- ANATHEMA + BREAKLOSE par NAPALMUS - 1686 lectures
La Boule Noire, Paris 28.05.2004



Vous connaissez l'émission " Vis ma vie " sur TF1 ? Un concept d'échangisme professionnel très en vogue sur les écrans du PAF… Figurez vous que j'ai vécu ce type d'expérience le vendredi 28 mai, mais sans les caméras. Ça s'est fait un peu précipitamment et je n'ai malheureusement pas pu prévenir les équipes de Delarue. Heureusement, il me reste ce live report pour témoigner…
J'étais au courant depuis des semaines qu'ANATHEMA débutait sa tournée européenne par Paris, à la Boule Noire, une sympathique petite salle du quartier Pigalle. Seulement voilà, j'ai fait un peu le malin, du genre " à 17.60 euros la place à la Fnac, j'suis sûr qu'y a moyen de trouver moins cher ailleurs… ", et quand je me suis réveillé, c'était déjà sold out ! Dégoûté.

Heureusement, un ami chroniqueur — une star mondiale dont je tairai le nom pour ménager le suspense — déjà au courant de mon désarroi, me contacte par téléphone quelques jours avant la date fatidique. Il m'annonce :

— J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour toi, mon gars…
— Je t'écoute.
— Tu vas pouvoir aller au show d'ANATHEMA. Mais il faudra ensuite rédiger un live report pour VS.
— J'en conclu que c'est ta place que je prend là, j'me trompe ?
— Non. Effectivement, je ne pourrai pas m'y rendre. Je suis à Rolland-Garros toute la semaine. Je termine à 20 :00 et le concert débute à 19 :30. C'est un peu court… Et comme je les ai déjà vu, ce qui n'est pas ton cas, je me disais que c'était la bonne occase.
— Ok, bein écoute, d'accord ! C'est très cool, pas de souci de mon côté.

Voilà, tout s'arrangeait. J'allais quand même voir ANATHEMA, et gratos en plus !

Mon ami m'explique alors, qu'après qu'il ait passé deux ou trois coups de fil aux organisateurs, je n'aurai qu'à me pointer le soir à l'entrée, sous son nom. Je serai ainsi sur la liste de la maison de disques… La totale ! ANATHEMA, live, en invité VIP, sous l'identité de TontonVS — hé oui, c'est lui : le seul, l'unique, l'illustre !… Elle est pas belle, la vie ?!

20 :00. Les portes de la salle sont encore closes et une file d'attente impressionnante se dessine sur le trottoir du boulevard de Rochechouard. Pas de doute, c'est bien complet, et on n'est pas encore rentrés ! Alors je décide d'aller discuter avec quelques potes venus voir jouer Fantomas à l'Élysée Montmartre, à quelques pas de là. Blah blah blah, ça s'éternise et j'arrive à la bourre pour retirer ma place à la caisse. Classique…

Bon, maintenant, c'est du sérieux. Je me concentre, et je rentre dans mon personnage. Une véritable performance, à la Actor Studio : rétrécir d'une bonne quinzaine de centimètres, prendre quelques kilos (de muscles ?) et vieillir de quatre ans. Je vous épargne le bouc, les lunettes et la légère calvitie. J'ai bien étudié mon rôle, et me suis préparé aux diverses sollicitations dont est l'objet cette icône de la scène underground française et internationale de la musique extrême. J'ai lu aussi ses dernières chroniques, ses live reports. Celui de Mayhem à la Loco m'a notamment marqué. Preuve que quand l'homme est dans la place, ça ne passe pas inaperçu !

Je m'avance vers la fille à la caisse. " Thierry du webzine VS ". Pas de réaction. Elle regarde sur sa liste mais ne me trouve pas. Faut voir le type d'à côté, de la maison de disques. " Salut, je dois être sur la liste. Thierry du webzine VS… ". J'y suis. Il me tend un billet : " Bon concert "… Quoi, c'est tout ? Pas de courbettes, pas de tapis rouge ?… C'est parti pour être moins drôle que ce que je pensais.

Je descends les quelques marches et j'entre dans un sauna. Une chaleur moite et étouffante. Je me mets à penser aux groupes qui ont du passer dans cette salle l'été dernier, en pleine canicule… Le groupe de première partie, BREAKLOSE, entame son dernier titre, une reprise d'ANATHEMA. C'est bon enfant.

Les lumières se rallument pour une vingtaine de minutes, le temps pour les roadies de préparer la scène et une dernière vérification des réglages. Le temps également pour moi de me dire que soit mon déguisement est totalement foireux, soit je me suis fait un film sur la renommée de mon personnage. Elles sont passées où, les groupies ?…

ANATHEMA est sur scène. Le set débute sur "Closer". D'entrée, le groupe semble heureux d'être sur les planches, et le public est un public de fans. Le son est clair, agréable. Ce titre de "A Natural Disaster" offre en live un jeu de guitare incisif et direct mais montre un groupe plutôt tendu. Le trac, sûrement. Viennent ensuite "Pressure" et "Release", extraits de "A Fine Day To Exit". C'est très plaisant, mais bien que le public réagisse favorablement, l'intensité ne monte pas d'un cran. Même s'il nous offre quelques morceaux incontournables de la première époque, comme "Angelica" ou "A Dying Wish", ceux-ci sonnent plus rock. Retravaillés, épurés, aériens en comparaison de leur version originale, mais ovationnés comme il se doit. Les meilleurs moments ? Un superbe solo sur "Flying" et surtout les morceaux qui nous ont permis d'apprécier la magnifique voix de Lee Douglas. Notamment son final a capella sur "A Natural Disaster", très touchant. Après un premier rappel et une quinzaine de titres, les Cavanagh & co. nous gratifie de la petite reprise Floydienne, "Wish You Were Here".

Une bonne prestation, une bonne ambiance et un réel plaisir partagé par le groupe et son public. Mais ce concert me donne aussi un semblant d'explication sur la relative confidentialité de la musique d'ANATHEMA, alors que le potentiel du groupe me paraissait immense. Il manque ce supplément d'âme qui ferait de ce groupe un grand groupe.

Voilà. Cette chronique est un peu à l'image de ma soirée. Beaucoup de blah blah, on fait monter la sauce, on imagine le concert des jours avant, dans sa tête. Et puis on se rend vite compte qu'en fait, c'est sans plus… pas de quoi s'exciter. Quant à vivre la vie d'un "People de l'underground", c'est pas plus extraordinaire que ça.

Alors excusez moi pour ce live report d'une longueur Urielesque, surtout quand on s'aperçoit qu'il ne contient que 20 % de true live report ! J'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur, tout comme celui que l'on appelle aussi Joe dans certaines sphères du microcosme métallique. Sans rancune.


Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker