MUNDANUS IMPERIUM - Ode to the Nightsky + The Spectral Spheres Coronation (Impure Creation/Nuclear Blast) - 03/11/2012 @ 21h01
Bienvenue à cette énième réunion des trentenaires anonymes. On en parle de façon récurrente dans cette section Remember, les 1ers samplers de mag nous ont permis de faire bon nombre de découvertes, des valeurs sûres aux stars en devenir, en passant par les étoiles filantes. Retour sur l'une d'elle qui brillait de mille feux à l'automne 1997: Mundanus Imperium. C'est grâce au somptueux Winds of Frozen Stars, placé sur le sampler d'un Hors Série référentiel de Hard Rock mag, que ce combo norvégien s'est fait remarquer en France. Visez le sommaire: Mayhem, Emperor, Enslaved, Marduk, Cradle of Filth, Dimmu Borgir, Dark Tranquillity, Misanthrope, Dismember et un dossier sur le death metal... oui rien que ça. C'est ce qui s'appelle être au bon endroit au bon moment. Hélas un business impitoyable associé à une guigne évidente conduiront ce groupe pourtant prometteur à splitter avant d'avoir tout à fait existé. Au programme de cette chronique, leur discographie qui se résume à leur formidable EP Ode to the Nightsky et leur unique album The Spectral Spheres Coronation.

Avant toute chose, un peu d'histoire. Le multi-instrumentiste Lars "Grond" Wiik et le claviériste Bent "Draug Hate" E. Holm fondent Daudmyr en 1994. Peu après Daudmyr devient Nattefall. La Demo Ode to the Nightsky parait en 1996, avec une illustration des 4 Cavaliers de l'Apocalypse issus des Révélations de St. Jean. Leur black metal symphonique, technique et raffiné attire l'attention d'une petite structure française, Impure Creation, responsable entre autre des 2 premiers albums des référentiels Blut aus Nord. A l'occasion de cette signature les Norvégiens décident de changer une 2ème et dernière fois de patronyme, préférant le moins galvaudé Mundanus Imperium. Le boulot d'Impure Creation (qui deviendra Velvet Music International peu après) a porté sur une ressortie d'Ode to the Nightsky en mars 1997, le tout enrobé dans un digipack illustrant la thématique de l'album: les phénomènes astraux. Qui dit petite structure dit pressage limité et promo généralement inexistante, les détenteurs du digipack mesurent leur chance car il a rapidement été épuisé.

En 3 titres Mundanus Imperium a réalisé le tour de force de gagner sa place au panthéon du black mélodique aux côtés des plus grands: Arcturus, Emperor, Limbonic Art, Summoning, ou encore le 1er Golden Dawn, la Demo de Quietus... Ça vous paraît excessif? Ecoutez donc ces 3 oeuvres d'art que seule une production limitée peut ternir. Porté sur la mélancolie et l'onirisme, leur metal symphonique et épique associe technicité et feeling à un niveau rarement atteint dans le black, le tout surplombé par des vocaux criards typiques de l'époque. Entre la qualité des mélodies proposées et l'interprétation, le duo norvégien nous en donne vraiment pour notre argent. La finesse du jeu de Lars Wiik à la batterie m'a marqué (dites non aux BAR si vous pouvez l'éviter), je ne compte plus le nombre d'écoutes en boucle du grandiose Winds of Frozen Stars. Les claviers de Bent E. Holm écrasent parfois un peu les guitares au mixage (notez un break acoustique à la fin de Ode to the Nightsky le morceau) mais dans l'ensemble c'est vraiment de la qualité supérieure. Ça fait 15 ans que je rêve d'un remasters ou mieux d'un réenregistrement avec orchestre... Argh...

La qualité de cet EP et le potentiel du groupe n'échappent pas aux labels, aussi quelques mois plus tard Mundanus Imperium rejoint LA grosse écurie metal: Nuclear Blast. Autre fait notable, le line-up du groupe est multiplié par 2. Si Lars Wiik conserve la mainmise sur les compositions et la section rythmique, il fait le choix judicieux de déléguer les guitares et le chant. Les guitares sont attribuées à un inconnu: Petter J. Thuve. Il en est de même pour le chant, à la différence près que le concerné ne va pas le rester bien longtemps... car il s'agit de Jørn Lande. Oui vous avez bien lu, c'est lui, l'héritier de David Coverdale (Whitesnake, ex-Deep Purple) et du regretté Ronnie James Dio, dont la popularité va exploser suite à ses participations à de très grands disques heavy/prog (Burn the Sun de Ark et The Devil's Hall of Fame de Beyond Twilight rien que pour l'année 2001 par exemple excusez du peu). Grâce aux moyens apportés par Nuclear Blast, le quatuor norvégien peut enfin passer à l'étape suivante, celle du 1er album. The Spectral Spheres Coronation témoigne de cette professionnalisation (visuel soigné, livret détaillé, picture-disc).

La lecture des crédits nous apprend que les compositions sont toujours le fait de Lars Wiik à l'exception de 2 titres. Le 1er, Starwars, est une composition des nouveaux arrivés (Lande/Thuve), qui a pour particularité d'avoir été mis en boite 7 mois plus tard. Le 2nd, Stargazer, n'est autre que le fameux classique de Rainbow issu du non moins classique album: Rising (1976). Chose étonnante les crédits oublient de mentionner ce 'détail'. Mais trêve de blabla, que donne la musique? 1ère réaction d'un ado attaché à l'extrême: rha les salauds c'est du heavy, je voulais du black... Passé la surprise initiale force est de constater que leur style n'a pas fondamentalement changé. Le chant de Jørn Lande et la production sont grandement responsables de cette fausse impression. Certes l'orientation heavy/prog est assumée avec les titres précités, mais la thématique et la patte Mundanus Imperium sont toujours là. Au final nous avons un album racé et moins homogène qu'il n'y paraît, se dévoilant 'progressivement'.

J'évoquais en début de chronique les qualités d'instrumentistes du duo originel. Lars Wiik nous propose un jeu plus dynamique tout en conservant son style raffiné si caractéristique. A noter une basse enfin audible grâce au mixage (The Unborn Breathes in Silence). Quant au claviériste Bent E. Holm, c'est lui qui tire le mieux profit des avantages de la production en proposant une palette nettement plus étendue (l'instrumental Beyond the Earthly). Quant aux derniers arrivés, ils sont loin de faire tapisserie. Petter J. Thuve fait cadeau au groupe de quelques soli bien sentis (Distant Conglomeration, The Unborn à nouveau) ainsi que de quelques riffs bien goutus (Starwars et bien sur Stargazer). Concernant Jørn Lande est-il vraiment utile de préciser que sa performance est exceptionnelle (le final de Predominate au hasard). L'absence de promo chez nous n'aura pas empéché The Spectral Spheres Coronation d'être nominé, en compagnie du Spiritual Black Dimension de Dimmu Borgir et du Nexus Polaris de Covenant, dans la catégorie meilleur album hard/metal des Norwegian Music Awards (remporté par Covenant).

Un début de carrière qui s'annonce pas mal du tout me direz vous. Hélas Mundanus Imperium va s'effondrer de façon inexpliquée, et plus grave, tous retourneront à l'anonymat, à l'exception de Jørn Lande qui partira en tournée avec Yngwie Malmsteen après avoir mis en boite le 1er album de Ark. Une fin prématurée pour un groupe qui méritait mieux, tellement mieux. Il était question à un moment donné qu'Adipocere reprenne en main le catalogue Impure/Velvet, mais le projet n'a pas abouti. Si un quelconque label (Mr SOM au hasard part II) pouvait se dévouer pour ressortir quelques unes de ces perles (Ode to the Nightsky ou Oniric Transition de Yyrkoon par exemple), je pense qu'il ferait de nombreux heureux. En tout cas Mundanus Imperium c'était vachement bien.


Rédigé par : forlorn | 1998 | Nb de lectures : 1507


Auteur
Commentaire
grozeil
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2012 à 11h21 - (28325)
"rha les salauds c'est du heavy, je voulais du black... ", ahaha, tu en étais là aussi???!! :D
Super disque, Jorn Lande fait des merveilles dessus. Incroyable que ce groupe n'ait pas fonctionné, y'avait un sacré potentiel.

mydrin
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2012 à 11h37 - (28327)
j'avais beaucoup aimé le 1er, et détesté le second :-)



korbendallas
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2012 à 13h19 - (28328)
@grozeil : j'en étais là aussi ... 3 titres de black qui figurent parmi les meilleurs de l'époque ... et après cet album ! Rhaa déception !
J'ai d'ailleurs toujours le 3 titres mais l'album est parti depuis bien longtemps !
Et ce 1er Golden Dawn ... c'était toute une époque quand même :)

panzerfaust
IP:81.13.190.195
Invité
Posté le: 04/11/2012 à 16h51 - (28330)
comme vous tous, le ep m'avait scotché à l'époque, c'était un son unique, nouveau, proche du premier wallachia. par contre quel choc puis déception à la sortie de l'album! sauf erreur je dois avoir 2 exemplaires du digipack, faudrait que je cherche et le mette le doublon sur egay :)

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2012 à 19h29 - (28334)
Enfin, j'ai surtout l'impression que je pense tout le contraire de vous tous : le disque black m'avait plu, mais j'ai surtout adhéré à ce premier album de heavy progressif, et j'ai pas l'impression que ce soit votre tasse de thé. Putain, cette reprise de Stargazer!



panzerfaust
IP:81.13.190.195
Invité
Posté le: 04/11/2012 à 19h40 - (28335)
bon faudrait que je redonne une chance à cet album, avec le recul sait-on jamais. le problème fut qu'on était loin d'être gavé de black sympho à l'époque, c'était des ambiances à la nighside eclipse qui faisaient tripper, et bcp moins le heavy/ovni progressif!

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2012 à 19h42 - (28336)
Ayant adoré l'EP, je m'attendais à un album dans la même veine. Je l'espérais. Imaginez Ode to the Nightsky, l'expérience et les moyens en plus, le tout sur un album complet. Ça aurait été ultime!

Je ne pouvais qu'être déçu sur le moment, mais passé la surprise initiale, j'ai donné sa chance à The Spectral Spheres Coronation qui est lui aussi fantastique. Si Jørn Lande en est le point d'orgue, il n'est pas le seul atout de cet album qui mérite l'écoute et la réécoute. Soyez curieux, et allez le tester sur le net.



Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2012 à 20h21 - (28337)
Pareil que les copains !
Plus qu'enthousiasmé par le mini écouté en boucle, et très échaudé par la suite...

Nem Vapeur
IP:92.137.238.49
Invité
Posté le: 04/11/2012 à 21h26 - (28338)
Ah nostalgie

Quand je réécoute ça et me rappelle cette époque, j'ai vraiment l'impression d'avoir été au bon endroit au bon moment.

Le son de batterie de l'EP est génial.
L'ensemble est hyper planant.


corbac
Membre enregistré
Posté le: 06/11/2012 à 15h03 - (28345)
Excellente chronique. Je m'y retrouve complètement. Et comme Forlorn, passé la surprise, The Spectral Spheres Coronation s'est révélé magnifique.

Pour l'ep, il doit exister deux versions digipack, car celle que je possède représente le logo du groupe sur fond noir.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker