6:33 - Deadly Scenes (Kaotoxin) - 09/01/2015 @ 07h43
Ça commence à faire quelques lunes que nous avons fait la connaissance de 6:33 et de son metal racé et savoureux. A l'époque de leur premier opus, « Orphans of good manners », les Franciliens étonnaient le monde (et moi même) en proposant un disque de metal barré, violent et malicieux qui ne se mettait des barrières que pour mieux les exploser ensuite.
Le reste de leur route appartient à l'histoire, la rencontre avec Arno Stobl invité sur le premier album ayant donné lieu à l'E.p "Giggles, Garlands & Gallows" puis au superbe "The stench from the swelling (a true story). Désormais connus de tous sur la scène "déglinglos" française, leur nom commence à revenir de façon de plus en plus redondante dans les conversations de mélomanes... preuve que 6:33 nourrit des espoirs et cristallise les passions. La collaboration avec Stobl ayant toujours été prévue sous la forme d'un C.D.D, c'est un 6:33 "solo" que nous retrouvons donc aujourd'hui pour "Deadly Scenes", un album plutôt surprenant, contrastant de manière assez manifeste avec les opus précédents... 6:33 n'étant de toute façon pas le genre de groupe à resservir inlassablement le même steak.

Troisième album du groupe, "Deadly scenes" me semble aussi celui du renouveau et de l’explosion stylistique, même si de nombreux marqueurs issus des opus précédents restent identifiable. Si plusieurs chansons étonnent, d'autres comme "Hellalujah" ou "Black Widows" asseyent le groupe dans le style qui est le sien : faire de la musique "baisée de la tête" qui bastonne tout en picorant un peu partout. Mais si le naturel persiste, on comprend vite qu'il ne faut pas trop se fier à ces oripeaux du passé. En effet, il ne faut pas trop se fier à la bourrasque psycho/jouissive de "Hellalujah" car dès le deuxième morceau, les chansons s'allongent au fur et à mesure qu'elles gagnent en complexité et se densifient alors qu'elle vont aller à l'essentiel.
Mais point de crainte, on retrouve toujours la qualité intrinsèques aux compositions du groupe et cette énergie dansante si particulière à 6:33 qui se niche dans les couplets sautillants de "Ego Fandango" ou "Black Widows". Si l'impression générale montre une agressivité un peu moins manifeste qu'auparavant, une poignée de passages velus demeurent, le groupe n'ayant pas encore rangé ses rythmiques les plus sauvages dans de vieux placards bouffés par les mites. Que cela soit dans l'impitoyable "I'm a Nerd" ou dans le très addictif "Hellalujah", 6:33 semble encore prendre beaucoup de plaisir à sortir le gros riff de la machine à grattounette et à l'agrémenter de blast beat et de double pédale dodues.
Comme d'hab' également, on retrouve de petits passages ska, funk (relevons d'ailleurs la grande qualité de ses derniers comme au milieu de "Deadly scenes") des passages techniques et complexes, des influences classiques, jazz, djent, musique expérimentale, bref tout ce qui à fait l'univers du groupe jusqu’à présent. Il me semble aussi d'ailleurs que les gaziers se distancent un peu de leurs modèles les plus prégnants même si les grands maîtres sont clairement identifiables à plusieurs moments.

Là où l'album surprend un peu, c'est dans ces moments épiques, éthérés et à la limite de l'ambiant. L'influence d'un QUEEN est par moment palpable... et pas simplement dans les cœurs harmonisés que propose le groupe mais aussi dans des orchestrations raffinées, complexes et aventureuses. "The walking fed" par exemple, avec sa rythmique tribale étonne par sa retenue et son obscurité tandis que le final de "I'm a nerd" avec son envolée spatiale renverrait presque le groupe dans des contrées stylistiques complètement étrangères au metal. Plus théâtral, plus orchestré et plus étrange dans ses humeurs, ce "Deadly scenes" comporte de nombreux morceaux ayant une portée cinématographique à l'image de la saveur menaçante de "Black widows" ou de l'acoustico/instrumental "Last bullet for a gold rattle". Pure réussite que ce morceau sentant l’hacienda de Diego de la Vega, brûlant comme un tequila de San Diego et nacré comme le voile d'une prostituée de luxe mexicaine.
Enfin, le dernier morceau "Deadly scenes" est une tuerie sans nom de 13 minutes où le groupe se la donne dans ce qu'il maîtrise le mieux : l'achalandage de divers matériaux musicaux dans un assemblage cohérent et plein de talent. Gros coup de cœur également pour la musicalité de "Black Widows", son refrain étant peut être dans le tout meilleur de ce qu'a composé le groupe.

Peu de défauts au final (et encore une fois) pour ce nouvel album des Franciliens, je regrette un peu que certains de leurs modes d'expressions soient encore marqués par leurs modèles quand tant de leurs vecteurs sont personnels et inventifs. Pour le reste, pas de soucis, c'est de la grosse balle à conseiller (une fois encore) aux amateurs de déglingo et de bonne musique en tout genre.




Rédigé par : Pamalach | 16/20 | Nb de lectures : 11020




Auteur
Commentaire
cyril_glaume
Membre enregistré
Posté le: 09/01/2015 à 09h26 - (115380)
Enorme bombe !



gardian666
Membre enregistré
Posté le: 09/01/2015 à 23h34 - (115381)
Le streaming que l'on avait proposé était alléchant, la kro' confirme les ressentis !



Tonton Douceur
IP:91.178.79.25
Invité
Posté le: 19/01/2015 à 22h36 - (115461)
C'est de la bifflette cet album ! :D

Grandduc
IP:90.22.254.114
Invité
Posté le: 28/11/2015 à 16h31 - (118818)
Un genre un peu casse-gueule que le métal déglingo. J'ai l'impression que tous que les groupes tendent à se ressembler et les influences sont souvent très mal digérées. C'est ce que je ressens à l'écoute de cet album. Un Mr Bungle un poil plus musclé (et encore) mais là, pour moi, c'est l'ennui qui domine. Bordel, j'aurais adoré aimer cet album mais rien à faire, ça ne fonctionne pas.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker