- AT THE DRIVE-IN + LE BUTCHERETTES par RUDY - 492 lectures
02 Avril 2016 à L'ATELIER, LUXEMBOURG



20h15 / 21h - LE BUTCHERETTES
LE BUTCHERETTES arrivent pour leur set et feront mieux que simplement chauffer la salle. Celle-ci est en effet déjà pleine aux deux tiers et se remplira pendant le show fou de la Mexicaine Teri Gender Bender (Teri le Travelo). Mélange de Bjork et de Nina Hagen, la brune incendiaire et son groupe, composé du bassiste Riko Rodriguez-Lopez (frère d'Omar) et du très bon batteur Chris Common (producteur à El Paso) sont tout de rouge vêtus pour envoyer la sauce. La chanteuse féministe, alternant clavier et guitare, est habitée sur scène d'une espèce de folie punk sous des attirails de diva au sang chaud. Sa voix ressemble pas mal à celle de Cédric, surtout pour les passages plus calmes et/ou en espagnol.



21h30/22h45 - AT THE DRIVE-IN
La scène est vide de déco mais la salle est pleine à craquer (sold out en quelques jours) pour accueillir les deux coupes afro les plus populaires du punk-hardcore-post-rock-prog. Le groupe débarque sans artifice mais tape dedans direct avec "Arcarsenal", titre qui ouvrait leur dernier et culte album de 2000: "Relationship of Command". Le public répond sans attendre en reprenant en chœur les "have you ever tasted skin", malgré un son un peu brouillon et une caisse claire qui ne claque pas assez. Un Cédric légèrement plus joufflu mais toujours aussi bondissant saute sur la grosse caisse dès le deuxième morceau: "Pattern against user". Le groupe entame donc ses concerts de reformation comme son LP le plus connu, mais ils font bien sûr l'impasse sur le hit "One Armed Scissor" pour enchaîner avec "Sleepwalk Capsules". La voix de Cédric semble parfois sur le fil du rasoir, mais l'Américain retombe sur ses pattes de vieux matou en ce début de concert et sa voix sera ainsi chauffée à point pour l'heure suivante. Il est en tout cas toujours aussi agile avec son câble de micro...



ATDI lâche "Relationship" pour le 4ème titre et s'attaque à "300MHz" de leur EP "Maya" datant de 1999. La bande d'El Paso n'ira d'ailleurs pas chercher plus loin dans sa discographie que 1998 et son deuxième album "In/Casino/Out". En tout cas le premier slam inaugure ce changement de répertoire et le show reste bouillant avec un second titre du même EP: "Proxima Centauri". Il est temps pour le groupe de calmer la cadence un tout petit peu avec le premier morceau de 1998: "Lopsided". C'est le moment opportun pour un petit speech de Cédric, avec les lumières pointées sur le public, le leader nous remercie d'être venu et d'introduire la chanson en disant en gros qu'un cœur brisé est toujours capable de rêver...
Le concert décolle véritablement (et nous aussi) un retour à "Relationship of Command" avec "Invalid Litter Dept." suivi d'"Enfilade", Cédric se lâche et, bras tendu, propose sa sueur au premier rang. Le calme revient et Cédric refait un speech, cette fois pour nous dire qu'ils ne sortent pas beaucoup de leur bulle à quatre roues et que ça lui fait du bien de revoir de êtres en chair et en os. Mais plus important encore pour lui il remercie tout le monde d'être là, à montrer de l'intérêt à leur truc ("this shit") 20 ans après les faits. C'est au tour de "Ursa Minor", le groupe laisse parler son côté prog et Omar de prendre la scène à son compte avec une envolée Hendrixienne qui sera malheureusement cassée dans son élan au moment où il enclenche sa pédale d'effet, coupant net sa guitare en pleine montée, le laissant les bras en croix, dégoûté, jusqu'à ce que son guitare tech rebranche tout pour qu'il puisse terminer la chanson...



Et c'est reparti pour une salve de trois titres issus de "Relashionship of Command", après "Cosmonaut", "Quarantined" voit son passage planant être allongé, le jam étant appuyé par une salle plongée dans une quasi obscurité, ne restent que quelques spots bleus puis rouge, nous baignant dans une atmosphère surréaliste bienvenue. A la fin de "Catacombs", Cédric explose son pied de micro, ou comment faire comprendre à tout le monde que son jeu de scène énorme ne tient qu'à un micro et son câble. Il est temps d'introduire "One Armed Scissor" en nous informant que la prochaine fois que nous pourrons les voir en concert, ils devraient venir avec un nouvel album. Leur titre le plus connu clôt cette soirée dantesque que l'on espère bien renouveler dans une même salle à taille humaine.
Merci à Griou666 pour la setlist.








Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker