Ê - Kherubim (Antiq) - 31/01/2012 @ 07h52
Ê est un groupe de Death Doom qui a récemment fait un petit buzz avec la sortie de son nouvel album, "Kherubim". Mais avant d'aller plus loin dans la chronique, je vous propose de laisser le groupe utiliser ses propres mots pour définir le skeud :

"Basé sur un concept de bâtisseurs – créateurs, le groupe évolue en présentant la puissance occulte des dieux sumériens à l'origine de la création de l'homme. (...) Un hommage à la civilisation ancienne de Sumer, où une meilleure connaissance de l'homme nous fait désormais remonter pour en chercher l'origine".

On est bien d'accord, Ê n'est pas le premier groupe à aller fouiner dans l'histoire et la culture du Moyen Orient, les Sumériens et leur histoire étant un sujet de fascination pour de nombreux métalleux. Le concept reste cependant très intéressant et le groupe a le mérite d'avoir bien creusé la question et les thématiques... en plus d'avoir étoffé le son de très nombreuses sonorités issues d'instruments traditionnels. Emmené par deux jeunes étudiants en archéologie, le groupe a entrepris un putain de projet... en négligeant certains aspects au détriment d'autres. Car même si on pourra difficilement mettre en doute la sincérité et la passion des musiciens pour cette période, il n'est reste qu'on est tous là pour la musique... et on l'espère lourde et bruyante.

Avant toute chose, vous avez certainement remarqué que c'est Antiq qui a signé le groupe et sorti cette nouvelle "étrangeté" (car si le Label a bien un mérite, c'est celui d'aller mettre en avant des projets particuliers et de donner leur chance à de tout jeunes artistes... même si ces derniers sont un peu limite techniquement). Jusqu'à présent, une des choses qui me chagrinaient le plus avec Antiq, c'était la production des albums qui était souvent mauvaise. On constate ici qu'un pas en avant a été fait et même si des efforts restent à faire, il y a du mieux. Le label aborde sa chrysalide avec sérénité et avec un son plus alambiqué.

Je sais pas pourquoi, mais je m'attendais à un groupe largement plus violent. Peut-être pas à la virulence d'un NILE mais à quelque chose de plus belliqueux.
Il y a bien sûr de la mule, mais je ressens au niveau des influences un héritage qui va chercher ailleurs que dans les musiques extrêmes.
Bien sûr, on sent la patte de plusieurs patrons de la metallurgie de lourde portée, mais finalement il y a aussi d'autres influences (l'intro du morceau « Denen Die Shamash Wachen » fait vraiment penser à « The sails of Charon » de Scorpions et « Chtonian Liquid Immensity » à un goût de « I am Evil » avant de prendre un virage limite Black Metal).
De nombreuses touches purement heavy se retrouvent dans les riffs lorsque ces derniers ne louchent pas vers les sonorités orientales. Le côté « World » des harmonies est classique et on est pas vraiment surpris du voyage qu'on fait avec la guitare. L'itinéraire est connu mais la route est quand même jolie à voir. Les voix passent du growl aux chœurs, du cri jusqu'au chant clair et aux incantations morbides (pour le coup, certains font froid dans le dos). La production met plus ou moins en valeur les vocaux qui, à certains moments, sonnent du coup un peu trop plats et sans relief.

Le son lors des parties « atmosphériques » passe bien mieux que lors des parties metal où la guitare est derrière une batterie très mise en avant et qui écrase un peu tout le monde. L'équilibrage lors des parties les plus brutales est donc par moments assez bancal, ce qui est vraiment dommage car il y a vraiment de bons riffs et de bons passages qui auraient été excellents si le son avait été plus "massif". Les passages ambiants restent donc les meilleurs moments du disque et montrent que le groupe s'est quand même bien penché sur la question et à du en baver cinq minutes.

Petit regret aussi au niveau des liaisons puisque il y a toujours ces petits blancs qui séparent les chansons alors qu'imaginer que tout s'enchaîne n'apparaît absolument pas incongru. Certains morceaux souffrent vraiment de ces liens hasardeux et c'est dommage parce que cela pourrit le côté mystique et onirique qui se devine à plusieurs moments.

« Ê » a entrepris avec cet album un travail difficile, ambitieux et, il faut bien l'avouer, courageux quand on voit combien certains groupes ont réussi dans cette voie-là.
On peut déjà considérer comme une victoire d'avoir fait aboutir ce projet. Ce « Kherubim » sans posséder un son extraordinaire s'écoute sans déplaisir, on prête l'oreille à plusieurs moments pour écouter un peu plus ce qui s'y passe et je trouve la pochette et le livret réussis. « Kherubim » c'est un bien bel hôtel qui encore besoin d'expérience pour faire tourner son personnel à plein régime et ainsi ravir ses clients comme il se doit.
Il ne faut cependant pas cacher que ce disque comporte de nombreuses imperfections qui font grincer des dents à plusieurs moments. Encore un peu de bouteille, et l'ivresse sera totale.
De belles qualités, une identité encore à creuser mais une démarche louable et certainement à renouveler.


Rédigé par : Pamalach | 12/20 | Nb de lectures : 12450




Auteur
Commentaire
Antiq
Membre enregistré
Posté le: 31/01/2012 à 10h22 - (100119)
merci pour la chro
nouveau morceau du disque en ligne sur youtube.com/watch?v=mkzAtkXhtW8

Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 31/01/2012 à 10h53 - (100123)
Ça me fait pas mal penser à Melechesh, trip sumérien oblige... Avec une prod plus puissante, ça le ferait bien, car l'ambiance est là !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker