ABSVRDIST - Illusory (Autoproduction) - 23/10/2012 @ 09h16
La magie d'internet, et de sa liberté d'expression.
La tendance est au mélange, à la mixité sociale. Habiles manœuvres hypocrites et démago visant à masquer nos défauts d'êtres humains. Mixité qui n’a d’hétéroclite que son nom, qui dissimule mauvaise foi et lâcheté.
De la même façon, ABSVRDIST n'a de scandinave que son nom.
Et n'a de 'Black' que son bandcamp.

Revenons sur terre le temps de cette chronique. Quand bien même les instigateurs de ce groupe américain sont fans de black, leur musique n'en reflète pas le moindre éclat.
Ce qui ne constitue pas en soi un élément important pour l'appréciation de "Illusory", mais je me devais de vous informer de cet état de fait, ô lecteurs de VS qui ne vous complaisez point dans le copié/collé abusif.
Car, ici et là, dans les bas-fond de la toile, appliquant à la lettre les préceptes de base du journalisme grand public, nombre de site, blog ou webzine se sont empressés de relayer l'info de la sortie du premier opus de ABSVRDIST, ce groupe de "Blackened Grindcore", omettant de vérifier l'info. ABSVRDIST, qui n'a rien 'blackened'.

Déception, car je m'attendais à un mix abrasif entre du ANAAL NATHRAKH et du TOTALT JAVLA MORKER.
Déception balayée par un plaisir relatif, puisque "Illusory" est une ode à l'extrémisme musical. Grind jusqu'au bout des cordes, ce groupe en provenance de San Antonio joue avec la rapidité et le modernisme.
Son Grind est résolument américain, c’est-à-dire sans le feeling des scandinave, sans l’intensité des Français, mais avec une rage moderne, sourde et lourde.

15 titres intenses et rapides. Ponctués de légères variations de tempos. Les riffs sont carrément basiques et linéaires, ce qui ne dérange absolument pas. Les rares pointes de mélodies suffisent à notre bonheur. Seuls quelques morceaux jouent avec la lourdeur qu’affectionnent des groupes comme CATHETER. Fort heureusement, sans en abuser, ce qui permet de reprendre son souffle sans trop de temps mort.

Plutôt que de miser sur les sentiments ou l’explosion impulsive, ABSVRDIST préfère construire son Grind, en variant les plaisir. ABSVRDIST a l’intelligence de ne pas sombrer dans un Grind trop bourrin, même si cela cause en parallèle des baisses d’intensités préjudiciables, notamment avec une fin d’album franchement poussive - mais intéressante.

Les hurlements arrachés sont autant d’appels au défoulement. Lyle hurle à s’en péter les cordes vocales, et le timbre aigu amplifie la sensation de rage. Cela compense l’aspect parfois plus pépère des passages mid-tempos.

Outre de menues influences Crust ou Punk, on sent que le groupe aime KILL THE CLIENT, NOISEAR et ROTTEN SOUND, et il ne se gêne pas pour le faire savoir. Je ne me gênerai donc pas pour dire qu’"Illusory" envoie du gros, et qu’il constituera une bonne dose de violence pour les grindeux en manque.
Je ne peux malgré tout invoquer la jeunesse du groupe pour expliquer le manque de personnalité dans "Illusory", car ABSVRDIST compte entre autres dans ses rangs Lyle Cooper de THE FACELESS.
Or, "Illusory" souffre malheureusement d’une absence totale de feeling ou d’âme. L’album s’écoute avec plaisir, mais sans laisser aucune trace particulière dans notre mémoire... Lacune partiellement comblée par l’énergie explosive et communicative.
En dépit de cet aspect linéaire et peu mémorable, "Illusory" est une bonne découverte !

http://www.facebook.com/absvrdist - 231 visite(s)

ECOUTE intégrale de l'album - 109 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | 13,5/20 | Nb de lectures : 11413




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker