toujours supplanté par une harmonie réelle, où chaque titre existe et vit.

Cette absence de limites dans mon mode d’expression, cette absence de barrière a pour contrainte de me laisser emporter par ma folie créatrice, n’échappant pas à des longueurs et baisses de régime. Mon pamphlet aurait gagné à être amputé de 1 ou 2 titres. Certains morceaux auraient sans doute du être retaillés, raccourcis.
Mais je suis entier. Passionné. J’ai besoin de cette petite heure pour laisser pleinement rejaillir toutes mes aptitudes, toutes mes idées, et pour que mon sens aigu et talentueux du riff s’exprime pleinement.

J’arrive trop tard. Certains cadors m’ont devancé, et mettent en exergue mes approximations, ma jeunesse, mes hésitations. Mais ne passez pas à côté de moi sans tendre l’oreille, "Formshifter" vaut largement le détour.

http://www.facebook.com/allegaeon - 213 visite(s)

Site du label - 83 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | 16/20 | Nb de lectures : 12002




Auteur
Commentaire
ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 29/05/2012 à 19h37 - (102232)
très bien fichu mais j'ai pas du tout accroché hormis quelques passages qui tuent. enfin, pour moi la plupart des groupes qui essayent de faire du mélodeath technique se vautrent dans un truc démonstratif et stérile, et ce groupe ne déroge pas à la règle.

Ju
IP:88.160.211.236
Invité
Posté le: 30/05/2012 à 06h34 - (102238)
Honnêtement, cet album déchire.
Comme toi à l'écoute des deux titres FB. au début j'ai été décontenancé, je me disais que ça serait "comme tous les autres".

Et à la fin de la première écoute de l'album, en entier, ben j'avais complètement changé d'avis.
Cet album est super cohérent et efficace, technique mais sans trop en faire, et mélodique sans trop en faire. Je trouve qu'ils ont le petit truc qui fait toute la différence !

En tout cas, perso je suis bien content d'avoir récupéré le 'promo' de Greg au final !!!
:)

Monceau
Membre enregistré
Posté le: 31/05/2012 à 00h34 - (102251)
ah c'est du melodeath technique ça ? ça m'est pas du tout passé par la tête à l'écoute ^^

plutôt d'avis de Ju - rien que quelques titres dispos interpellent et lâchent plus



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker