ALARUM - Natural Causes (Willowtip) - 16/01/2012 @ 08h02
Sept années, voici le temps qu'il aura fallu attendre pour qu'ALARUM pointe le bout de son nez du fin fond de son Australie natale et sorte enfin un succésseur au monumental et déjà classique "Eventuality" sorti en 2004 ! Un vrai joyau techno-death/thrash teinté de jazz fusion, qui aura valu au groupe une place équivalente à CYNIC dans mon panthéon personnel, rien de plus normal tant cet album en faisait le pur disciple de la bande à Paul Masvidal avec ses morceaux concis et courts débordant de créativité, de riffs fouillés, de plans bizzaroïdes où jaillissent des solos en tout genre et même cette ambiance mystérieuse tant introspective. Une oeuvre un brin complexe et d'une incroyable richesse, servi par une énorme technique de la part de chaque musicien (que ça en devient écoeurant), qui m'aura marqué et reste toujours aussi fascinante à la manière de l'unique album des Norvégiens de SPIRAL ARCHITECT, "A Septic's Universe".
Malgré des retours plutôt positifs et une belle tournée américaine, le groupe a disparu du jour au lendemain, communiquant à de rares occasions pour nous dire que ça bossait sur un nouvel album qui fut sans cesse annoncé et repoussé, la faute sans doute à des problèmes de line-up et non des moindres avec les départs succéssifs du monstrueux batteur poulpe, Matthew Racovalis, en 2006 suivi l'année suivante du non moins excellent guitariste, Scott Young. Autant dire que la tâche n'était pas aisée pour retrouver des remplaçants du même calibre, la preuve puisque qu'ALARUM a décidé de poursuivre sous la forme d'un trio pour ce troisième album avec toujours l'axe créateur Mark Palfreyman (chant/basse) / Mark Evans (guitares) accompagné du nouveau venu à la batterie, Rob Brens.

Le voici donc enfin ce "Natural Causes" attendu comme le messie et qui pourtant me servit une belle douche froide aux premières écoutes. Mais où est donc passé le géniallissime groupe auteur d'"Eventuality", plein de fougue, qui en mettait plein la vue aux amateurs de metal ultra technique ? Du mal à reconnaître le groupe tant il y a de changements et j'opterais pour un rapprochement avec le "Jupiter" d'ATHEIST (qui est une influence revendiquée par les Australiens): c'est sacrément différent, on atteint en aucun cas la qualité dudit classique et pourtant il y a un truc qui fait que ça marche quand même. On creuse encore et encore car on a bien repéré des choses atrayantes (et elles sont nombreuses), puis au fil des écoutes on se fait à cette nouvelle version moins complexe et démonstratives, plus abordables mais également très variée. Alors tant pis si ce petit frisson si particulier n'est plus là, car prise comme telle, cette oeuvre est un régal pour les amateurs de metal technique tant il se passe de choses intéressantes le long de ses 40 minutes pour 12 morceaux.

Clairement plus metal que son prédecesseur, on trouve un lot de titres mordants pas si éloignés d'un MARTYR ou DEATH (époque "Human") dans ses phases agressives comme sur un "Undivided" à la rythmique terassante (miam les solos aériens) ou le très speed "Interface" (avec ces percussions latino sur le solo qui sonne très classique, nouvelle influence perceptible dans le jeu du guitariste). Disons que si cette impression demeure, il n'en reste pas moins que l'on a bien affaire à du ALARUM même si ça sonne un peu moins fusion: la première moitié de l'album est juste fabuleuse de ce côté-là: les accélérations dévastrices, les riffs bien techniques, les solos qui sortent de nulle part, les envolés de la basse sur "Natural Causes" ou l'énormissime "Shifting Skies Like Nothing", trois minutes de pur bonheur avec cette osmose parfaite entre les instruments, avec cette partie centrale qui démarre par un superbe solo du bassiste qui est suivi d'un roulement dévastateur du batteur pour introduire toutes une série de solos dont un de sitar du plus bel effet. Et que dire du mouvant "Non-Linear Parallels" nerveux comme il faut ponctué une nouvelle fois de percussions du meilleures effets.
La piste "For Ne Creation" est quant à elle vraiment frustrante: dans une veine plus rock et aérienne qui offre à Mark Palfreyman l'occasion d'exprimer un chant clair pas déplaisant, ce morceau léger s'il regorge de bons moments (dont une nouvelle fois le talent de Mark Evans) ne retient mon attention que pour son intro et outro introspectives au possible, magnifique moment de quiétude digne d'un CYNIC époque "Focus" où j'en viens à me demander pourquoi ces thèmes ne sont pas plus creusés ?
Dans le genre énervant nous avons aussi deux magnifiques interludes hélas trop courts: "Evspanol" où les notes de Evans sont sublimes dont un genre futuriste hispanisant des plus raffinés... Et une compo du bassiste "Transpiration", introspective où Evans apporte de délicates notes pour un moment de grâce. Le groupe tient quelque chose de grandiose mais ne va pas assez loin, défaut que l'on retrouvait déjà sur "Eventuality", dommage.
A noter deux morceaux plus longs pour ALARUM, par rapport au format habituel, assez riche en moments forts à commencer par "The Signal" qui contient une joute guitaristique accompagné de guitares accoustiques en support avec cette influence espagnol qui rôde et des passages plus simples et lourds point déplaisants. L'autre titre surprenant s'avère être "Silent Betrayal" aux riffs tendus et secs qui donnent un côté froid, c'est ultra véloce et pourtant il y a un refrain groovy avec des choeurs qui bien que cassant un peu le truc ne passe pas si mal. Heureusement que c'est contre-balancé par un jaillissement de solos bien jouissifs. Ce Mark Evans est un putain de guitariste qui sait alterner moments de finesses et pur schredding. Le morceau se fait plus lourd ensuite avec un riff ultra mécanique qui vous reste dans la tête, d'une précision terrible, écrasant, ça fait drôle pour du ALARUM mais fait avec un tel talent, ça passe une nouvelle fois.

Ce nouveau ALARUM à quand même quelques défauts, malgré son excellente qualité. A commencer par le batteur, qui bien qu'assurant une belle partition, n'a pas la finnesse de son prédécesseur ou disons que c'est moins fouillé/chargé (ça peut être une qualité suivant les auditeurs). Le fait de n'avoir qu'un seul guitariste se ressent grandement, ça fait un peu vide par moments, mais on s'y fait quand même car Mark Evans est impérial. D'ailleurs c'est un peu son album, puisqu'il a composé plus de 80% de "Natural Causes" et ça se voit car un morceau instrumental comme "Sensory Endeavour" avec son côté neo-classique aurait eu plus sa place sur un album solo. Et on regrettera également le peu d'unité entre les morceaux, ça fait plus collection qu'autre chose et ça se fait particulièrement sentir sur toute la deuxième partie de l'album qui est bizarrement agencée.

Et encore cela vaudra seulement pour le fan un peu tatillon que je suis, car au final l'écoute de cet album est un vrai plaisir tant il regorge de grands moments. Sachons l'apprécier, car c'est sans doute le dernier ALARUM avec le guitariste fondateur et principal compositeur, Mark Evans (immense sur cet album), ce dernier s'étant fait gentiment dégagé par ses compères.
Nul doute que si l'aventure discographique continue pour les Australiens (les remplaçants étant déjà trouvés), il n'en sera plus jamais pareil malheureusement. Merci EVO.


Rédigé par : Arnaud | ALARUM/ | Nb de lectures : 11646




Auteur
Commentaire
2nd Decapitation
Membre enregistré
Posté le: 18/01/2012 à 16h29 - (99898)
Bien d'accord avec l'ensemble de la kro!
Un très bon album légèrement différent de l'excellent Eventuality mais qui est tout aussi riche et un peu plus surprenant/original!

Par contre triste d'apprendre que Mark Evans ne fait plus partie du groupe!(il est grandiose sur cet album)



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker