ÖXXÖ XÖÖX - Rëvëürt (Apathia) - 13/02/2012 @ 08h18
Messieurs les vanneurs de service, je vous arrête tout de suite : non, la denrée n’est pas de retour de la planète Oxo trente ans après. Transcrit en langage binaire, le nom ÖXXÖ XÖÖX (qui trouve aussi ses origines dans le Yin/Yang et l’Ouroboros) signifie « 69 », ce qui représente l’évolution, mais bien évidemment une petite connotation sexuelle pour nous délivrer le message bien connu « faites le cunnilingus et la fellation simultanés, pas la guerre ». Les deux « extraterrestres » d’ÖXXÖ XÖÖX, qui sont en réalité des humains, ont en effet bien l’intention de nous délivrer un message positif, fait d’amour, de paix et d’écologie. Ou plutôt devrais-je dire un message düntö fait de lör, de südjï et de düntäë, car la particularité du combo est d’avoir façonné sa propre langue pour nous faire part de ses émotions, l’Öx. 7 ans de travail et un lexique de plus de 300 mots originaux ont donc amené Laurent Lunoir (WHOURKR) et Laure Le Prunenec (RÏCÏNN), aidés de Gautier Serre (IGORRR), à sortir leur premier album nommé Rëvëürt (ce qui signifie « révolte du cœur ») via Apathia Records. Le concept, très travaillé, est vraiment exceptionnel et je vous encourage à aller faire un tour sur la page Bandcamp du groupe pour en savoir plus.

Mais musicalement, ÖXXÖ XÖÖX c’est quoi ? Facile : à concept avant-gardiste, musique avant-gardiste. Nous sommes ici en présence d’une ämä entre un Metal très éthéré et atmosphérique, et du Doom gothique empli de mëläncölïüm, très porté sur les claviers. Le chant clair est omniprésent, souvent türï, parfois dölörä, théâtral à quelques occasions, mais toujours äyä tout en sombrant parfois dans la fürütü. Et ce chant clair est d’une qualité rare, très proche de celui du Norvégien Krystoffer « Garm » Rygg qu’on ne présente plus. A noter quelques backings assurés par Laure, qui aurait peut-être mérité une meilleure exposition car sa voix semble très tür. Rëvëürt, c’est donc une sorte de croisement entre du ARCTURUS, du ULVER et du VOID OF SILENCE, avec une ambiance tout à fait originale et très personnelle. Le tempo n’est pas pour autant Funeral Dooooomesque, quelques accélérations plutôt ürtï viennent même pointer le bout de leur nez. Les instrumentations sont pas mal fouillées, avec bon nombre d’apports orchestraux et notamment les claviers därkë à souhait.

Une fois que l’atmosphère est posée, ÖXXÖ XÖÖX ne va pourtant pas sensiblement varier son propos tout du long de Rëvëürt. La galette n’est d’ailleurs pas facile à digérer, avec 77 minutes (!) réparties sur 9 morceaux allant de 6 à plus de 12 minutes. De nombreuses écoutes sont donc nécessaires pour saisir la säë de Rëvëürt. A vrai dire, sans être un ründäë, ma première approche de ce disque a été très délicate. Trop long, trop linéaire, les morceaux n’ont pas vraiment d’identité propre, les claviers sont un poil ïrïtï et il y en a ördë… Mais devant le jusqu’au-boutisme du concept, il est difficile de ne pas s’accrocher et de tenter coûte que coûte l’aventure, surtout que musicalement c’est assez parlant pour les amateurs d’avant-garde. Certes, malgré moult écoutes des défauts sont toujours présents, à savoir une certaine linéarité de l’ensemble (la recette est la même sur chaque morceau même si les structures diffèrent), un empilement de claviers et d’orchestrations qui est assez indigeste au premier abord, et un côté peut-être un peu trop rüntäë (notamment au niveau du son de BAR, qui claque un peu trop pour une musique si atmosphérique), avec des guitares reléguées au troisième plan. Mais la musique d’ÖXXÖ XÖÖX, c’est avant tout une question de lïr, et il faut se laisser porter par l’ambiance glaciale et sidérante de l’art des deux extraterrestres normands.

"Ägörth" nous accueille dans l’ürï d’ÖXXÖ XÖÖX avec un tempo lent, une ambiance ründö et sörö, et une musique finalement très progressive, qui prend son temps pour se mettre en place, avec des assauts blastés et des breaks emplis de lïüm. On découvre immédiatement le chant multi-facettes de Laurent, souvent tärïn, mais parfois dülidü, notamment avec le refrain épique de ce morceau d’ouverture de presque 11 minutes. Bien évidemment, l’intégralité des paroles de Rëvëürt sont interprétées en Öx (exception faite du début de "Ämä"). C’est très étrange et grandiloquent, mais c’est carrément réussi. "Tërëä", avec sa montée en puissance fabuleuse et ses breaks stellaires, parvient très vite à convaincre l’auditeur et à l’emporter dans le monde fälïndär du duo. ÖXXÖ XÖÖX continue ensuite son petit bonhomme de chemin sans pousser plus loin son art avant-gardiste, avec toujours les orchestrations omniprésentes et le chant très prenant. Mais à musique gracieuse, moments de gräcë à l’envi. On retiendra donc parmi les plages restantes le passage bien ïlün au milieu de "Ämä", le départ mélodique en forme de tshë et les vocalises fürï de "Ctënöphörä", l’intro sympho et les claviers entraînants de "Yüm", le magnifique début et les breaks apocalyptiques du plus doom "Nöc Säë", et le plus décadent "Lïnï" qui est dïlïsï de bout en bout (le meilleur morceau de l’album). Rëvëürt se termine alors par l’interlude "Dör" et "Sülï", qui sont peut-être de trop car n’apportant rien de plus (le quota de claviers étant à mon sens dépassé…), mais concluent cet album qui, à défaut d’être varié et de posséder moult accroches, se révèle être cohérent voire passionnant du début ëï ëndäë.

Quel bilan faut-il alors tirer de Rëvëürt ? Musicalement, c’est du bon Doom avant-gardiste d’une dürün imparable bien que des défauts de forme subsistent (reste plus qu’à ündätä certaines choses), et ce disque se révèle être plutôt difficile d’accès, réservé aux passionnés et à ceux qui n’hésitent pas à creuser les écoutes, pas les tërä qui se contentent de télécharger à la pelle et d’écouter à la va-vite. Conceptuellement, nous sommes ici dans le haut du panier de l’ïlïs, un sujet et un ländä traité avec cör et cüntü jusque dans ses retranchements. Sörï, mais il m’est difficile de donner un jugement définitif pour ce premier album d’ÖXXÖ XÖÖX, tant je suis partagé entre le fait d’avoir entre les feuilles quelque chose de trop ambitieux avec une musique qui se fixe des limites, et entre le fait de tenir un album d’une pureté saisissante, qui s’avère être particulièrement prenant au fur et à mesure des écoutes. Un concept écolo défendant kälün et sälïn qui peut rebuter les yümdürt et accrocher direct les yümta, mais qui a le mérite d’être original et mené comme il se doit, tout comme la bande sonore. Il est donc malgré tout difficile d’être ünsäë à l’art d’ÖXXÖ XÖÖX. Un OMNI fü mais füch globalement réussi, qui nécessite un véritable effort d’adaptation pour être apprécié à sa juste valeur, effort qui peut prendre son temps. Yüm yüm cör rï sündälï !




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 14482




Auteur
Commentaire
grozeil
Membre enregistré
Posté le: 13/02/2012 à 09h23 - (100402)
Super la chronique! J'ai acheté l'album récemment, et c'est effectivement dur de rentrer dedans. Le tout est un peu lassant sur la durée, mais c'est quand même bien fait globalement. J'ajoute que le prix du cd est carrément honnête (acheté 10 euros auprès d'Apathia records). Si vous aimez la musique doom avant-garde avec une influence Ulver et un concept pas si éloigné que ça de Magma, n'hésitez pas à les soutenir.



le glode
IP:193.57.67.241
Invité
Posté le: 13/02/2012 à 11h49 - (100410)
Oxxo Oxxo ici la terre

Nokturnus
Membre enregistré
Posté le: 13/02/2012 à 14h05 - (100415)
hommage à Magma ?

skyou
Membre enregistré
Posté le: 13/02/2012 à 19h46 - (100421)
ca parle de Magma par ici, faut que j'écoute ce groupe alors!!

Eazy-Ni
IP:202.253.96.12
Invité
Posté le: 13/02/2012 à 20h23 - (100422)
Un peu le meme probleme que Kalisia, Idensity, the old dead tree,... : Un vrai etouffe chretiens ce truc! Fait avec plein de bonne volontee et un savoir faire indeniable.. mais alors.... tu en prends une bouchee, tu cales tres vite, et tu refuses poliment une seconde part... impossible de passer l'effort d adaptation pour moi. Dommage, j'avais envie d'aimer cet album.

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 13/02/2012 à 22h17 - (100426)
Oui, enfin, c'est moi qui parle de Magma, pas le chroniqueur, ne prenez pas forcément tout pour argent comptant (même si je suis aussi fan de Magma)

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 13/02/2012 à 22h17 - (100427)
Oui, enfin, c'est moi qui parle de Magma, pas le chroniqueur, ne prenez pas forcément tout pour argent comptant (même si je suis aussi fan de Magma)

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 13/02/2012 à 23h16 - (100428)
je ne connais rien de Magma, donc je ne vais pas juger sur un rapport musical avec ce que propose Öxxö Xööx. après oui on peut faire un rapport entre le Zeuhl et l'Öx, parce que c'est une langue inventée, et peut-être à cause des trémas aussi... mais musicalement, je pense pouvoir dire qu'il n'y a aucun rapport (rien de jazz chez Öxxö Xööx)

Un con
IP:78.122.42.252
Invité
Posté le: 10/12/2014 à 11h17 - (115113)
Ca me rappelle le langage "Moëvöt"

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker