ABYSMAL DAWN - Obsolescence (Relapse) - 10/11/2014 @ 07h45
14 secondes. C’est le temps qu’il aura fallu à ABYSMAL DAWN pour enfoncer le reste de sa discographie et prendre un nouveau départ. Cri de la mort, blast assassin, riff tranchant : le départ express de Obsolescence montre que le groupe américain n’a plus envie de rigoler. Finis les mid-tempos hyper chiants de Programmed To Consume et l’ennui latent de Leveling The Plane Of Existence, ABYSMAL DAWN a passé la seconde, ou plutôt la troisième, ou plutôt a pris la voie d’accélération pied au plancher au volant d’une boîte auto. Pour ce qui est leur quatrième album, on a quand même envie de se dire « enfin ! ». Mais ne boudons pas notre plaisir et apprécions dès à présent le ABYSMAL DAWN nouveau, celui qui a décidé de passer à un autre niveau, que ce soit en termes de vitesse, de brutalité, de production, de composition, d’inspiration, de technique et d’efficacité. ABYSMAL DAWN n’est peut-être pas encore dans le haut du panier du Death US mais commence sérieusement à toquer à son anse.

Il faut dire que jusque là, la carrière du groupe de Charles Elliott n’avait franchement pas décollé, malgré sa présence sur Relapse qui ne lâche pas l’affaire. Je ne connais (toujours pas) From Ashes mais Programmed To Consume était archi poussif malgré la présence d’un morceau-titre sympathique. Leveling The Plane Of Existence était porteur de promesses mais le groupe ne se foulait pas franchement, glorifiant encore le mid-tempo lourd mais souvent lénifiant. Pour Obsolescence, le groupe ne change rien à la base, pratiquant toujours un Death US moderne qui emprunte à pas mal de formations européennes (BLOODBATH, CARCASS, DISSECTION). Mais en trois ans il a énormément progressé et ce à tous les niveaux. Meilleure production, compositions bien plus étoffées, chant toujours délicieusement rauque, voilà déjà de quoi faire un bon album, au moins leur meilleur effort. Mais surtout, ABYSMAL DAWN a décidé de mettre un coup d’accélérateur et ce sont désormais les parties rapides qui sont à l’honneur. Bien sûr le mid-tempo rampant est toujours de la partie, comme une marque de fabrique, mais les américains ont cette fois-ci décidé d’envoyer la sauce et de véritablement montrer de quel bois ils se chauffent.

C’est ainsi que le groupe prend appui sur les morceaux qui poutrent le plus dans son répertoire, comme "Pixilated Ignorance" ou "Rapture Renowned" de Leveling The Plane Of Existence, mais en mieux et plus intense. "Human Obsolescence" décalotte d’entrée et l’on tient ici un des départs d’albums les plus jouissifs de l’année. Quels progrès au niveau de la batterie et du riffing ! Une grosse claquasse particulièrement destructrice et agressive qui force le respect, avec un beau solo à la clé. Les progrès sont également techniques et en présence du guest Christian Muenzner, ABYSMAL DAWN passe à un autre niveau pour "Perfecting Slavery", se permettant même de lorgner du côté de NILE avec toujours une certaine efficacité. Obsolescence regorge donc de pistes bien plus brutales et rapides que par le passé, et il y a de quoi faire avec les "Devouring the Essence of God" (aux transitions énormissimes), "One Percent Incomplete" (très sombre), "By My Demons" et l’excellent final "The Inevitable Return to Darkness". ABYSMAL DAWN n’oublie pas pour autant de freiner mais s’est ici échiné à déplacer son équilibre. Si bien évidemment chaque morceau comporte un ou plusieurs ralentissements pour mieux repartir ensuite, les morceaux mid-tempo sont bien plus convaincants que sur les précédents opus. Le groupe est donc en réussite totale ! "Inanimate" s’offre de purs rythmes BOLT THROWERiens portés par un gros son, avant un final incisif à souhait. "Loathed in Life / Praised in Death" est lourd comme il faut et "Laborem Morte Liberat Te" est parfaitement goupillé, s’autorisant là aussi des moments plus percutants qui font mouche.

Cet album qui se termine par une reprise de "Night’s Blood" de DISSECTION fidèle à l’originale mais bien servie par les growls de Charles Elliott, fait donc oublier en 48 minutes toutes les approximations de Programmed To Consume et Leveling The Plane To Existence. Le groupe est resté le même mais n’est plus le même, l’évolution sans révolution est fracassante et a accouché d’un album souvent monstrueux de Death US moderne. Pas encore un culte mais au moins une grosse surprise de la part d’un groupe qui risquait de s’enfoncer dans ses tempos patauds et a frappé là où on ne l’attendait pas. Il était presque trop tard mais Obsolescence surpasse sans peine les 3 premiers albums du groupe qui sont aujourd’hui obsolètes, une première partie de discographie timide qui n’avant pas montré le véritable potentiel d’ABYSMAL DAWN. ABYSMAL DAWN qui a donc appuyé sur le champignon et a montré son vrai visage aux radars, son visage le plus sombre et le plus agressif. D’aucuns trouveront encore ça trop stérile ou trop moderne pour un groupe qui voudrait rivaliser avec les formations cultes, qu’il n’atteint certes pas encore, mais déjà le groupe a eu le bon ton de ne pas partir dans le Deathcore et la surenchère technique, et d’autre part il parvient enfin à assurer dans son créneau moderne aux influences bien digérées, et vient de montrer avec Obsolescence qu’il n’est pas signé sur Relapse pour rien. Plus haut, plus loin, plus fort, plus vite, ABYSMAL DAWN s’est lâché et nous propose enfin un excellent album.




Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 10908




Auteur
Commentaire
ennemi juré
IP:93.14.83.72
Invité
Posté le: 10/11/2014 à 09h19 - (114640)
Un album sympathique.

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 10/11/2014 à 17h34 - (114660)
Même si ce nouvel album est meilleur que les précédentes livraisons du groupe (en terme de puissance et d'idées), ça reste quand même assez mollasson et lisse, et le groupe reste toujours en deuxième division du death américain



..::Ju::..
Membre enregistré
Posté le: 10/11/2014 à 21h30 - (114663)
Grave en phase avec l'analyse de Snake.
Je n'attendais absolument rien de ce groupe, et "Obsolescence" m'a agréablement surpris !

Pas aussi bluffant et scotchant que d'autres sorties récentes (DARKALL SLAVES en tête), mais tout de même une jolie progression pour un groupe qui était très très bas dans mon échelle personnelle des groupes de Brutal Death...
Un album sympa, qui fait le boulot, sans plus.



CyclisteMetôl
Membre enregistré
Posté le: 03/02/2015 à 19h08 - (115600)
Merde, je crois bien que je viens de tomber (enfin !) dans la marmite du brutal death !

il m'a fallu quelques écoutes avant d'acheter, puis après l'achat, quelques écoutes pour rentrer dedans, ben ça bute !



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker