- SLAYER + GOJIRA par PAMALACH - 3812 lectures
Le 27/05/2012 au Phare à Tournefeuille (31).



Alors que je roulais vers Tournefeuille et alors que je me trouvais aux portes de Toulouse, j'ai soudain réalisé que j'écoutais Slayer depuis que j'ai 15 ans. Cela fait donc maintenant presque 20 ans que le groupe m'accompagne.
J'ai découvert Slayer avec le clip de "Seasons in the Abyss". Immédiatement j'ai été charmé par cette étrange atmosphère qui sentait le soufre, le danger et le metal le plus brut.
J'ai rapidement remarqué la virtuosité du batteur, le surprenant charisme du chanteur/bassiste, sa voix incroyable et sa stature imposante. Et puis il y avait ces deux bouchers guitaristes qui faisaient hurler leurs instruments en leur tirant des sons semblant venus d'ailleurs. J'avais jamais écouté quelque chose de tel... et des années plus tard, après des heures et des heures à kiffer les tueurs, me voilà enfin face à eux.

J'aurais pu voir Slayer plusieurs fois, mais à chaque fois, quelque chose est parti en couille et je n'ai jamais pu les voir jouer en vrai. Vous imaginez ma joie quand j'ai appris qu'ils venaient chez moi, à la maison, dans cette bien jolie salle baptisée le Phare.
Depuis plusieurs jours, le metal boy se faisait à nouveau une place chez moi. J'ai réécouté tous leurs albums, j'ai re-regardé « Fans Rules » de « War at Warfield » (un pur régal) et progressivement l'excitation s'est mutée en impatience.

Devant la salle je retrouve des membres de ma famille, des potes du collège et du lycée. Je reconnais de bonnes vieilles ganaches sorties des heures les plus sombres du Bikini, des vieux musiciens locaux aux mines burinées, la jeune garde toulousaine, des papas venus voir les Tontons du Thrash et des puceaux venus toucher du doigt la légende.

A l'heure de rentrer dans la salle, je ne tiens plus en place. Je sens une électricité sauvage parcourir mon corps et ma gorge n'a qu'une hâte : s'essorer jusqu'au sang en hurlant les lyrics hautement vindicatifs des Slayer. Exit le mal au dos, la fatigue et les problèmes, ce soir les Daddys sont dans la place.

La prestation de GOJIRA était très bonne mais je ne vais pas m'étendre sur leur set bien que j'adore ce groupe. Je les ai déjà vus plein de fois et je dois dire que cette prestation était à placer en haut de ce que le groupe m'a donné à voir. Un grand groupe, de grandes chansons et un nouvel extrait qui laisse envisager le meilleur pour la suite. A noter aussi un son très bon... ce qui, je ne le savais pas encore, allait être LE « détail » qui a failli nous gâcher la soirée.

Le joli backdrop des Thrasheurs est en place, on trépigne et on n'attend plus que les maîtres... et c'est en apercevant la silhouette légendaire de Tom, Kerry, Dave et Gary (évidemment pas de Jeff à l'horizon) qu'un torrent d'applaudissements barbares s'est mis à résonner.
C'est avec « World painted Blood » que les Slayer ont décidé d'ouvrir le concert et dès les premières secondes... on a compris qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas.

J'ai déjà pu entendre des groupes jouer avec un son de merde, mais là, c'était horrible... et croyez bien que ce mot n'est pas trop fort. Chant ABSOLUMENT inaudible, batterie sonnant comme de la merde, guitares qu'on croirait sorties de chez Sum 41... et volume général incroyablement bas.
Consternation générale. Tout le monde se regarde interloqué : Qu'est-ce qui se passe bordel ?
Le groupe se déchaîne sur scène et semble « a burne », ce qui montre que de leur place, ils ne réalisent absolument pas ce qui est en train de se passer.
Le morceau progresse et pas un bras ne se lève. Les têtes vont d'une oreille à l'autre et on attend tous avec impatience que TOUT REVIENNE A LA NORMALE. Trop tard, le premier morceau est fini et c'est sous un déluge de sifflets que Slayer termine son premier morceau. Je suis maudit, c'est pas possible autrement.

Mais merde qu'est-ce qui se passe ? « Psychopathy Red » enclenche la seconde et le constat et sans appel, tout est toujours aussi nul. Je commence à avoir très peur et toute l'excitation commence à se muer en déception... l'amertume me submerge, la colère me prend, les nerfs me montent et j'ai envie de tout pêter.
Des doigts se lèvent, plusieurs avant-bras se croisent pour que le groupe s'arrête... leurs morceaux ne servent à rien... ils sont gâchés...
La farce fait de moins en moins rire le public qui commence à se manifester de plus en plus violemment. Le morceau se termine et à nouveau sifflets et hou hou virulents. Des verres de plastiques volent, une Vans décolle vers Kerry et c'est en prenant mon visage entre mes mains que je réalise que la fête va tourner court.
Lombardo, surpris par les sifflets, monte sur son tabouret pour chauffer la foule, Araya est incrédule et alors qu'il tente quelques mots au mirco, on peine à l'entendre.

Pour ma plus grande déception, c'est avec une voix de Mickey Mousse que j'entends Tom hurler « This is a song called... War Enseeeeeemble ». Cette phrase, c'est pour moi comme « We're Motorhead and we play Rock n' Roll », il faut l'avoir entendue en vrai une fois dans sa vie... et voilà, je ne sais quel connard vient de me la gâcher. Gojira a eu un bon son, pourquoi pas eux ?
Malgré toute la hargne du groupe, « War... » se perd sans agressivité dans les méandres du Phare... c'est la loose la plus totale. Merde, pas Slayer.

Un bon quart du public lève ses bras en croix « Arrêtez le massacre les mecs... pitié ». Soudain, la voix de Tom se fait entendre d'un coup sec et tout semble aller mieux... et c'est l'ensemble du Phare qui lève ses mains en hurlant comme pour dire « C'est pas trop tôt ! ». Le groupe a dû être surpris !
Malgré la joie que tout rentre dans l'ordre, c'est un peu tard : l'entame est gâchée... et il ne faudra pas trop d'un « Chemical Warfare » survitaminé pour que je rentre enfin dans l'ambiance et que les Américains puissent se saisir de leurs haches pour me pulvériser la tête.
Apparemment, quand le staff de Slayer est arrivé ils ont dit « OK, ce soir on joue à burne » ce à quoi le Staff du Phare aurait répondu « Ouais mais il y a un limiteur de son ici ». Pas de problème, Slayer fera sa balance comme d'hab' avec le son à la tèque. Et bien entendu, au moment de monter sur scène hop ! Un coup de limiteur et tout était niqué. J'en ai vraiment rien à foutre de savoir qui a fait quoi et à qui c'est la faute : LE début du concert pour lequel moi et mes potes on a payé est niqué. Putain mais vous pouviez pas vous entendre ? Y a pas une petite erreur de casting ? En faisant jouer Slayer ils s'attendaient à quoi ?
Bref, il faudra toute l'expérience des assassins pour mettre le feu et à l'image de la bonne humeur de Tom (qui ne cessera de nous railler, grand sourire aux lèvres, en faisant lui aussi le signe de la croix comme pour tout arrêter) la suite du show sera magique.





Ce qu'il y a de bien à mon âge, c'est qu'on est beaucoup moins concerné par ce que pense les autres que lorsqu'on a 15 ans. C'est donc en faisant n'importe quoi que je fêterai mon culte païen avec Slayer. Headbanging, pogo, sauts, danse de possédé, tout y passe. La set list est géniale, les hits sont là, quelques nouveautés s'entrechoquent avec des tueries comme « Spirit in black » (argh...) ou « Jesus Saves » (re argh...).
Pendant « Seasons in the Abyss » Tom fait mentir tous ceux qui disent qu'il est rincé. Très en voix, le hurleur nous gratifiera d'une très belle performance et ne s'économisera qu'à de rares moments... pour preuve de ce que j'avance, le cri au début d'« Angel of death » était juste parfait. Gray fait honneur à Jeff en jouant les titres à la perfection et en apportant sa touche à des soli follement endiablés. Kerry est tout simplement Kerry... avec son cou de taureau, ses chaînes qui doivent peser cinq ou six kilos et sa guitarounette d'un goût... d'un goût quoi.
Tom est impérial comme je le disais plus haut et Dave... Mon dieu mais putain ce mec...
A 47 ans, le batteur joue mieux que jamais. Sans déconner, il a survolé le concert, jouant cette musique si puissante avec cette facilité si déconcertante. Véritablement écœurant de talent, le Dave se permet tout ce qu'il veut... avec une classe incroyable. Qui peut rivaliser avec ce mec ? Personne ne lui arrive à la cheville. Le patron c'est lui.

Pendant « Dead Skin Mask », « Angel Of death », « South of heaven » et le final « Reign in blood », je me suis senti pris d'un élan mystique, pris en otage par la beauté de la musique. Comment vous dire à quel point Slayer m'a transporté ce soir ? Comment un néophyte peut comprendre qu'une chanson comme « Postmortem » puisse ne pas être un appel au meurtre mais une invitation à la transe ? C'est dur, vilain, Thrash et méchant... et c'est beau. En tout cas moi ça me plaît et c'est ça la musique que j'aime. Ça fait vingt ans que ça dure et ce soir, mes héros étaient chez moi. C'est peut-être pas évident à comprendre pour les mecs qui ont vu Slayer dix fois, qui habitent Paris et n'ont que l'embarras du choix niveau concert.
Mais bon, comme dirait l'autre, on se connecte hein ?



Une dernière petite croix moqueuse, basse en bandoulière, et c'est déjà l'heure pour Tom de nous dire au revoir. Et moi et mes vieux potes, on vous dit merci. Merci de jouer cette musique et merci d'être venus. Eh oui, personne peut test Slayer.
Ahuris sur le parvis du Phare, on est tous heureux d'avoir vu Slayer. Malgré un début chaotique, les Papas ont montré que leur groupe, Slayer, c'était pas de l'arnaque. On nous l'avait dit, et maintenant on le sait. On peut aller dormir tranquille, Slayer c'est pas du faux, c'est pas de la blague. « Nous sommes Slayer et nous ne craignons personne ! » ont-ils l'habitude de clamer. C'est pas de la vantardise, c'est juste la vérité. Merci.

Set list :

World Painted Blood
Psychopathy Red
War Ensemble
Die by the Sword/Chemical Warfare
Hate Worldwide
Postmortem
Spirit in Black
Mandatory Suicide
Altar of sacrifice
Jesus Saves
Seasons in the abyss
Epidemic
Dead Skin Mask
Snuff
Angel of Death
South of heaven
Reign in Blood


PS : Un mucho spécial gracias à Fabrice_a pour les vidéos !


Auteur
Commentaire
vsgreg
Membre enregistré
Posté le: 26/06/2012 à 14h09 - (1)
Super Report Pam
et avec les vidéos c'est terrible

vsgreg
Membre enregistré
Posté le: 26/06/2012 à 14h10 - (2)
J'ai oublié le



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker