ABSURDITY - Undestructible (Urban Death/Season of Mist) - 13/10/2014 @ 07h51
Il y a 3 ans et 7 mois, ABSURDITY nous faisait découvrir avec son premier album D:/Evolution son style actuel dénommé « Massive Moshing Death Metal », leur manière à eux d’étiqueter leur Death moderne, groovy et mélodique, teinté d’influences industrielles, drapé dans un son bien évidemment massif. Depuis, le groupe alsacien a eu l’occasion d’acquérir plus d’expérience scénique, de remanier quelque peu son line-up, mais surtout de travailler sur son second album, attendu par ceux qui comme moi avaient vu en D:/Evolution un album très prometteur. L’évolution d’ABSURDITY, c’est une question de changement et de stagnation. De stagnation sonore car le groupe a choisi de repartir en Hongrie, aux Supersize Recordings Studios, pour enregistrer Undestructible. De stagnation dans la démarche vu que ce nouvel opus sort de nouveau de par le biais de la structure Urban Death. De stagnation stylistique car le groupe ne va pas forcément révolutionner son art metallique. Mais de changement car le style va tout de même évoluer par petites touches savamment dosées. De changement car comme dit précédemment le line-up a bougé avec un nouveau guitariste et un nouveau bassiste. De changement dans l’ambition vu que ABSURDITY a su attirer des invités prestigieux. Dans la continuité de son précédent effort, ABSURDITY est désormais prêt à exploser. Toujours massif, mais plus percutant, Undestructible est un album qui va s’avérer destructeur.

La base de la musique d’ABSURDITY -celle proposée dès D:/Evolution- n’a donc pas bougé, nous sommes toujours en présence de ce Death moderne très massif qui ne néglige pas le groove et les vocaux bien graves et écrasants, entre HYPOCRISY et GOJIRA, et FEAR FACTORY pour l’aspect résolument industriel, qui n’a pas été oublié mais sert plutôt pour l’ambiance globale. Le groupe a néanmoins tempéré ses ardeurs mélodiques et ne pourra plus prétendre à être le ILLDISPOSED français, mais désormais ABSURDITY ressemble surtout à ABSURDITY même si les influences demeurent palpables. Cependant pour Undestructible les racines Deathcore du groupe ressortent légèrement et c’est ainsi qu’à certains moments de ce second opus on ressentira une vibe WHITECHAPEL et groupes connexes et similaires, sans que cela ne gêne, au contraire cela amène de la variété et la mixture d’ABSURDITY est au final parfaitement équilibrée et cohérente. Embarqué dans une prod façon « mur du son » à la DAGOBA ou à la Tue Madsen, Undestructible cherche surtout à en mettre plein la vue (et les oreilles) grâce à une efficacité parfois redoutable. Si le côté rentre-dedans qui se dégage de certains passages n’est pas toujours très fin, on voit bien où ABSURDITY veut aller : tout droit et en détruisant à peu près tout sur son passage. Avec leur deuxième album les alsaciens se posent clairement comme une potentielle machine de guerre en Live, ce que nous allons avoir l’occasion de constater très bientôt d’ailleurs. En attendant, voyons ce que le groupe a à nous proposer suite à son passage en studio : du lourd.

Une petite intro apocalyptique pour se mettre dans l’ambiance et "Prelude : First Infected" balance sa déferlante de riffs syncopés et de blasts, accompagnée des éructations de Ricardo, dans un registre plus varié que par le passé. Du FEAR FACTORY version gros Deathcore qui fait mouche d’emblée, s’autorisant même quelques jolies mélodies. "Spawn", avec ses variations de tempo bien senties (sacrées explosions de blasts !) et ses passages à la GOJIRA, décape sec pour véritablement lancer l’album. Julien de BENIGHTED vient ensuite pousser la growlounette pour "Rebellion", morceau logiquement plus gras et sombre mais qui est tout de même aéré par des passages HYPOCRISYens (avec du chant « clair ») et des plans syncopés, le tout avec une grande cohérence preuve que ABSURDITY maîtrise pleinement les arcanes de son style. Toujours au rang des invités de marque, c’est Shawter de DAGOBA qui vient chanter plus tard sur "…And Blood Will Run", morceau frénétique du genre déclencheur de pogos mais qui sait aussi groover quand il le faut. Au milieu de tout ceci nous avons le single "Wounded Animal", pas forcément représentatif de Undestructible, entre Math-Metal et Death-Metalcore WHITECHAPELien, très proche du "The Saw Is the Law" sorti par les américains il y a quelques mois. Mais si cette piste se traîne un peu en longueur, elle n’en est pas moins accrocheuse et percutante, et toujours drapée dans une ambiance industrialo-apocalyptique dont ABSURDITY a le secret.

Après l’interlude dubstep "Criminal" qui, amicalement et sincèrement, n’était pas obligatoire (de même que le break de "Prelude : First Infected" auparavant), ABSURDITY va finir son album de manière frontale avec un enchaînement de coups de poing. Si les riffs syncopés de "Truth-Out.org/Anakata" ont un fort air de déjà-entendu, le groupe innove en alternant chant Black et refrains à la Burton C. Bell / Peter Tägtgren, et l’ensemble demeure efficace en diable. "Hatred Fuel" met à l’honneur des rythmiques plus -core (il y a même des chœurs !) qui devraient là aussi faire leur effet en concert surtout lorsque le tempo ratiboise et que des véritables mosh-parts font leur apparition. "Can’t Stop the Machine" est en revanche 100% Death moderne (avec une étonnante basse qui vrombit bien) et l’énergie du groupe semble inarrêtable. Undestructible se clôt par le plus agressif mais également mélodique "Information Killed Information", puis par le virevoltant morceau-titre où le groupe jette toutes ses dernières forces dans la bataille, pour des excellents riffs qui déboulent dans un tempo presque thrashy, avant un final beaucoup plus aéré qui laisse entrevoir un peu d’espoir au bout de cet apocalypse sonore de 40 minutes.

ABSURDITY a donc énormément misé sur l’efficacité pour un album globalement plus percutant et accrocheur que D:/Evolution, aujourd’hui surpassé. Le groupe alsacien se distingue toujours par son côté massif qui rend sa musique puissante et implacable, même si les choix de production ne plairont pas à tout le monde, de même que certaines influences (j’en vois déjà venir dire « mais c’est pas du Death »). Si envoyer le bois reste le premier objectif d’ABSURDITY, il y a tout de même une certaine qualité de composition et d’arrangement là-derrière, même si on a déjà vu du « Death moderne » plus subtil, le côté industriel demeurant fignolé et bien intégré, juste ce qu’il faut pour ne pas éclipser la force des rythmiques et des blasts. La musique d’ABSURDITY reste surtout et à mon avis taillée pour le Live, aussi Undestructible est à compléter par un petit show, et j’espère qu’ils auront l’occasion de bien tourner pour distribuer des baffes un peu partout où se nichent les auditeurs potentiels du « Massive Moshing Death Metal ». Sans révolutionner quoi que ce soit et sans se réinventer totalement, ni réinventer ses influences, ABSURDITY a livré avec Undestructible son plan de destruction massive, son manifeste, l’album bien percutant et immédiat qui le propulsera le plus près possible du devant de la scène. L’indestructible est du genre destructeur.




Rédigé par : ZeSnake | 15.5/20 | Nb de lectures : 11400




Auteur
Commentaire
..::Ju::..
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2014 à 20h24 - (113984)
« mais c’est pas du Death » !
:)

Perso, pas fan. Le côté massif me plait, la violence maitrisée et le chant hargneux me plaisent, mais alors les riffs, c'est vraiment pas mon truc.... Le titre en écoute ici en est le meilleur exemple : influence DeathCore qui (à mon goût) pénalisent le groupe, et pas très inspiré.
Reste l'énergie et l'efficacité, qui pour le coup sont plutôt bien goupillés.

J'irai les voir en concert avec plaisir par contre, car ça doit envoyer sévère



alex666i
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2014 à 20h49 - (113985)
Pas degueulasse!



V.R.S.
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2014 à 23h18 - (113986)
Pas fan non plus du style mais ça gère ! A noter que leur nouveau bassiste a participé au dernier Sacrarium "MIASMIND", c'est un sacré musicien, il a fait un boulot de dingue !



Chatan
IP:79.94.241.66
Invité
Posté le: 14/10/2014 à 14h44 - (114001)
Ecouté aujourd'hui, de la bombe!!

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 14/10/2014 à 14h49 - (114002)
@Ju, suis pas fan sur album, un côté trop massif qui ne vit pas et qui lasse sur la longueur. Mais déjà vu en live, si ça tabasse clairement sur les planches, tu décroches au bout de quelques morceaux car tu as l'impression d'entendre toujours la même chose...
Dommage avec ce style car il y a quelques bonnes choses et le son est énorme !!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker