- MOTOCULTOR 2015 par SHEB - 1550 lectures
Du 14 au 16 août 2045 - Site du Kerboulard - Saint Nolff (Bretagne)



JOUR 1

Les circonstances et la lassitude ayant faits que je n'ai pu ni voulu me rendre au Hellfest cette année, j'avais décidé de profiter de mes vacances dans le Morbihan, à quelques encablures de Saint-Nolff, pour me rendre pour la toute première fois au Motocultor dont l'affiche me convenait parfaitement. Les annulations successives de MANZER, CRYPTOPSY et surtout TROUBLE n'avaient que très peu entamés l'enthousiasme qui était le mien à l'idée de découvrir ce festival que j'espérais un peu plus à taille humaine, moins surchargé et donc moins éprouvant que ne pouvaient l'être les dernières éditions de la grand messe clissonnaise.

Saint-Nolff se trouve à quelques kilomètres de Vannes, tout près de la nationale qui remonte vers le nord, vers Rennes. Le site du Kerboulard est déjà annoncé avant même la sortie et est très bien fléché. IL ne se trouve d'ailleurs qu'à quelques centaines de mètres de cette même sortie. La première entrée est réservée aux artistes, la suivante qui se trouve deux cent mètres plus loin est celle du parking public. De nombreux bénévoles sont déjà présents pour orienter les véhicules et j'ai tôt fait de me garer à moins de cent mètres de l'entrée du site. Un passage par les caisses pour récupérer mon accréditation et je me dirige vers l'entrée du site où le festival a déjà débuté depuis plusieurs heures. Une longue file d'attente s'étire sur des dizaines de mètres mais je me faufile tout de même rapidement à l'intérieur. Une troisième scène a été rajouté cette année, ce qui a permis de rajouter une bonne vingtaine de groupes supplémentaires à l'affiche. Cette nouvelle scène qui prend place à l'entrée du site, sur la gauche répond au doux nom de Massey Ferguscene et joue ne même temps que la Supositor Stage. La troisième scène est la Dave Mustage qui alterne donc avec les deux autres. La distance entre ces scènes, la taille et l'affluence du site permettent sans souci de voir tous les groupes; inutile d'arriver une heure à l'avance, il est toujours possible de bien voir un groupe, ce qui est vraiment très appréciable.

D'ailleurs à peine arrivé près de la Massey Ferguscene, je tombe sur Skay qui regarde d'un oeil distrait les STICKY BOYS à l'ouvrage. Le groupe pratique un hard rock bien énergique, idéal pour me plonger dans l'ambiance du fest tout en douceur. Ce n'est cependant pas pour ce groupe que je me suis dépêché d'arriver sur le site (ce qui ne fut pas une mince affaire avec les bouchons qu'il y avait autour de Vannes) mais pour le suivant, je veux bien sûr parler des Islandais de SOLSTAFIR. Auteur avec "Ótta" d'un dernier album vraiment très bon, j'étais curieux de voir et d'entendre ce que pouvait donner le groupe sur scène. Le groupe entame son set avec "Svartir Sandar" extrait de l'album du même nom. Le son est très bon, ce qui sera, globalement le cas tout au long du week-end. Viennent ensuite "Ótta" et "Náttmál", les deux titres les plus longs du dernier album du groupe, titres qui donnent au groupe l'occasion de démontrer tout son talent, et notamment à Aðalbjörn Tryggvason de prouver si besoin était qu'il est un excellent chanteur. La musique envoûtante du groupe fait vraiment mouche en ce début de soirée et le public ne s'y est pas trompé et est venu nombreux se masser devant la scène principale. Avec "Fjara", le groupe refait un détour vers son avant dernier album avant de remonter encore un peu plus dans le temps pour terminer son set sur "Goddess of the Ages" extrait de "Köld", son troisième album, sorti en 2009. Une heure de show et simplement cinq titres qui malgré leur durée sont vraiment passer comme des lettres à la poste. Mon festival ne pouvait pas mieux débuter.



Ce n'était pas vraiment le moment d'avoir soif car les queues aux guichets de vente de tickets boisson et nourriture étaient des plus impressionnantes. Après un détour rapide vers la scène voisine où ABORTED balance son death metal avec toujours la même vigueur que la dernière fois où je les avais vus (il y a donc un bon paquet d'années) et je me rends au bar VIP où doit se dérouler une conférence de rédaction avec les membres de VS ayant répondu à l'appel lancé par Skay. Je me retrouve avec ce dernier et madame pour goûter la "Couille de Loup", une bière locale pas dégueu. La zone VIP du Motocultor n'a rien à voir avec celle du Hellfest mais encore une fois sa proximité, la plus grande facilité à y trouver une place assise (dans des vieux canapés en cuir bien confortables) et les cacahuètes, chips et autres biscuits apéro offerts compensent bien une décoration réduite au strict minimum.

Après un rapide détour par la voiture pour y manger un sandwich (les queues aux stands de bouffe m'ayant découragés de goûter les spécialités locales) pendant que FINNTROLL enflammait la Dave Mustage, il est temps de rejoindre le site où PENTAGRAM va nous donner notre dose de doom. Emmené par un Bobby Liebling très en forme (même s'il semble vraiment avoir 75 ans alors qu'il n'en a que 61). Quelques jours avant la sortie de "Curious Volume", son nouvel album, c'est l'occasion d'en entendre quelques extraits plutôt prometteurs savamment calés entre des classiques du groupe ("Forever My Queen", "All Your Sins", "Sign of the Wolf"...). Bobby Liebling porte un étrange tricot qu'il a du emprunter à sa mère. Il s'en débarrassera d'ailleurs avant la fin du concert pour exhiber un T-Shirt à l'effigie du groupe qui lui sied bien mieux même si cette taille S semble encore trop grande pour lui. Malheureusement on ne l'entend pas assez et ce quel que soit l'endroit où on se trouve. Bobby Griffin, le guitariste n'est pas là. Il est remplacé par un type qui lui ressemble vaguement et qui prend parfois quelques libertés avec les morceaux. Quoiqu'il en soit, l'un des meilleurs concerts du week-end.



Dans la foulée s'ouvre une parenthèse helvète entamée par ELUVEITIE qui tout comme FINNTROLL juste avant eux sur cette même scène connaît un très gros succès. Le groupe n'hésite pas à piocher dans toute sa discographie, remontant même jusqu'à son premier album pour le titre "Uis Elveti". Le groupe sait où il joue ce soir et offre au public, une convaincante version française de "Call of the Mountains", un des tubes de son dernier album. IL n'oublie pas non plus de terminer son set par "Inis Mona" qui reprend le thème de "Tri Martolod" d'Alan Stivell, de quoi largement faire son petit effet et se mettre le public breton dans la poche.

On reste en Suisse avec TRIPTYKON dont le leader Tom G. Warrior ne passera sans doute pas ses prochaines vacances avec les membres d'ELUVEITIE puisqu'il entend "laver l'honneur de son pays après ce qui vient de se passer sur l'autre scène", ambiance... Il est sûr que le style pratiqué par TRIPTYKON n'est pas le même que celui de ses compatriotes, d'autant que le groupe n'hésite pas à piocher dans la discographie de CELTIC FROST ("Procreation (Of the Wicked)", "Circle of the Tyrants") voire même dans celle de HELLHAMMER pour en extraire le titre "Messiah". Là aussi, un bon set qui clôt en beauté une première journée.



JOUR 2

N'ayant pas prévu de rester toute la journée pour cause de fêtes de Vannes, j'arrive dès le début des hostilités, histoire de voir un max de groupes. Ce sont les voisins angevins de ARCANIA qui ouvrent le bal. Sur album, je n'ai jamais vraiment été convaincu par cette signature de chez Great Dane Records. Cependant, là, sur scène, j'ai trouvé le groupe très bon et efficace. Le son est bon et met bien en valeur le thrash metal puissant du groupe. De quoi me donner envie de rejeter une oreille sur leurs deux albums.

Toujours dans un registre thrash metal, ce sont les espagnols de CRISIX qui ont pris la suite de nos petits français sur la scène voisine. Dans un registre plus old-school et parfois plus déjanté et non dénué d'humour, eux aussi m'ont convaincu. Ces petits gars savent manier leurs instruments et prennent beaucoup de plaisir à être sur scène, ça se voit. Ils n'hésitent pas à nous balancer un break funky totalement inattendu et rafraîchissant en ce second jour qui s'annonce beaucoup plus ensoleillé que le précédent.



On change de style avec BLISS OF FLESH et son black metal teinté de death. L'ensemble est des plus efficace et dévastateur. Le groupe est emmené par un chanteur au charisme des plus affirmés. J'avais déjà eu l'occasion de voir le groupe en première partie de BEHEMOTH. Leur prestation du jour fût tout aussi impressionnante.

Arrivait enfin un des groupes que j'attendais le plus sur l'ensemble du week-end: AVULSED. Fan depuis 20 ans du groupe espagnol emmené par Dave Rotten, légende de la scène underground ibérique s'il en est, les occasions de voir ce combo par chez nous sont vraiment trop rares pour que je passe à côté de cette occasion. Savant mélange de vieux titres ("Gorespatted Suicide", "Carnivoracity") et de morceaux plus récents Dead Flesh Awakened", titre issu de "Ritual Zombi", le dernier album du groupe, AVULSED a offert un bon set de death metal old-school devant un parterre pas vraiment des plus enthousiastes, il faut bien le reconnaître.

Le retour de KRONOS sur une scène en France était sans doute un des évènements de cette deuxième journée du Motocultor 2015. Le groupe était resté silencieux depuis de nombreuses années et pour ma part, je ne les avais pas vu depuis l'édition 2008 du Chaulnes Metal Fest, ce qui en nous rajeunit pas. On les attendait au tournant et je dois bien avouer qu'on s'est pris une grosse mandale en travers de la tronche. Les années ont passé mais KRONOS n'a rien perdu de sa rage et déroule toujours son death metal brutal avec la même efficacité. Les titres s'enchaînent sans temps mort. Les extraits de "Arisen New Era", le nouvel album du groupe sont très bons et ne dépareillent pas à côté de morceaux plus anciens tels que "Bringers of Disorder" ou encore "Mashkhith". Un retour parfaitement réussi.

Pendant que la journée thrash se poursuit sur la Supositor Stage avec les excellents ANGELUS APATRIDA, je me dirige vers la Massey Ferguscene afin d'assister à la prestation de GLORIOR BELLI. Le public a plutôt bien répondu et le groupe joue donc devant un parterre assez important (ce qui ne sera pas le cas de tous les groupes, même en milieu ou fin de journée). Je ne sais pas si l'uun d'entre eux a eu un léger embarras gastrique avant de monter sur scène mais les gars sont couverts d'une substance marron des plus douteuses. En dehors de ça, je n'ai pas vraiment été emballé par la prestation du groupe. J'ai trouvé ça bien plat et je ne suis donc pas trop attardé.

Le temps de jeter rapidement une oreille à ONE LAST SHOT, groupe arrivé ici grâce au Headbang Contest, un tremplin permettant à des petits groupes de se faire connaître et je file vers d'autres festivités beaucoup moins métalliques.



JOUR 3

Je ne connaissais pas du tout HEXECUTOR, le groupe qui avait la difficile tâche de réveiller les festivaliers en ce dimanche matin mais quelques chose me disait qu'il ne fallait pas que je loupe leur passage. Tout l'attirail du groupe de thrash old-school est bien là, jeans slims, baskets montantes et cartouchières, il ne manque rien, pas même le bon vieux son old-school qui ne m'a vraiment pas fait regretter de m'être pressé pour cette dernière matinée. Dormir tous les soirs au calme et dans un vrai lit aide vraiment à rester en forme. Les troisièmes jours de fest, notamment au Hellfest sont toujours assez laborieux mais ce n'est vraiment pas le cas ici. La taille humaine du site n'y est sans doute pas étrangère non plus. HEXECUTOR semble n'avoir qu'une démo et un EP à son actif. J'imagine donc que la majorité des titres de ces releases y sont passés. Une bonne découverte qui fleure bon le DESTRUCTION et le KREATOR.

Après DEFICIENCY et MACHETE, deux groupes qui dans des styles bien différents, ne m'ont pas vraiment emballé place à CLITEATER qui débutait une petite séance goregrind. J'avais déjà eu l'occasion de voir Joost et sa bande à l'œuvre mais la dernière fois nous ramenait tout de même en 2005... Force est de constater qu'en dix ans le groupe ne s'est pas laissé aller et est toujours aussi au taquet et efficace. Ce sont surtout les titres des derniers albums qui sont joués mais le groupe n'oublie pas ses classiques et termine par l'incontournable "Eat Clit or Die". Entre blasts dévastateurs et parties bien groovy, il y avait vraiment là de quoi passer un bon moment.

Direction la Massey Ferguscene pour voir leurs collègues de GUTALAX. Si CLITEATER a "clit" dans tous les titres de leurs albums, GUTALAX a "Shit" dans les siens, on reste à peu près dans le même esprit. Ils devaient jouer le vendredi mais sont tombés en panne et ont donc été recasés en ce dimanche après-midi, suite à l'annulation de DELAIN, ce qui n'est vraiment pas pour me déplaire. La discographie de ces derniers est moins fournie que celle de leurs aînés mais le public n'a pas moins répondu présent. Les connaisseurs ont pris leurs précautions et c'est rapidement un flot de papier toilette qui est balancé sur scène. C'est la première fois que je les voyais et je dois bien avouer ne pas avoir été déçu. Les délires festifs, gros pogos à poil ou en déguisement à la con, c'est vraiment pas mon truc mais il est tout de même difficile, à moins d'avoir un balai dans le cul de ne pas être emporter par la sacrée ambiance que savent nous foutre nos tchèques dans leurs combinaisons blanches.



Changement radical d'ambiance avec ALCEST... Après un tel foutoir voir une bande de gars qui ont l'air tout timides débouler la tête basse, ça faisait un peu bizarre. Le groupe dont je ne connaissais que très vaguement la musique, invitait au voyage mais il semble bien que j'avais oublié mon passeport car je me suis profondément ennuyé. Le black atmosphérique/post black de JE qui enchaînera juste après sur la scène voisine en réussira pas plus à attirer mon attention en ce dimanche après-midi.

A 17h30 je file vers la Massey Ferguscene, histoire de découvrir NE OBLIVISCARIS que je ne connais absolument pas mais dont j'ai pas mal entendu circuler le nom depuis le début de la journée. Une petite pluie m'accompagne depuis un petit moment mais elle reste si fine qu'elle mouille à peine et trouble à peine la douce atmosphère de cette dernière journée. Riche idée que j'ai eu d'aller découvrir ce groupe car ce fût sans doute l'un des meilleurs concerts du week-end. Le groupe pratique un metal extrême progressif et technique pas vraiment facile a appréhender quand on ne les connaît pas du tout comme c'était mon cas mais j'ai tout de même été convaincu par leur musique. Meurs morceaux sont très longs et à moins d'un enchaînement qui m'ait échappé, je pense que le groupe n'en a joué que quatre pour un set de cinquante minutes. Le chant est partagé entre un espèce de cliché gothique taciturne et un violoniste qui assure aussi le chant clair et la communication avec le public. Il est vraiment pour beaucoup dans la réussite de leur concert



SEPULTURA ou rien... Pas le choix donc. Va falloir donner une chance aux Brésiliens, ce que je n'ai plus fait depuis bien longtemps, le groupe n'ayant plus que très peu d'intérêt à mes yeux et surtout mes oreilles depuis maintenant plus de 20 ans. Les bons échos qu'a reçu le dernier album et la volée de bois vert que ne cesse d'infliger les frangins Cavalera au groupe l'ont récemment fait remonter un peu dans mon estime. Passée la surprise de voir Paulo Junior être devenu un petit vieux, il faut bien constater que le groupe est toujours aussi efficace sur scène. Je ne suis toujours pas totalement convaincu par Derrick Green que je trouve toujours aussi peu charismatique mais musicalement c'est tout de même très fort, notamment grâce à un batteur monstrueux. Le public ne s'y est pas trompé et répond massivement présent. C'est sans doute l'une des rares occasions du week-end qu'il aura de reprendre en chœur des hymnes connus de tous. Aucun autre groupe à l'affiche n'a de titres pouvant rivaliser avec des titres aussi fédérateurs que "Refuse/resist" ou "Roots Bloody Roots", d'autant que le groupe n'hésite pas à piocher dans sa discographie même la plus lointaine pour en exhumer des "Troops of Doom", "From the Past Comes the Storms" ou autre "Inner Self". Une très bonne prestation donc. Ce n'est pas pour autant que je vais me mettre à réécouter du SEPULTURA récent mais le contrat fut tout de même rempli haut la main, n'en déplaise à la famille Cavalera.



PSYCROPTIC ou AGALLOCH ? Choix cornélien. Les deux groupes se font assez rares en Europe et m'intéressent. Je décide de commencer par PSYCROPTIC mais vite lassé par une musique que je trouve trop "Easy-listening", m'attendant à quelque chose de plus technique et moins aisé d'accès, je fonce sur l'autre scène pour ne plus rien louper de AGALLOCH. Les américains ne m'ont pas déçu. Enfin si j'aurai vraiment aimé qu'ils jouent au moins un titre extrait de "The Mantle", mon album préféré mais ils ont fait l'impasse sur celui-ci, lui préférant "Pale Folklore", duquel ils ont tiré "Hallways of Enchanted Ebony" et surtout bien sûr le dernier album dont trois titres furent extraits. Fut la durée de leurs titres, même avec un set d'une heure, le groupe ne peut espérer en jouer plus de six et doit donc bien sûr faire des choix. Malgré cela, ce fut sans doute l'un des meilleurs concerts du Week-End, soutenu par un son vraiment excellent.



Pendant TRIVIUM dont je me foutais éperdument, j'essaye de choper un truc chaud à manger et c'est là que je suis vraiment rendu compte qu'il y avait un problème d'organisation à ce niveau, au moins aux heures de pointe. Il fallait compter plus d'une demi-heure de queue rien que pour choper une simple frite-mayo, de quoi en rebuter plus d'un.

La fatigue commence vraiment à se faire sentir mais la fin du programme reste suffisamment alléchante pour conserver toute mon attention. Je préfère SEPTIC FLESH que je n'ai pas vu depuis des années aux pourtant tout aussi excellents ORANGE GOBLIN que j'ai eu l'occasion de voir deux fois ces deux dernières années. Le dernier album des grecs ne fait pas l'unanimité mais moi je l'aime bien et je trouve que ses titres sont bien taillés pour la scène. Ca tombe bien car le groupe nous a joué pas moins de cinq titres extraits de ce dernier skeud. C'est du très lourd, du très puissant mais je trouve que le groupe a quand même perdu un peu de sa superbe et à moins la classe que par le passé mais ça doit être le vieux con qui sommeille en moi qui écrit.



Un petit OPETH et au lit. J'aime beaucoup le virage prog rock qu'a pris la bande à Akerfeldt depuis quelques albums. C'est d'ailleurs par deux titres du petit dernier que commence le set des Suédois. La suite du concert est composée de classiques du groupe "The Drapery Falls" ou encore "The Devil's Orchard". je ne sais pas si c'est parce que j'étais épuisé ou bien parce que le groupe n'était pas dans un très bon jour mais je n'ai pas trouvé la prestation d'OPETH vraiment bonne ce soir là. ENfin ça reste tout de même d'un très bon niveau. Je pars peu avant la fin et peut quitter le site et reprendre la route en moins de cinq minutes, voilà qui est vraiment très appréciable.

Finalement en dehors des problèmes de queue aux guichets pour choper des jetons et aux stands de bouffe qui ne m'ont personnellement pas trop impactés, je n'ai pas grand chose à reprocher au Motocultor. J'en suis revenu bien plus en forme que du Hellfest. Bon, ok, je dormais tous les soirs dans un lit mais je suis sûr que mon expérience au camping aurait été moins pénible qu'à Clisson. Un festival à taille humaine, où on peut voir sans le moindre problème tous les groupes. On en voit finalement autant sur trois jours, on a juste un peu de moins de choix et pas de têtes d'affiche de grande envergure mais perso, je m'y retrouve et je signe sans problème pour une prochaine édition.


Auteur
Commentaire
senior canardo
IP:94.199.125.58
Invité
Posté le: 16/09/2015 à 16h13 - (1117)
je me retrouve complètement dans ton dernier paragraphe !

Zen
Membre enregistré
Posté le: 16/09/2015 à 18h54 - (1118)

Pareil ... En avant pour le Motocultage l'année prochaine ...


Max
IP:78.241.159.40
Invité
Posté le: 16/09/2015 à 20h09 - (1119)
moi aussi Motocultor l'an prochain, un fest à taille humaine .
Le Hellfest c'est fini,

Jo666
IP:82.229.167.171
Invité
Posté le: 17/09/2015 à 19h36 - (1120)
Par contre on dirait que t'as raté un grand moment (en tous cas tu n'en parles pas) : DOPETHRONE !!


loup gris
IP:78.237.100.153
Invité
Posté le: 17/09/2015 à 21h11 - (1121)
Rien sur KILLERS !!! :((((

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker