ABINAYA - Beauté Païenne (Symbol) - 04/07/2014 @ 08h25
Ah ben, voilà un groupe vraiment original ! On reproche à moult groupes d’être trop proches de leur moult influences et de ne pas faire quelque chose de personnel, mais ABINAYA est bien loin de toutes ces remontrances. Leur Metal dit ethnique est d’ailleurs bien difficile à classifier, voire tout simplement à décrire. Leur page wikipédia situe leurs influences vers, d’un côté, les tribals SEPULTURA et SOULFLY, et de l’autre le Southern Metal de LAMB OF GOD et BLACK LABEL SOCIETY. Mais ABINAYA n’est ni vraiment Thrash, ni Death d’ailleurs, ni réellement Southern, pas plus qu’il ne pourrait être apparenté au Folk Metal de par son côté tribal/ethnique. ABINAYA c’est certes un peu de tout mais ça ressemble avant tout à ABINAYA. Et encore. Le groupe a commencé en faisant de la musique plus Rock pour son album éponyme sorti en 2002. Des vestiges Rock que l’on peut encore déceler sur Corps, leur second opus datant de 2009. La grosse particularité d’ABINAYA est d’ailleurs son chant en français, dont le ton fait d’ailleurs très Punk-Rock français, genre Didier Wampas (c’est ma seule référence dans le genre, désolé) voire Reuno de LOFOFORA. D’ailleurs les paroles sont généralement mi-spirituelles, mi-engagées, ce qui fait vraiment et avec tous les éléments mis bout à bout, d’ABINAYA un groupe assez unique.

Un groupe assez unique qui va d’ailleurs continuer à évoluer pour son 3ème album, Beauté Païenne. Le côté tribal est encore plus poussé que sur Corps, même s’il se résume surtout à quelques percussions, avec 2-3 petits apparats ethniques ici et là (comme le mantra dès le début du morceau-titre qui ouvre l’album), mais l’intégration de ces éléments est désormais parfaite. Deuxième chose, Beauté Païenne est plus Metal que Corps, même si l’ensemble œuvre toujours à la frontière entre Rock et Metal. Avec un chant parfois plus gras, des riffs appuyés et quelques mélodies typiquement metalliques, ABINAYA se pose comme un pur combo de Metal ethnique et tribal, qui pioche dans différents courants metalliques et Rock pour nous livrer un ensemble tout à fait singulier. Les 8 minutes du morceau-titre ouvrent l’album de fort belle manière, avec des excellents riffs variés (portés par une production américaine en béton), des mélodies inattendues et prenantes, une grande qualité de composition et d’arrangements (les percussions tribales apportent vraiment un plus), et un chant très bien mené qui donne vraiment une identité au groupe. Le morceau s’offre même un final particulièrement épique et "Arawaks" prolonge le plaisir, avec des envolées dignes de certains combos de Metal oriental genre MELECHESH, et les riffs proposés sont toujours efficaces et croustillants, dans un esprit punchy hérité du meilleur de SOULFLY.

ABINAYA a donc trouvé sa voie et poursuit son œuvre sur le reste de l’album, avec quelques particularités cependant : "Haine" est plus mélodique et plus Rock, notamment dans les lignes de chant ; certains passages de "L’Épitaphe" sont carrément mélodeath et les riffs sont plus lourds ; "Nord-Sud" alterne parties coup-de-poing et moments plus posés, et un peu de chant en anglais fait son apparition. Mais ABINAYA a plus d’un tour dans son sac et n’hésite pas à ressortir son background Rock : c’est ainsi que "Le Noir Soleil" s’avère être… une ballade ! Igor nous propose d’ailleurs un chant clair très maîtrisé mais très personnel et particulier, à l’image de la musique du groupe. "Almées" poursuit dans la lignée 100% chant clair, en ressortant toutefois les grattes et les quelques jolies mélodies, de même que les percussions. "Le Nouvel Insurgé" va clore Beauté Païenne de manière classique mais plaisante, avec tous les éléments proposés par ABINAYA jusque-là, décidément un groupe qui a su se créer un univers musical résolument personnel.

Avec son 3ème album qui montre un groupe en pleine évolution qui a digéré ses influences et ses bases, ABINAYA n’est pas loin de son aboutissement. Des petites longueurs sont encore présentes (nous avons 45 minutes pour 8 morceaux seulement, tout de même), et la seconde partie de l’album a parfois du mal à décoller après un duo d’entrée parfait, mais globalement le groupe est en franche réussite. Le style est tellement particulier que je ne sais vraiment à qui le recommander, surtout au niveau du chant, qui est bon mais il ne fait nul doute qu’il faut apprécier ce style marqué par le Punk-Rock français, de même que certaines paroles. Quoi qu’il en soit, l’originalité d’ABINAYA est à saluer surtout quand l’ensemble fait plus que tenir la route. Le Metal d’obédience tribal n’est pas légion alors profitons-en en appréciant cette belle Beauté Païenne, en attendant de voir si le groupe peut aller encore plus loin.




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 11958




Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 04/07/2014 à 15h06 - (112740)
Intéressant... :)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker