400 THE CAT - Stf Helix Nebula (Eardrum Terrorism/Trendkill) - 05/02/2014 @ 07h59
L’aperçu visuel est à l’image du patronyme. Enigmatique, intriguant, enveloppé dans un cheminement qui pousse au questionnement. Loin des visuels ou des noms de groupes explicites. Comme un signe, un prélude à ce qui va suivre.
400 THE CAT n’est pas animé des mêmes desseins que bon nombre de groupes, son cheminement musical est semé d’embuches. Accrochez-vous.

L’entité ci-présente, fondée avec des fragments de la carcasse de MORGUE (carcasse revenue d’entre les morts) et SUPERSTATIC REVOLUTION, a déjà sorti un split avec ROYAL MCBEE CORPORATION en avril 2012.

MORGUE en son temps fût un monstre métallique insaisissable, œuvrant dans une agression sonore oppressante et étouffante. SUPERSTATIC REVOLUTION fut en son temps un monstre chaotique insaisissable, œuvrant dans une oppression sonore cataclysmique et ébouriffante.
On retrouve cette même coloration sonore chez 400 THE CAT, avec cependant une approche artistique et musicale légèrement différente.

Plus proche des SUPERSTATIC REVOLUTION que de Morgue, 400 THE CAT est le reflet d’âmes intrépides qui voient avant tout la musique comme un gigantesque champ d’exploration et d’expérimentation. Si le ‘Post’ est trop souvent un leurre, visant à rassurer un groupe quant à sa capacité à s’aventurer au-delà des frontières d’un style, avec 400 le terme ‘Post’ reflète tout autre chose.

Constitué d’ambiances lourdes ou pesantes, taillées aux tessons de verres rouillés, "Stf Helix Nebula" est un album particulier, tour à tour envoûtant, énervant et stupéfiant. La base musicale oscille entre HardCore métallique et noise, teinté d’indus et de Post/machin. Un carcan musical vaste et varié, à la mesure des idées débordantes des français.

On pense un peu au chaos de CONVERGE, à la lourdeur atmosphérique de YEAR OF NO LIGHT, et, bien évidemment, à l’insaisissable BREACH. 400 THE CAT affirme sa personnalité, et essaye tant bien que mal de s’extraire des cheminements classiques et des influences.
400 THE CAT semble savoir exactement où il veut aller, s’encombrant peu de savoir si le Post-Metal de son style est plus ou PostHardCore, PostRock ou PostNoise.
Et en dépit d’un fourmillement d’idées parfois trop désordonné, le groupe ne perd jamais de vue sa ligne musicale directrice.

En repoussant des frontières déjà bien élargies, le groupe montre à la fois une personnalité affirmée, et une maîtrise musicale. L’absence apparente de bornes trompe l’auditeur, qui croit à chaque fois saisir un cadre, un repère, quand le groupe s’amuse, titre après titre, à le semer dans les méandres de sa créativité.
D’une rage HardCore et frontale, 400 THE CAT a élargi le scope, pour enrichir son style de mélancolie, d’accalmie, de folie, de chaos et d’ambiances atmosphériques.

Aux cassures rythmiques succèdent les montées en puissance, au grondement sourd et lourd succède l’apaisement intimiste. "Stf Helix Nebula" est une démonstration très personnelle d’un groupe jouant à repousser les limites, non dans un but de se démarquer, mais dans celui de laisser libre court à sa créativité.
Maîtriser les explosions, aplanir sa rage, la modeler et la canaliser pour mieux la laisser exploser... Hurler et murmurer, électriser et débrancher, saturer pour mieux accrocher.
"Stf Helix Nebula" est insaisissable, intriguant et attirant.
Le groupe a trouvé son équilibre, où la fragilité des changements d’ambiance et de rythmes trouve un écho dans l’explosion rageuse et la saturation.

La difficulté principale pour le groupe, tel que perçu par l’auditeur, est de rester naturel, authentique, passionné. Ne pas trop en faire, ne pas vouloir à tout prix s’échapper des carcans musicaux, sous peine de perdre sa cohésion en route.
Et malheureusement, c’est sur cet aspect que 400 THE CAT peine totalement à (me) convaincre.

La démarche est louable, le résultat honorable. Mais perfectible à mon sens. Même si le groupe joue pleinement son rôle et assume ses explosions, je peine sur la longueur à suivre le groupe dans ses déambulations artistiques.
Ce n’est pas tant la perte de repère qui me gêne, ni l’absence de ligne directrice. C’est plutôt la sensation de chaos mal maîtrisé qui me perturbe, entraînant l’installation d’une lassitude à l’écoute.
A l’image de l’'Epilogue', au développement intéressant, mais plombé par des longueurs, "Stf Helix Nebula" semble parfois se perdre lui-même dans ses méandres musicaux ; ou bien ne suis-je peut être pas assez réceptif au NoiseCore du groupe...

BREACH possèd(ait)e cette faculté unique à captiver. 400 THE CAT s’en approche, mais ne fait qu’effleurer ce talent, la faute à mon sens à une désinvolture qui ne cache pas les hésitations. Les alésiens n’ont cependant pas à rougir, et sans nul doute "Stf Helix Nebula" saura convaincre les amateurs de musique torturée et sinueuse Hardcore et Noisy.


Rédigé par : ..::Ju::.. | 14/20 | Nb de lectures : 11706




Auteur
Commentaire
RBD
Membre enregistré
Posté le: 05/02/2014 à 13h09 - (110890)
Je vais passer la Saint Valentin avec eux, c'est dire si j'aime...

Sérieusement je suis d'accord avec le fait que ça part beaucoup dans tous les sens mais c'est un projet parallèle, autre terrain d'expression des pulsions HardCoreuses des ex-Superstatic Revolution après avoir laissé mourir ce premier groupe. 400 the Cat est beaucoup plus influencé, en fait, par la scène HC Noise de Montpellier et alentour, voire en fait complètement partie ; alors que la nature plus Metal de Morgue s'en démarque clairement.


gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 05/02/2014 à 17h05 - (110893)
Et en même temps, quand tu entends le dernier Morgue, rien qu'au niveau prod (normal), mais aussi niveau chaos riffique, on est pas en Languedoc Roussillon pour rien... Je trouve qu'ils ont quand même contribué aussi, même en tant que Morgue, à la construction de cette scène locale.



Zepekegno
Membre enregistré
Posté le: 05/02/2014 à 21h05 - (110895)
Oui rien de metal ici mais du quelque chose-core influencé par Breach et Playing Enemy...
J'ai bien accroché malgré l'accent du chanteur parfois limite (quand ça ne gueule pas, donc rien de rédhibitoire ;-) ), les quelques longueurs ne m'ont pas gêné car elles contribuent efficacement à l'ambiance pluvieuse et asphaltée de ce disque.



RBD
Membre enregistré
Posté le: 05/02/2014 à 22h25 - (110896)
Que Morgue ait contribué à la formation de la scène bas-languedocienne, je serais de mauvaise foi de ne pas le reconnaître. Ils étaient là avant presque tout le monde, la reconnaissance artistique qu'ils ont atteinte dans l'UG international ont encouragé les vocations. Et puis il est vrai qu'une facette HC y est incontestablement présente depuis "The Process...", jusqu'à cette reprise d'Unsane.

C'est juste que Morgue reste quand même à part de toute la bande des groupes qu'a fait jouer Abel, pour être plus Metal. Ce qui fait qu'ils peuvent aussi se produire dans d'autres salles que son circuit habituel, et devant un autre public que les fidèles de l'église de Head Records (dont je fais aussi partie).


gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 06/02/2014 à 07h37 - (110898)
On est d'accord.



gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 12/02/2014 à 07h29 - (110953)
Allez hop, en concert vendredi à Montpellier...


Avec Kill the Thrill



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker