AFTER FOREVER - Invisibles Circles (Transmission/Season of mist) - 08/04/2004 @ 13h47
La voilà, la première vraie livraison d’After Forever depuis le départ de Mark Jansen parti fonder Epica. Il y a quelque mois on a bien eu droit à un mini sympathique mais c’était plus un prétexte pour partir en tournée et pour tourner un clip destiné aux télés hollandaises. Le vrai album sur lequel le groupe va être juger est sans conteste celui ci. Que les fans se rassurent « Invisible Circles » c’est un peu le changement dans la continuité, deux trois petites nouveautés se font entendre mais le gros morceau reste identique à ce que le groupe nous avait habitué.
Premier point est non des moindres, After Forever garde le chant masculin guttural dans ces compos allant un peu à contre courant des formations qui se calment avec le temps et qui polissent leur musique pour la rendre plus accessible aux chastes oreilles du grand public (vous n’avez qu’à regarder à quelle année remonte le dernier grognement entendu chez Within temptation ou theatre of tragedy). Cette alternance grognements masculins et voix lyrique féminine peut être jugée convenue mais le groupe, plutôt que de se reposer entièrement sur la voix de Floor, a préféré maintenir cette dualité vocale apportant ainsi de l’agressivité et une certaine variation. Variation d’autant plus importante que du chant clair masculin se fait également entendre, ce qui en soit est une nouveauté pour le groupe.
Autre point important, contrairement au mini excordium qui était relativement calme cet album semble marquer un regain d’énergie au niveau des compos. Les guitares se veulent percutantes, à grands renforts de gros riffs fleurtant parfois avoir le power métal. Mais attention, les plages atmosphériques durant lesquelles Floor nous délecte de son timbre puissant sont toujours là, au même titre que les violons présents en accompagnement. C’est ainsi qu’on assiste à la montée en puissance du titre « Beautiful emptiness » regroupant les parties atmosphériques précitées et les rythmiques taillées pour la scène. « Between love and fire » est lui aussi plus axé sur l’efficacité que sur l‘émotion pure. Il nous dévoile des synthés qui osent des sonorités plus modernes, une guitare qui se livre à l’exercice du solo et le chant clair masculin en fin de titre. Au milieu de ces titres plus heavy les uns que les autres « Eccentric », avec uniquement floor et un piano, offre une pause agréable et aère un peu le tout.
Bien qu’étant plus axé sur la puissance qu’auparavant After Forever avec « Invisible circles » n’oublie pas d’ou il vient et offre à mon sens une suite honorable à « Decipher ». Les ambiances orientales que le groupe affectionne sont toujours là : « Through square eyes » et du coup forment le trait d’union avec leurs précédentes réalisations. Les violons en intro de « Digital deceit » et les nombreux chœurs rappellent également ce que le groupe a pu faire par le passé. A côté de ça le combo incorpore de nouveaux éléments comme ces synthés aux sonorités électros en ouverture de « Two sides » et de nombreuses rythmiques fortement teintée de métal. Certes, le chant de Floor est très avant, mais pouvait il en être autrement sur ces compos plus heavy que par le passé?
Pourquoi ce choix de « plus de violence » ? Peut être pour servir au mieux le concept mis en musique. Au lieu de nous parler de chasseurs de dragons ou de batailles moyenâgeuses After forever s’est inspiré du monde moderne (on sait tous combien il est violent) et de différents problèmes de société. Au travers de la vie du personnage central le groupe aborde des sujets actuels comme l’éducation des enfants. Que dire de ces parents qui donnent à la télévision et à internet le pouvoir d’éduquer leurs enfants pendant qu’ils axent tout leur temps sur leur vie professionnelle. Dommage que le groupe ait inséré à deux reprises de courts dialogues dans ces compos pour mettre en forme ce concept, ça casse plus le rythme qu’autre chose. A part ça, pas grand chose à reprocher. Le fan devrait y trouver son compte, seul celui qui préférait les moments les plus calmes peut être déçu.
Concernant l’artwork, la pochette aurait pu être mieux mais ce n’est rien en comparaison des combinaisons adoptées par l’ensemble du groupe, j’espère qu’il n’emprunte pas sur le plan visuel le même chemin que Metalium.


Rédigé par : dark tranquilou | 15.5/20 | Nb de lectures : 9245




Auteur
Commentaire
onyx
Invité
Posté le: 06/09/2004 à 11h50 - (10214)
magnifique!!! excellent!!! 18/20

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker