- MOTOCULCORE 2015 - VENDREDI 14 AOÛT par VELVET KEVORKIAN - 1527 lectures
Vendredi 14 août 2015 - MOTOCULTOR FESTIVAL @ Saint-Nolff (56) - BZH



L'édition du MOTOCULTOR 2015 proposait une affiche fort alléchante, il faut bien le dire. Seulement voilà, pour une histoire de goûts et d'emploi du temps, ce n'est que la journée du vendredi qui nous a véritablement botté. Une journée placée sous le signe du « core » avec une belle tripotée de groupes prêts à se succéder sur la Suppository Stage tout le long de ce premier round.

Le MOTOCULTOR est un festival qui, malgré sa taille plus humaine que le HELLFEST, commence à grossir. Pour preuve, cette année, une troisième scène fut montée et nommée « Massey Ferguscène », en référence à la célèbre marque de tracteur, n'est-ce pas. Une nouvelle scène, donc, que nous ne verrons que de loin étant donné que sa programmation était loin de susciter en nous un quelconque intérêt. Autre nouveauté également, l'implantation d'un petit chapiteau non loin de la Massey Ferguscène. Sûrement là pour permettre aux festivaliers de s'abriter si la pluie venait à se mêler à la fête. Nous n'en saurons rien, vu que l'on ne s'est pas trop attardé dessus. Ce qui nous a intéressé surtout, c'était la Suppository Stage et sa programmation assez dingue ce vendredi.

Arrivés assez tôt, supposant que l'on devrait obligatoirement faire la queue pour rentrer, nous tombons un peu des nues face à une GIGANTESQUE file d'attente, débutant de la fin du camping jusqu'à l'entrée du festival. On entend par-ci par-là quece retard pour l'ouverture des portes du fest' serait imputé à météo capricieuse la veille. On prend tant bien que mal notre mal en patience, sous un traditionnel crachin breton, et on finit enfin par entrer sur le site après 1h30 de queue. Le premier groupe que nous voulions voir, les Orléanais de NESSERIA, a déjà joué et ça fait putain de chier sa mère de les avoir loupés ! On se console tant bien que mal en leur chopant du merch' – avec les prix les plus honnêtes en sus, 10€ le CD et 12€ le chandail - et décidons d'aller se fournir en ticket restauration/boisson avant le set des BIRDS IN ROW.

La file d'attente pour se ravitailler est peu dense à ce moment-là, ce qui ne sera plus le cas par la suite avec des queues énormissimes pouvant durer plus d'une heure. On déboule devant le set des BIRDS avec 15 minutes de retard, quand même. Le show des gars de Laval envoie le steak. Intense et vénère, leur hardcore-punk-emo est très prenant et captivant. Le trio sait tenir la scène et envoie le show avec virulence et sincérité devant un parterre assez fourni tout de même. En quarante minutes, les BIRDS IN ROW nous font kiffer et donne envie de se jeter sur leur discographie une fois rentré au bercail. Bravo.



Après de telles émotions, un passage au stand de bouffe est obligatoire. Bon, on sait qu'en festival la bouffe est chère, mais là... 5€ le sandwich saucisse et 7,50€ si tu rajoutes des oignons dedans, humm, ça pique un peu... Mais bon. Durant notre pause déjeuner, les Belges d'ANCIENT RITES balancent leur black/folk metal sur la Dave Mustage. Bon, pas trop notre truc, mais on regarde tranquillement en attendant la venue des Ricains d'ALL OUT WAR peu après.

ALL OUT WAR fait figure de référence dans le milieu. Sans être des aficionados du gang de Newburgh, l'idée de les voir sur scène nous titillait fortement. Et on ne fut pas déçu. Bon, le son des guitares était franchement naze, autant le dire d'emblée, mais le show, lui, était franchement voyou du début à la fin. Les mecs, au taquet, ont balancé leur metalcore à l'ancienne avec vitalité et rage. Mosh part et riff à la Slayer étaient de la fête malgré le peu d'affluence présente. Pas grave, ceux présents ont passé un bon moment, sous une ambiance de char d'assaut qui aura fait bouger plus d'une nuque. On ressort le sourire aux lèvres et on se pose pépère en attendant la suite.



La suite, c'est les Parisiens de RISE OF THE NORTHSTAR. Mais pour patienter, on mate le set des Cannois d'HEART ATTACK qui balance un bon gros thrash sur la Dave Mustage d'à côté. Leur show est carré et leur musique très bonne, ce qui nous vaudra un détour au stand de merch' pour chopper leur CD. Quarante minutes plus tard, les plus nippons des Parigos investissent les planches de la seconde scène. Un tabouret est placé non loin de la batterie, l'interrogation est de mise. Une fois l'intro de « What The Fuck » lancé et l'entrée de Vithia faite, on comprend pourquoi. Le gaillard ayant récemment fait une Vogelite aiguë (péter le dos quoi), nous le voyons débarquer avec une béquille en guise de soutien physique. Mais malgré cet handicap, Vithia a géré son show, tout autant que ses comparses de l'étoile du nord. Le son était très bon et, comme d'hab', l'énergie présente. Le groupe nous a envoyé ses brûlots tirés de son premier album « Welcame » et de son second EP avec fougue et panache. Le phrasé de Vithia était, comparé au set du Hellfest, plus maîtrisé – sûrement dû fait qu'il ne pouvait pas autant bouger qu'à l'accoutumée – et mieux calé. Pour le reste, c'était du tout bon, de A à Z. Les titres ont fait mouche, le pit était chaud-patate, et l'ambiance bien folle. Impeccable quoi.





La fin de soirée commençait à débarquer et nos réserves de tickets à diminuer, donc go pour refaire le plein avant le concert des bouchers d'ABORTED. Pendant ce temps-là, SOLSTAFIR jouait sur la Dave Mustage, pendant 50 minutes environ. C'est le temps qu'il nous aura fallu pour obtenir les précieux bouts de papier et enfin se caler devant la Suppository. Niveau backdrop, ABORTED ne fait pas dans la dentelle, mais ça en jette. C'est toujours un plaisir de mater un show d'ABORTED. Sven est toujours au taquet, et bien en voix. Le groupe balance la purée sans répit et, comme en 2013, demandera au public de lui faire un gros circle pit passant derrière la régie... Manque de bol pour nous, c'était pile-poil le moment où nous avions décidé de poser vite fait un cul par terre qu'une marée humaine déboule et nous entraîne sans sommation dans son cercle infernal. Damned. Les titres de « The Necrotic Manifesto » passent carrément bien en live et les classiques tirés de « Engineering The Dead », « Goremageddon » et « The Archaic Abattoir » sont toujours appréciables. Le groupe nous a donc offert notre dose de death metal et l'a bien fait, comme d'hab'. On passera vite fait mater FINNTROLL, de loin, en graillant, et le résultat fut plutôt sympa à écouter pour passer le temps avant d'accueillir les rois du NYHC.





Avec SICK OF IT ALL on n'est jamais déçu. Ce groupe est une valeur sûre en live. On savait qu'on allait passer un super moment et lorsque les premières notes résonnèrent la folie s'installa dare-dare. La bande des frères Koller nous a offert un show bourré d'énergie et de pépites tirées de ses meilleurs albums. On constate que le groupe fait la part belle à l'excellent « Death To Tyrants » sorti en 2006 en plus de ses classiques et ça fait plaisir tant ce disque bute. Les tubes de son dernier, et moyen, album, « Get Bronx » et « Road Less Traveled » passèrent comme papa dans maman et ont foutu l'ambiance comme il se fallait. Les mecs sont en forme, Peter Koller fait le show comme d'habitude, tournoyant sur lui-même sans cesse. Bref, avec SOIA, pas de surprises, mais toujours la pâtée, même avec un « Built To Last » manquant sur la setlist.



Après ça, difficile d'être passionné par le show des Suisses d'ELUVEITIE. Après quasiment une heure de biniou, il était temps de revenir à New-York City pour le set de la balle folle. Comme avec SOIA, MADBALL est une valeur sûre en terme de live et le concert de la bande à Freddy Cricien n'a pas failli à sa réputation. Comme lors de son passage au Hellfest deux mois plus tôt, MADBALL a mis la branlée, ni plus ni moins. Grosse ambiance, énergie de dingue, Freddy monté sur ressort. Le groupe nous a balancé un excellent patchwork de ses tubes pour un show intense et über-kiffant. En 50 minutes, les MADBALL ont mis à l'amende un sacré paquet de groupes avant de laisser place au live le plus inattendu de cette journée.

Les fidèles amateurs de l'émission What The Cut ont sûrement découvert, comme nous, les Russes frappadingues de LITTLE BIG et leur tube « Everyday I'm Drinking ». L'idée de les voir en live au MOTOCULTOR était une grosse aubaine. Leur électro-hip-hop est franchement stimulant et agréable à écouter. Le groupe entra donc en scène, écran géant en fond de scène balançant leur clip lors des morceaux interprétés, et mettra le feu avec un show franchement bonnard. Une grosse partie du public était tout de même au rendez-vous, l'alcool aidant probablement, pour assister à l'un des meilleurs concerts de la journée. Outre le fait qu'il s'agisse d'électro, LITTLE BIG ont un côté très malsain et barré visuellement, misant énormément sur leur côté russe. Les metalleux bourrés, se sont donc mis à danser sur les « Public Enemy », « Russian Hooligan » et, bien évidemment, « Everyday I'm Drinking », dans une grosse ambiance festive, idéale pour clôturer cette première journée de festival. Le groupe nous a offert un show carré et foutrement efficace qui nous a motivés à nous procurer leur CD, finalement.



Cette première journée du MOTOCULTOR 2015 a tenu ses promesses et nous a offert des très bons concerts. Côté organisation, beaucoup trop de queues pour obtenir à manger (côté boisson, il suffisait de s'y rendre pendant un des concerts de la Dave Mustage) ou des tickets. Les tarifs étaient bien trop élevés tout de même pour une qualité gustative correcte mais pas dingo non plus. Par contre, niveau ponctualité, aucun souci à relever, c'était pile-poil à l'heure, donc appréciable.

Concernant le public, on a quand même l'impression que la majorité des gus présents viennent là pour se finir de leur tournée des fest' estivaux. Les sacs à vin étaient légion, souillant les toilettes et pissant contre les poubelles disposées au centre du fest'. Mention « débile profond » à la bande de connards qui, durant le set de LITTLE BIG, s'amusait à balancer des pétards de la taille d'un bâton de TNT au beau milieu du public. Il aura fallu qu'une nana leur saute à la gueule pour que cette bande d'abrutis se calme et continue de cuver leur mauvaise picole. Mis à part cela, on sent que le MOTOCULTOR veut aller plus loin, mais manque encore de précision. L'édition 2013 avait pourtant été une très bonne surprise (sur les 3 jours), mais là, beaucoup de points noirs étaient encore présents et franchement désagréables. On saluera l'effort du fest' pour proposer une journée orientée hardcore de qualité qui a franchement tenu ses promesses.


Auteur
Commentaire
corky
IP:92.89.18.8
Invité
Posté le: 31/08/2015 à 19h08 - (1095)
De la part des "débiles profonds":
1) la nana a sauté sur un mec qui n'a rien lancé, et qui donc n'a rien compris à ce qu'il se passait sur le moment.
2) l'arrêt du jet de bâtons de TNT ne fut qu'induit par leur pénurie.
3)Ce n'était pas de la mauvaise picole mais de délicieuses bouteilles de pastis agrémentées d'une non moins agréable bouteille de suze.

ouiouio
IP:78.218.67.78
Invité
Posté le: 31/08/2015 à 19h09 - (1096)
la supositor stage les gars!

corky
IP:92.89.18.8
Invité
Posté le: 31/08/2015 à 19h12 - (1097)
De la part des "débiles profonds":
1) la nana a sauté sur un mec qui n'a rien lancé, et qui donc n'a rien compris à ce qu'il se passait sur le moment.
2) l'arrêt du jet de bâtons de TNT ne fut qu'induit par leur pénurie.
3)Ce n'était pas de la mauvaise picole mais de délicieuses bouteilles de pastis agrémentées d'une non moins agréable bouteille de suze.

steven seagull
IP:92.160.164.81
Invité
Posté le: 31/08/2015 à 21h19 - (1098)
du coup même pas 1 mot sur le meilleur groupe de la journée, PENTAGRAM?

Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 31/08/2015 à 22h11 - (1099)
@steven seagull : Ça va venir avec les reports des autres copains plus branchés par ce style.

@corky : merci pour toutes ces précisions.

GitanLOPEZ44
IP:109.28.49.101
Invité
Posté le: 01/09/2015 à 13h26 - (1102)
la critique est aisé mais l'art est difficile.
je suis un de ces épicurien qui aime a distraire un public de plus en plus enclin a la soif de spectacle et d'adrénaline.
Alors la mention "débiles profond" devrait certainement être révisée pour s'intituler "public assidu" pourquoi ?
1)LITTLE BIG a demandé au milieu du set "faites du bruiiiit" donc on a fait du bruit.
2)LITTLE BIG n'avait pas assez de budget pour les effets pyrotechnique, on leur a donc filé un coup de pouce.
3)Ceux que ça a dérangé n'on tout bonnement rien compris a l'esprit metal/débile qui fait l'âme du Motocultor et a eux je conseille de retourné écouté de l'électro en boite de nuit avec jean capuche et marie pouffiasse.
4)on est des génies du mal et vous avez forcément tors !!!! lalalalalalalala !!!!

Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 01/09/2015 à 14h52 - (1104)
C'est rigolo dis-donc.

Et si une personne, assise à ce moment là, se l'était pris sur la main ton joujou rigolo pour faire du bruit?

Ce serait assez metal comme attitude?

Je pose juste la question, histoire de voir si les prises de risque sont bien conscientes ou pas.

L'esprit metal/golmon, on peut l'apprécier avec des gens qui dansent comme des cons, qui se déguisent, mais pas avec des lâchés de pétards au hasard dans la foule.

Ça rappelle un peu les racailles qui foutent la merde lors d'une fête, tiens.

gruick80
IP:192.109.140.195
Invité
Posté le: 01/09/2015 à 19h31 - (1106)
Tout a fait d'accord avec toi "Velvet...", de plus pour moi, Little Big n'avait rien à faire içi. Si tu veux écouter de l'electro, tu va en boite ou en rave party mais pas dans un fest Métal

ankhou
Membre enregistré
Posté le: 01/09/2015 à 21h42 - (1107)
Bohhh Little Big c'etait sympa! Pour clôturer une première journée de Fest ça le fait. Apres faut pas en abuser mais 1 groupe ou 2 de ce style sur trois jours ça passe! Ca reste dans l'esprit "décalé" du Motoc.
Quant au TNT je n'suis pas trop pour sauf que si c'était moi qu'avais fait la connerie... je crois que je me serais bien marré!

xmaxx TOOTH
IP:86.71.100.28
Invité
Posté le: 02/09/2015 à 12h57 - (1109)
Se prendre un 'bang' de pétard qui explose pas loin de l'oreille, et t'as gagné ta journée de fest.

Faut vraiment être crétin pour faire ça, ou se croire drôle.

Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 02/09/2015 à 14h38 - (1110)
@ Ankhou : "Bohhh Little Big c'etait sympa! Pour clôturer une première journée de Fest ça le fait. Apres faut pas en abuser mais 1 groupe ou 2 de ce style sur trois jours ça passe! Ca reste dans l'esprit "décalé" du Motoc. "

Oui, voilà. Perso, ça ne m'a pas choqué et le publics a plutôt bien régi à la prestation des russes en plus de ça.

Et faut pas oublié qu'en 2011 le fest' avait programmé MC CIRCULAIRE tout de même.

Maxgrind
IP:78.122.6.150
Invité
Posté le: 03/10/2015 à 09h06 - (1150)
En 2011, y avait MC Circulaire le rappeur de ma contrée? T'y étais?

Il a dû faire Sodomie et le fameux tube ça vient de Vendée :)

Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 01/11/2015 à 20h10 - (1151)
Nah, je n'y étais pas mais je l'avais vu dans un report ;)

J'aurais bien aimé cependant!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker