AGGRESSOR - Death Follows Me (Autoproduction) - 06/01/2014 @ 07h53
Ah ça c’est sûr, rien qu’en ayant choisi ce nom là, surtout pour nous amis franchouillards, tout de suite cela partait mal. Et lorsque juste derrière on découvre que ce groupe de death polonais en est réduit à l’autoproduction là où 99% de ses compatriotes tapant dans le même créneau réussissent à trouver une maison grâce, notamment, à la bonne réputation dans le milieu de cette nationalité, on se dit que cela sent VRAIMENT le pâté…

Au final, pas trop. Alors c’est sûr, ce troisième album ne risque pas de faire trembler l’aristocratie death mondiale sur ses bases et ce n’est pas cette pochette à peine lisible qui donnera trop envie aux néophytes de se pencher sur leur cas. Sauf qu’en faisant de petites recherches, on découvre avec surprise qu’AGGRESSOR (oui, avec deux ‘G’) existe depuis 1988 (!) et que leur nom avait été choisi à la base en référence au morceau du même titre signé HELLHAMMER. Or vu qu’internet n’était même pas un concept à l’époque et que de toutes façons, ils furent loin d’être les seuls à avoir pensé à ce patronyme (metal archives en compte plus d’une vingtaine !), on ne leur jette plus trop la pierre de n’avoir pas été au courant de l’existence de notre AGRESSOR (avec un seul ‘G’ cette fois) national. Et puis surtout, le cliché groupe non signé=groupe ne méritant pas de l’être est une nouvelle fois ici battu en brèche.

Alors c’est vrai, peut-être ce qui coince avec eux, c’est qu’ils ne correspondent pas à ce que l’on attend aujourd’hui de nos amis polonais, à savoir un truc ultra-maousse et bastos à la YATTERING qui ne laisse aucun répit au pauvre petit auditeur sans défense. Non clairement, leurs racines viennent du death des origines, avec une bonne louche de thrash dedans. En même temps, pourquoi attendre autre chose d’un groupe qui a fêté l’année dernière son quart de siècle d’existence ? Cela dit, cela ne les empêche pas non plus de balancer quelques blasts pas piqués des vers et de ne pas, contrairement à beaucoup d’autres, jouer sur la fibre nostalgique. Niveau influences, c’est que du archi-classique, avec une bonne louche de NAPALM DEATH période ‘Fear, Emptiness, Despair’ dans la façon de faire tourner les riffs mais sans le sens de l’accroche qui va avec.

Or justement, c’est ce côté tiédasse qui gène un peu. Le groupe est brutal mais pas trop, le chanteur guttural mais pas trop, les riffs sympatoches mais pas trop, les paroles sont dites engagées (attention la drogue c’est mal, attention l’extrêmisme religieux ce n’est pas bien aussi etc.) mais pas trop et roule ma poule. Sauf que tout est comme ça. Autoprod oblige, bien que pas honteuse, la prod est d’ailleurs potable mais pas trop, avec par exemple une double caisse un peu triggée pour être honnête trop mis en valeur par un mix manquant de puissance.

Pourtant, on aurait pu croire que la présence en leur sein d’un des deux guitaristes de CALM HATCHERY (excellent groupe de brutal death trop peu connu hélas) aurait garanti un peu plus de punch mais au final, non. ‘Death Follows Me’ préfère dérouler son petit tapis de bombes qui n’atteint même pas la demi-heure sans trop se fouler, proprement mais sans panache. Autant dire que cela n’est pas comme ça qu’il risque de sortir de l’anonymat dont il semble prisonnier depuis toujours…

http://www.aggressor.oferuje.pl/ - 115 visite(s)

facebook - 75 téléchargements


Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 10/20 | Nb de lectures : 11733




Auteur
Commentaire
Tal
IP:193.200.150.152
Invité
Posté le: 10/01/2014 à 13h03 - (110676)
Meilleur album du siècle. Un régal.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker