ÆVANGELIST - Enthrall To The Void Of Bliss (20 Buck Spin) - 03/11/2015 @ 07h17
Vaste arnaque pour certains ou génies musicaux pour d’autres, le binôme américain n’a jamais laissé indifférent depuis ses débuts en 2010, surtout avec « Writhes in the Murk » sorti l’année dernière qui les voyaient s’éloigner de plus en plus de leur musique originelle afin de passer à quelque chose d’encore plus ambitieux (voire bruitiste selon ses détracteurs) et de difficile d’accès. Si ce dernier a été particulièrement critiqué et a énormément divisé, le moins que l’on puisse dire c’est que ce nouveau bébé ne fera pas taire les critiques, bien au contraire, puisque le duo qui a signé désormais chez 20 Buck Spin pousse encore une fois l’auditeur dans ses ultimes retranchements l’envoyant dans un univers où se mêle peur, folie, schizophrénie, perte de repères ou encore paranoïa la plus aigüe, et le tout mis en abîme par une production brumeuse et sablonneuse parfaitement adaptée à l’ambiance voulue et retranscrite avec l’art et la manière des grands. Car s’il est toujours aussi difficile de s’enfiler la totalité de leurs disques d’une seule traite sous peine d’avoir une migraine pendant des heures il faut avouer que la cohérence et l’accroche sont toujours là et surtout que les mecs sont encore plus partis dans leurs délires et leurs expériences.

Toujours aussi bordélique au premier abord, on s’aperçoit en tendant l’oreille et se concentrant dessus que cet avis initial ne tiens pas sur la durée car rapidement on voit qu’il y’a une réelle cohérence et un travail minutieux pour y arriver, dès le départ de « Arcanae Manifestia » on se retrouve projeté à cheval entre des ambiances de Dario Argento et des classiques de la Hammer. Tout commence avec un riff froid et glaçant avec un ensemble de bruits en arrière-plan avant que la batterie en blast et l’ensemble des voix mélangées ne fassent leur apparition, et durant plus de neuf minutes ça se calme et ça repart toujours avec ce côté horrifique très prometteur pour la suite. Celle-ci se révèle en effet tout aussi intéressante puisque le relativement accessible « Cloister of the Temple of Death » montre une facette plus lourde au niveau du rythme, ponctuée d’un solo de guitare, de chœurs façon chants grégoriens et quelques sons entre harpe et xylophone, le tout étant parsemé de quelques blasts pour booster l’ensemble, et même s’il peut paraître relativement hermétique la première fois on finit par adhérer totalement et se laisser happer, tout comme pour « Gatekeeper’s Scroll » très lourds et presque heavy à certains moments où le chant se fait plus parlé et chuchoté.

Histoire de digérer tout ça, un petit entracte est proposé avec l’électronique « Alchemy » très planant dont le chant est récité presque comme des psaumes, puis on continue dans le calme avec « Levitating Stones » dont le début amène l’auditeur presque en lévitation avant d’accélérer puis de se calmer à nouveau, et ça sera la base de ce morceau qui varie énormément tout en faisant entendre des cris de femmes très loin à l’arrière et en sortant un riff aigu et glacial qui amène une froideur tentaculaire à tout cela. Ensuite plus on approche de la fin et plus ce qui suit devient grandiloquent, on le remarque avec « Emanation » au début presque doom où les cris suffocants alternent avec une voix parlée presque sous-marine (du type Nicolas Hulot en pleine plongée) avant de laisser place avec une batterie tout en blast qui finit par ralentir et réaccélérer pour terminer l’ensemble sur quelque chose de totalement barré. Le summum est atteint avec « Meditation of Transcendental Evil » qui est une expérience à lui tout seul, durant plus de treize minutes on a droit à un condensé de ce que peut créer le duo, même si l’on peut regretter que ce dernier titre s’étire un peu trop en longueur et perd légèrement de l’intérêt à cause de cela, néanmoins il ne faut pas se leurrer les gars durant près d’une heure ont encore fait une création totalement inclassable et quasiment unique en son genre qui permettra à chacun de se faire sa propre opinion qui sera forcément très tranchée en bien ou en mal, mais cela n’a rien d’étonnant finalement tant leur univers est particulier et peut mettre mal à l’aise l’auditeur.
Note : 15.5/20



Le message de l'exorciste :
Vade Retro, ÆVANGELIST ! Après une féroce lutte de l’humanité, tu avais fini par être relégué au rang de cauchemar après ta tentative de jugement dernier pour Omen Ex Simulacra. Mais tenter de revenir sur la surface terrestre de manière pernicieuse avec Writhes In The Murk et ses psaumes plus digestes et accessibles n’avait pas convaincu, n’avait pas fait régner la peur au plus profond de chacun comme tu l’avais prévu. Mon cher ævangéliste, tu ne nous fais plus peur, prends-le pour dit. Tu auras beau essayer de changer de label « le temps d’un album » pour passer entre les mailles du filet bien discrétos, ton entreprise maléfique ne réussira pas à prendre comme il y a deux années. Ton précédent essai Writhes In The Murk était bien trop sage pour nous atteindre. Et voilà que maintenant tu essayes de revenir aux fondamentaux avec un Enthrall To The Void Of Bliss à nouveau plus violent ? Mais c’est bien trop facile, l’humanité commence à savoir comment tu fonctionnes, quel est ton plan d’attaque. Mais sache qu’une nouvelle fois, tes riffs et tes blasts sont bien trop faibles pour terrasser des humains devenus plus résistants que tu ne le penses, à force d’être biberonnés au sorties de Profound Lore et Dark Descent Records. Ta mélasse guitaristique est décidemment trop écoutable, trop assimilable, des youtubeurs sont déjà en train de retranscrire tes tablatures à l’oreille. Alors oui, tu as repris un peu de forme, tu es à nouveau capable de pondre des accélérations terrassantes comme pendant certains passages de "Gatekeeper’s Scroll" ou "Emanation", mais tu as toi-même rendu l’humanité plus solide par sélection naturelle il y a deux ans. Les survivants de l’apocalypse et leurs descendants sont capables d’encaisser tes assauts. Tu tentes tout de même de les effrayer encore avec quelques gros growls caverneux à l’ancienne, par exemple pendant "Arcanæ Manifestia" ou "Gatekeeper’s Scroll", c’est bien essayé, mais il en faut plus que ça pour recréer la terreur. Et tu n’as plus envie de retranscrire l’ambiance de l’Enfer ? Des sons cristallins répétitifs, des chants grégoriens, des voix parlées, des samples façon « dimension chaotique de Event Horizon » aves les pleurs et tout et tout, des dissonances en veux-tu en voilà, c’est tout ce que tu as trouvé pour halluciner l’auditoire humain ? C’est plus proche d’une BO d’un film pseudo-expérimental et mystique de festival qu’une véritable représentation des enfers ou de la quelconque dimension parallèle d’où tu proviens, et dont tu sembles avoir oublié à quoi elle ressemblait, à force de te cacher pour préparer ta vengeance, en l’état timide et inoffensive. Ævangéliste du malin, il t’en faudra encore plus pour faire une seconde tentative d’annihilation à la Omen Ex Simulacra qui en vaille la peine, qui ait une chance d’atteindre son but. Alors oui, je reconnais que ta nouvelle attaque est un peu plus mordante que Writhes In The Murk, que tu as retrouvé une partie de ta brutalité primaire, que certains moments de "Gatekeeper’s Scroll" ou "Levitating Stones" m’ont presque fait remuer le palpitant façon jump scare d’adolescent au cinéma, et que le grand final sur "Meditation of Transcendental Evil" retrouve une partie de la dinguerie de ton chef-d’œuvre d’abstraction infernale qu’était "Omniquity", mais tu es quand même devenu très prévisible et tu n’as plus beaucoup d’impact, avec tes riffs mous et ton ambiance relativement vide. Tu as peut-être et ce depuis tes premiers assauts plus de verve et de créativité que PORTAL et la plupart de ses disciples, mais tu auras bien du mal à retrouver l’efficacité de ton second méfait Omen Ex Simulacra qui avait surpris en son temps, et si je devais te donner un conseil, c’est d’espacer un peu tes tentatives pour revenir encore plus fort, mais tu auras du mal à nous vaincre après ton impressionnante seconde tentative, qui aurait pu aller au bout de l’effort. Démon ! Laisse-nous tranquille, et si d’aventure tu veux vraiment nous vaincre, révise tes gammes, évolue patiemment, car avec Writhes In The Murk et Enthrall To The Void Of Bliss, nous ne te craignons point !
Note : 13.5/20


Rédigé par : GabinEastwood & ZeSnake | 14/20 | Nb de lectures : 7921




Auteur
Commentaire
Saturnian
IP:85.201.232.45
Invité
Posté le: 03/11/2015 à 16h10 - (118525)
je trouve pour ma part que c'est leur meilleur album,le plus accesible et justement c'est une grande qualitée car je peut enfin ecouter l'album sans mal de crane ce qui n'etait pas le cas avant.On se rapproche par moments de Benighted in Sodom dans les riffs et ambiances,plus qu'auparravant (Alchemy notamment). Beaucoup de variations et de passages memorables (le riff presque goth rock de Gatekeeper's scroll). Content de voir qu'Aevangelist est allé vers un terrain plus abordable et varié,je n'arrive toujours pas a cerner Omen ex Simulacra,trop chaotique!

Poney
IP:132.212.216.121
Invité
Posté le: 03/11/2015 à 20h12 - (118526)
Je ne connaissais le groupe que de nom et n'avais jamais vraiment pris le temps de me pencher dessus, donc forcément, je ne peux me baser sur les précédents albums. Cependant, après une première écoute de ce Enthrall..., c'est la baffe, la vraie.

Nokturnus
Membre enregistré
Posté le: 06/11/2015 à 10h08 - (118564)
Cette folie putain



Sunn0))
Membre enregistré
Posté le: 10/11/2015 à 19h29 - (118611)
Contrairement à ce que dit la première chronique, cet album s'écoute très facilement d'une traite. J'ai même pu le trouver apaisant quand je l'ai écouté d'une oreille distraite. À creuser, mais sans conteste un bon album.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker