- ABSU + IMPIETY + NECRONOMICON par SKAY - 1240 lectures
08/04/2012, Paris, le Glaz'art



Aaaah Pâques. Ses lapins, ses chocolats, son mort-vivant messianique, mais surtout ses concerts de black metal. Comme d'habitude chaque année, Garmonbozia nous régale de petites dates délicieusement sataniques dans cette période cul-bénie. Au programme de ce soir, un voyage autour du monde NECRONOMICON, IMPIETY et ABSU.



Après un petit retard sur le planning, c'est donc nos cousins de NECRONOMICON qui foulent les premiers la scène du Glaz'art. Apès une intro grandiloquente, le trio se retourne et balance son death metal assez brutal à la tronche du public encore clairsemé. Rappelant clairement NILE, BEHEMOTH ou encore HATE, les Québécois ont un show plutôt bien rodé. Les headbangs sont chronométrés et effectués en même temps entre le chanteur/guitariste et le (la ?) bassiste. J'avoue avoir eu très peur avec le premier morceau, avec ses samples et ses chants (cris) féminins samplés également, qui étaient bien trop en avant, mais ils brilleront par leur absence par la suite, ouf. Musicalement, le brutal death metal de nos cousins est assez classique, sans grande surprise. Par contre, l'exécution est carrée et efficace. Elle chauffera donc 2-3 nuques, sans pour autant déclencher le premier pit de la soirée. Il faut dire que le chanteur causait beaucoup entre les titres, vantant notamment les 25 ans d'existence du groupe, ou le nouvel album sorti il y a peu sur Napalm Records. 3 extraits seront d'ailleurs joués ce soir. Et comme d'habitude, j'ai toujours autant de mal avec l'accent chantant de nos cousins pendant des concerts de metal extrême. En tout cas, une première partie sympathique, qui a parfaitement accompagné la première bière.




Après une petite attente, dont une grande partie dans le noir, c'est au tour de IMPIETY de monter sur scène. Après l'intro classique de fusillade pendant la messe, la horde de Singapour démarre sur les chapeaux de roue avec un "Christfuckingchrist" de circonstance. L'ami Shyaithan tout de cuir, de clous et de balles vêtu est visiblement en forme, prêt à en découdre avec les forces du bien. Pendant 40 minutes, le trio balancera à la tronche d'un public chauffé à blanc son black metal primaire et bestial. Ce dernier répondra par un pit violent et des slams à gogo. Sur scène, oublié le mou du gland "Worshippers of the Seventh Tyranny", bienvenu à l'énervé "Revenge and Conquer". Le dernier album, présent furtivement sur le stand (putain, 20€, y'en a qui se font pas chier…) aura son lot d'extraits, trois pour être précis.

Autant de preuve que le groupe a retrouvé sa hargne et sa colère. Et de colère, il en est question, tant Shyaithan semble possédé par ses paroles et ses morceaux. Il harangue le public entre les morceaux, mais sans exagérer niveau communication (PS : non, c'est pas cool de dire merci entre les titres quand on s'appelle IMPIETY).

Derrière ses fûts, Disaster tape comme un forcené et se donne sans s'économiser. Seul Nizam Aziz, le guitariste, reste très statique, concentré sur son manche. De toute façon, les regards restent concentrés sur le meneur historique du trio, qui, de par sa stature, domine sa scène.

A noter une reprise du "Sacrifice" de vous-savez-qui, à 200 à l'heure, ultra efficace ! Après un set trop court, la fosse peut enfin se reposer en attendant ABSU, un repos du guerrier bien mérité après tant d'assauts. Fait soif non ?




Après un court break, trop court pour les énervés du pit, ABSU prend à son tour place sur la scène. Après les avoir vu en 2009 dans la même salle, j'ai eu le temps de m'intéresser un peu à ce groupe culte. Première différence, de quatre les Américains sont passés à 3, exit le second guitariste. Deuxième différence, Proscriptor arbore un magnifique bandeau à clous sur le front. Niveau musique, le groupe occupe la scène du Glaz'art pendant près d'une heure, suffisant pour couvrir tous ses albums. Derrière ses fûts, Proscriptor rend une copie encore une fois impeccable, assurant à la fois la batterie et un chant black nickel. Il prend également la parole entre les titres pour les annonces, qui posent d'emblée l'ambiance du morceau à venir. Devant lui, Ezezu (basse/chant) et Vis Crom (guitare) sont toujours de la partie, et occupent l'espace. J'ai l'impression qu'Ezezu a plus chanté que par le passé. En tout cas, les deux n'hésitent pas à headbanger dès que l'occasion se présente. Le groupe installe une aura occulte au fur et à mesure qu'avance le set, l'audience se laissant porter par leur Mythological Occult Metal. Il faut dire que la prestation est sans fausse note, et que le public semble porté par la puissance de la musique. ABSU en live se vit plus qu'il ne s'écoute ou se regarde. Le temps semble s'être arrêté pendant une heure, et le retour à la réalité est vraiment décevant. Un putain de set donc !



Au final, difficile de retenir un vainqueur entre ABSU et IMPIETY, les deux jouant dans une catégorie différente, mais tous deux maîtrisant leur sujet et dominant les concurrents. Le vrai perdant, c'est le lapin, qui a bien fait de ne pas se pointer, sous peine de finir en civet. Putain de soirée donc, oscillant entre la guerre et l'occultisme. Heureusement que lundi était chômé, il fallait bien ça pour se remettre de nos émotions.


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker