HATEBREED - Satisfaction Is The Death Of Desire (Victory) - 03/01/2015 @ 21h43
Ouf, les fêtes de fin d'années sont terminées ! Mort à 2014 ! Bienvenue à 2015 ! Pour de multiples raisons, je déteste cette période. Pourtant, c'est toujours à l'occasion de ces deux dernières semaines de l'année que je ressors frénétiquement tous les disques qui ont accompagné mon adolescence et forcément, la scène Hardcore de la fin des 90's y est particulièrement bien représenté.
Voici une excellente occasion de revenir sur le premier méfait discographique d'un groupe qui est très loin de faire l'unanimité dans la scène HxC : Hatebreed.

Nous sommes en 97, j'ai 17 ans : les cours m'emmerdent profondément, les profs me tapent sur les nerfs, mes « camarades » de classe me donnent des envies de meurtres sadiques, ma voix déraille, ma pilosité s'emballe de façon totalement anarchique... bref, je suis ado ! Y a pas à dire, c'est quand même bien foutu les hormones... et elles ne manquent pas d'humour !
Paradoxalement c'est une période où l'on est persuadé d'être un homme : le Punk, le Hardcore et le Métal sont des exutoires à la colère qui nous anime (alors contre qui ? Et pourquoi ? Ca, on n'en sait rien, mais hein ! bon!)

A l'époque le catalogue Overcome était ma bible. Impossible de taper le nom du groupe sur Youtube : les commandes se faisaient au gré des photos, des descriptions musicales improbables des boss du label et des logos offensifs des groupes.
Si les photos étaient en mode « Guerriers De La Nuit » genre « on croisse les bras et on fronce bien les sourcils en surjouant la violence froide et contenue ! »(le pitbull était en option!)...
Si la description Overcome ressemblait peu ou prou à du « Metallic and In Da Face Hatecore from N.J »(véridique!)
Si le nom et le logo du groupe était bien agressif genre... Hatebreed (ça tombe bien!), avec son lettrage gothique et ses deux masses d'armes entrecroisées...
Et si, et seulement si ces trois conditions « taux de testostérone maximal » étaient respectés... alors la commande pouvait être passée !
Bon, je schématise un poil, mais c'est plus ou moins comme ça que Satisfaction Is The Death Of Desire, 1er album d'Hatebreed, est arrivé dans ma boîte aux lettres.

Hatebreed se forme en 1994 à New Haven dans le Connecticut. Dès le départ, le leader est Jamey Jasta. C'est le chanteur qui donne l'impulsion et qui se bouge le fion pour faire exister Hatebreed sur la scène Hardcore U.S.
Après 3 démos et le Ep Under The Knife qui cartonne sur la scène underground, le groupe signe chez Victory, LE label Hardcore de référence de la fin des années 90.
Satisfaction Is The Death Of Desire sort en 1997 et rencontre rapidement le succès dans la scène HxC mais également dans la scène Métal (la groupe tournera avec Entombed, Napalm Death, Slayer entre autres...)
L'album est court (26mn), direct et ne s'embarrasse d'aucunes fioritures. A l'époque, les influences métal d'Hatebreed sont moins évidentes que sur les albums qui feront le succès du groupe dans les années 2000.
A la première écoute, Hatebreed m'évoquait Madball, en plus heavy et en plus sombre.
Une grande majorité des titres sont construits sur le même modèle : riff hardcore, tempos speed et diatribes colériques de Jasta suivi du traditionnel break annonciateur d'une mosh part brise-nuque.(Empty Promises, Burn The Lies, Driven By Suffering, Not One Truth...).
Des morceaux plus mid tempo (Before Dishonor, un titre toujours présent dans la play-list du groupe) ou plus lourd (Puritan) cassent la routine qui pourrait rapidement s'installer sur ce genre de disque.

Alors tout ceci n'est pas très fin, c'est certain, et il n'est ici nullement question d'innovation ou de génie. Hatebreed n'avaient (et n'ont toujours) aucune intention de réinventer la roue.
Mais voilà, il se trouve que pour ce genre de Hatecore puissant et direct, qui s'inspirera de plus en plus du Métal au fil de sa carrière, Hatebreed est clairement au dessus du lot et sait écrire des morceaux marquants, taillés pour la scène et pour atomiser un pit !

Alors certes, c'est con du cul ! C'est débile et primitif à souhait ! Mais franchement, ça fonctionne !
Ça fonctionnait quand j'étais un ado de 17 ans en colère contre la terre entière et vous savez quoi, ca fonctionne toujours !
Ça fonctionne car après une journée de boulot bien pénible à supporter la bêtise et l'ignorance crasse de vos collègues : leurs avis éclairés sur la politique ("tous pourris!"), l'immigration ("dehors les bougnouls!") et les chômeurs ("fainéants!")et leurs blagues pas drôles de Patrick Sébastien de sous-préfecture, ce disque vous sera salutaire. Quand vous le glisserez d'une main tremblante dans votre autoradio, il vous aidera à vous vider (un peu) la cervelle pour ne pas commettre l'irréparable !
Alors merci qui ? Merci Hatebreed !




Rédigé par : DaleNixon | 1997 | Nb de lectures : 1371


Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 04/01/2015 à 10h03 - (31523)
Bon, ben, voilà, une bonne petite chronique pour commencer l'année... merci... :)

TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 04/01/2015 à 14h13 - (31524)
Super kro pour un album qui m'était totalement inconnu jusqu'à maintenant...youtubé dans la foulée, c'est clair que c'est pas finaud mais ça tartine et ratiboise en profondeur !

Quant au catalogue Overcome, j'ai découvert par son biais des groupes géniaux qui me sont encore très chers aujourd'hui : RANCOR, DAY OF SUFFERING, LENGTH OF TIME, ARKANGEL...et rien que pour cela, j'en garde encore un souvenir ému.
Et j'ai toujours en tête les courtes descriptions de style type "Ultra caille hardcore" "La clakassass Holy terror" and co...

Finalement, les metalleux avaient leur catalogue Holy Records, et les coreux...Overcome :)



BazBaz
Membre enregistré
Posté le: 04/01/2015 à 18h20 - (31525)
Moi j'adore ce disque. Merci cette bonne chronique, mention spéciale pour la toute fin. J'ai bien ri.



DaleNixon
Membre enregistré
Posté le: 04/01/2015 à 18h32 - (31526)
Merci mec ! Et la fin de la chronique, c'est du vécu à 100 % !!!

Seb On Fire
Membre enregistré
Posté le: 05/01/2015 à 11h18 - (31527)
C'est con et pas fin certes, mais ce genre de hardcore n'a jamais eu besoin de jouer les intelligents pour convaincre.

Avec le temps c'est le disque de Hatebreed que je me repasse le plus souvent. Avec Perseverance.

AcKeR
Membre enregistré
Posté le: 07/01/2015 à 00h18 - (31528)
adi ! oui que de souvenirs. pour ma part, ecoute partagée avec dalenixon, je crois que nous avions acheté le cd ensemble, avec tout un tas d'autres commme on faisait a l'époque, tu dois avoir l'original et moi le gravé si mes souvenirs sont exacts'(ce qui a tendance a etre exceptionnel ces derniers temps (les souvenirs exats j'entends...) )
Selon moi un pilier de leur disco, que je ne possede pas entierement, mais un album qui a tourné et tourné aussi bien dans la chaine hifi avec tiroir 3cd dans ma chambre d'"ado que dans mon walkman ou apres mon autoradio cassette.
En effet aucune remise en question de la relativité générale ou bien de la théorie des cordes, encore moins de celle de la gravitation, celle ci étant indispensable pour assurer un headbang de bonne qualité, merci newton.
C'était bienj et ca fait longtemps que je l'ai pas éocouTÉ, voila une chronique qui va faire son boulot et me faire depoussierer ce cd (donc gravé puisqu'acheté à plusiuers) a supposer qUe je remette la main dessus. Il doit être dans le presentoir rotatif aux mille cd de HxC de ma piaule d'ado chez mes parents, dans un foutoir de classement experimental compromis par des ecoutes sauvages certains soirs de cuite....
On dira ce qu'on voudra, on a pas eu la chance de vivre les seventies. Nous on aura eu les 90's et le virage des autoprods, dont la qualité ne cessera d'augmenter jusqu'a aujourd'hui, et qui nous permis ce deferlement de'acouphenes dans nos desormais trentenaiers oreilles usées par les lampes....
(pour les batteurs: je sais que les lampes font de la lumieres et ont plutot tendances a user les yeux, mais il s'agit la d'une métaphore empruntantle terme lampe aux amplis dits a lampes, celle ci n'éclairant pas, mais emettant plutot des rayons radioactifs extrement dangereux, et surtout des decibels bcp plus puissatnts que les transistors de ces memes années 90 qui rendaient le matos accessible et sans aucune saveur.... il fallait bien debuter ! sans parler de regret, cette epoque me manque! !!!4
Un tres bon album, que je vais me faire un palisir de reecouter ;)




Dimechag
IP:194.206.149.25
Invité
Posté le: 15/01/2015 à 14h11 - (31532)
Putain TarGhost j'avais zappé ces groupes
LENGTH OF TIME, ARKANGEL et y avait DEVIATE aussi!

Vision Of Beuh
Membre enregistré
Posté le: 18/01/2015 à 20h27 - (31534)
Putain d'album même si je lui préfère Perseverence. Malheureusement, ce sont les deux seuls bons opus qu'ils ont fait. Mais cet album est excellent rien que pour "Last Breath"...



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker