- HELMET + FIGHTING WITH FIRE par SEB ON FIRE - 1349 lectures
Le 30/03/2012 - Le Nouveau Casino - Paris.



Le soleil et les températures printanières étaient de sortie sur la capitale en vue d'accueillir HELMET venu donner, ce soir, un concert exceptionnel célébrant les vingt ans de la sortie de Meantime, leur meilleur album, qui, pour marquer le coup, sera, joué en intégralité. On comprend que l'astre lumineux se soit mis sur son trente et un pour voir ça lui aussi. Car, entendons nous bien, ce soir c'est une chance exceptionnel que nous offre le groupe. Sur papier, c'est l'un des concerts de l'année, maintenant c'est au groupe de confirmer. Mais vu leur incroyable prestation dix huit mois plus tôt à l'Elysée Montmartre, on n'a pas trop de doute là-dessus.



L'honneur d'accompagner le groupe sur cette date d'exception revient aux grands britons de FIGHTING WITH FIRE, groupe que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam avant ce soir 19h30. Les irlandais ouvriront le bal devant une assistance encore clairsemée. Je dirais, qu'à vue d'œil, le Nouveau Cas' était rempli à moitié. Paris oblige, la plupart des gens snobent les premières parties et se pointent pour la tête d'affiche. La date de ce soir ne fera pas figure d'exception. Faisant fi d'un accueil tout juste poli, FIGHTING WITH FIRE se donne à fond sur scène et envoie son rock plus couillu que la moyenne avec envie, plaisir et conviction. Je ne suis pas particulièrement friand du style pratiqué mais je ne me suis jamais ennuyé pendant la grosse demi heure de présence qui leur a été octroyée. Puisant ses influences du côté de Nirvana, Ghinzu et de leurs acolytes de la scène rock belge mixée avec une pointe de stoner, les gars se font plaisir en balancent leur morceaux avec une belle énergie. Par moments, leur musique présente quelques similitudes avec HELMET d'ailleurs. Blaguant entre les morceaux, le groupe irlandais au patronyme de combo thrash eighties, gagnera le respect d'une partie du public et repartira avec les honneurs d'avoir parfaitement rempli son rôle de groupe de première partie.



Maintenant fini de déconner, on attend les patrons de la soirée dans une salle pleine à craquer. Les balances laissent présager un son maousse. Il le sera. Mais avec, en plus, une clarté et une limpidité cristalline. Page Hamilton, t-shirt gris et pantalon noir, entre sur scène, salue le public en français et lance les premiers accords de « It's Easy To Get Bored ». Là, on a les mains moites et les fesses qui font bravo. Une bonne petite entrée avant le plat de résistance. Le line-up est identique à celui de leur dernier passage parisien à savoir Dan Beeman et se dégaine de coreux à la gratte, Dave Casse et sa bouille d'écossais à la basse et le sosie officiel de Sheamus, mais en brun, à la batterie : Kyle Stevenson. Le trio assure impeccablement, les petits jeunes n'ont pas à rougir de leurs glorieux prédécesseurs. Deux titres plus tard, le groupe chaud comme la braise, à l'instar du public, annonce ce que tout le monde voulait entendre. Ils vont maintenant jouer « Meantime » en intégralité mais…à l'envers. On débute par « Role Model » et on finira quarante minutes plus tard sur « In The Meantime ».



Page Hamilton dégouline de charisme, de présence et de classe, ça on le savait mais ses petits camarades de jeu ne sont pas en reste, assurant tout en technique et en précision des morceaux connus sur le bout du bout des doigts par toute l'assistance composée en grande partie de trentenaires et de quarantenaires. Ajoutant une bonne dose d'agressivité et de patate aux titres, le live leur offre une seconde jeunesse et on remarque qu'en vingt ans cet album, n'a pas pris une seule ride. Hamilton et Beeman construisent leurs murs de grattes pendant que derrière les futs Kyle Stevenson envoie le bois avec certes moins de touché que Stannier mais une frappe sèche et précise qui dicte le train. Hamilton, très en voix, s'impose comme le chef d'orchestre du groupe et mène ses acolytes avec une main de fer dans un gant de velours. On comprend l'influence parfois inconsciente qu'a pu avoir HELMET sur toute la scène metal des nineties et des années deux mille. Le groupe fait une pause au milieu de l'exécution de l'album et discute gentiment avec le public, Page Hamilton se moquant, à très juste titres d'ailleurs, des « spectateurs » partis téter leurs sucettes à cancer dans l'aquarium qui sert d'espace fumeur au Nouveau Casino. Non mais sérieusement comment peut on aller s'enfermer là dedans alors que sur scène HELMET va envoyer l'enchainement parfait « Unsung », « Give It », « Ironhead » et « In The Meantime » ? Mixant goove incroyable et lourdeur, le groupe donne le leçon et met la pâtée à tout le monde terminant le plat de résistance de la soirée sur un « In The Meantime » dantesque. A ce moment je ne sens déjà plus ma nuque et j'ai les cervicales en feu alors que Page enchaine et envoie le digestif avec « Speechless » et « FBLA » avant de quitter la scène dix minutes plus tard. Pour bien vite revenir sur l'enchainement « Wilma's Rainbow » et « Milquetoast ». Tout simplement magique. Nouveau départ de scène, le bon cette fois pense-t-on. Mais sous les vivas du public le groupe remonte sur scène, Page Hamilton en tête, et demande au public ce qu'il veut entendre. Dans un brouhaha de titres, « Pure » se détache et Hamilton se rappelant l'avoir joué sur le plateau de NPA seize ans auparavant, blaguant sur le fait que certains jeunes fans ont été bercés par leurs parents sur ce titre. « Pure » fait office de parfait dessert à cette soirée déjà fort riche mais, pas bégueule pour un sous, HELMET nous offre fait la surprise de jouer la fabuleux « Just Another Victim », duo avec House Of Pain tiré de la légendaire B.O de « Judgement Night ». Y'a pas à tortiller, le riff de ce morceau et le riff le plus cool de l'histoire de la musique. Ça ne se discute pas. Le cours est terminé, vous pouvez rentrer chez vous, vous ne verrez rien de mieux cette année. Puis, afin de vraiment justifier son statut de frontman le plus classe de la musique, Hamilton s'installe sur un coin de la scène et reçoit un à un les fans pour taper la discut', signer divers objets et se faire prendre en photos. C'est ça la classe, on l'a ou on ne l'a pas. Grand concert. Grand groupe. Grand monsieur.



Setlist HELMET
It's Easy To Get Bored
So Long

MEANTIME
Role Model
FBLA II
You Borrowed
Better
He Feels Bad
Turned Out
Unsung
Give It
Ironhead
In The Meantime

Speechless
FBLA
In Person
Welcome To Algiers
Wilma's Rainbow
Milquetoast
Exactly What You Wanted
Tic
Pure
Just Another Victim


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker