ABSENT/MINDED - Alight (Autoproduction) - 15/06/2016 @ 07h15
Fondé au printemps 2009, Absent/Minded est un groupe bavarois proposant une musique lourde et oppressante, combinant des éléments venus du sludge et du doom avec quelques phases plus atmosphériques évoquant le courant fourre tout qu'est le post-metal.

Proposant six titres répartis sur un total de 45 minutes, « Alight » se compose, à l'exception d'une plage-interlude (en deuxième position) durant 3'40, de longues pièces musicales s'étalant de 6'30 à 10 minutes. Autant dire que le groupe prend son temps afin de développer ses ambiances noires et ses sonorités hypnotiques voire répétitives, accompagnées de vocaux à moitié growlés et hurlés renforçant l'effet parpaing du contenu musical.

Pour autant, le disque n'est pas un mur sonore 'imperméable', il a ses nuances dans son voyage introspectif ('Clouds' au ton mélancolique me rappelant Ghost Brigade) légèrement expérimental mais assez scolaire dans l'ensemble. L'excellent V. Santura (Triptykon, Dark Fortress, Bölzer) l'a produit, mettant bien en relief chaque instrument aux moments opportuns. Ainsi, le mixage des cymbales leur permet d'accompagner pleinement les phases massives développées par plusieurs couches de guitares ('Light Remains'). La basse sait elle se montrer à son avantage sur d'autres passages, notamment durant la deuxième partie d'un titre comme 'Arrivers'. Sa présence compense parfois une double pédale un peu faiblarde.

Musicalement, si le final épicé d'un 'Clouds' offrant d'abord un break purement post-rock planant avant une dernière minute violente, est très bien amené, les notes rébarbatives et moyennement inspirées d'un 'Arrivers', sur les 2/3 de sa durée, peinent à convaincre.
Quant aux deux longues pièces, placées en fin de disque, que sont 'Skies of no Return' et 'So Dark, the Con of Man', elles ont pas mal de points en commun, sollicitant principalement l'aspect atmosphérique et presque feutré de l'identité du groupe. La tension s'élève le temps d'une poignée de moments tel ce riff entêtant et viscéral après les 4'30 de la deuxième piste citée (qui jusque là ne s'avérait guère passionnante et franchement redondante).

En définitive, la face A de « Alight » est plutôt intéressante et diversifiée tandis que les trois autres pistes convainquent de manière plus partielle. Un disque donc quelque peu inégal ne manquant toutefois pas d'intérêt grâce à une bonne digestion d'influences diverses.



http://aminded.com/ - 77 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 13,5/20 | Nb de lectures : 5405




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker