MALIGNANT ETERNAL - Alarm (Napalm) - 09/06/2012 @ 21h43
Au cours des années 90s, le black metal va connaître une ascension fulgurante, passant de l'underground au feu des projecteurs, à la faveur des évènements survenus en Norvège en 1993 (meurtre d'Euronymous, incendies d'églises en bois, etc). De nombreux groupes vont prendre le train en marche et le genre va se diversifier de façon incroyable, au plus grand dépit des 'trves'. L'apparition de Metallian, des samplers et mon usage de la VPC Française (Adipocere et Holy surtout) vont me permettre de découvrir cet univers musical. Perdus dans la masse, les Norvégiens de Malignant Eternal passaient inaperçus, jusqu'à ce jour d'octobre 1999 où j'ai découvert leur 3ème opus sacré album du trimestre dans Metallian. Ce groupe semblait sortir de nulle part.

Torgrim Øyre (vocaux/guitares) et Brynjulv Guddal (batterie), les fondateurs de Malignant Eternal, sont ambitieux dès le départ. Choisissant l'autoproduction afin de conserver un contrôle total sur leur musique, il leur faudra 4 ans pour venir à bout de l'enregistrement de Tårnet. Sorti en 1995 leur 1er album avait en effet tout pour passer inaperçu: un visuel cliché (le manoir, la neige, les teintes bleutées, le logo ailé), une production dans la norme de l'époque, et un style stéréotypé (alternance de parties blastées et d'autres plus posées, passages de claviers, quelques guitares acoustiques et voix claires...). Les Norvégiens réalisent que ce n'est pas la bonne approche et acceptent l'offre de Hot records de rééditer l'album. Mais le manque de moyens (et de professionnalisme) du label incite le duo fondateur à passer son chemin, laissant le bassiste et le claviériste sur le bord de la route.

2 ans plus tard, Malignant Eternal a mûri. Le duo est devenu trio et le nouveau venu, Tom Stien, va apporter sa pierre à l'édifice. En charge de l'essentiel des guitares et des parties de basse, il va participer à la composition du 2ème album: Far Beneath the Sun. Sur le point de signer avec les Américains de Red Stream, les Norvégiens vont se raviser et accepter l'offre d'un label autrichien en pleine bourre: Napalm records (Abigor, Summoning...).
La métamorphose est en cours et un véritable gouffre sépare Far Beneath the Sun de son prédécesseur. Fini les atmosphères aussi inconsistantes qu'interminables, cette fois les Norvégiens se sont attachés à composer un album résolument moderne privilégiant avant tout les riffs. A la fois plus riches et compacts, les morceaux dévoilent un groupe puissant et déterminé, développant tour à tour des atmosphères épiques ou plus industrielles.

Doté d'une excellente production signée Terje Refsnes (qui sait produire autre chose que du gothic metal) et d'une promotion à la hauteur, Far Beneath the Sun va permettre à Malignant Eternal de franchir un cap mérité en terme de reconnaissance. 1998 année faste pour le groupe qui enregistre d'abord 20th Century Beast, un EP digipack, avant d'accueillir un 4ème membre permanent, Arve Isdal, bassiste live qui devient leur 2ème guitariste.
Mais cette année profite surtout à Torgrim Øyre qui adopte le pseudo T. Reaper (rapport au morceau d'ouverture de Far Beneath the Sun) et apparait sur différents albums. On le retrouve bassiste sur le Soulblight d'Obtained Enslavement et guest vocaliste sur le Destroyer de Gorgoroth. Malignant Eternal est sur la pente ascendante, mais je doute que ceux qui suivaient la progression des Norvégiens à l'époque aient pu prévoir la suite des évènements.

En cette fin de millénaire, les influences électro-indus étaient de plus en plus présentes dans la scène extrême. L'année 1999 témoigne de ce bouillonnement créatif et dans ce créneau plusieurs albums marquants sont sortis cette année là. Entre confirmations (Eternal de Samael, Animatronic de The Kovenant) et révélations (Cybersonic Superchrist de The Project Hate MCMXCIX) les amateurs de "metal extrême futuriste" avaient de quoi faire. Premiers signes visibles d'évolution marquée, le design cyber et la redistribution des cartes au sein du groupe.
En effet T. Reaper a décidé de se concentrer sur les vocaux tandis que le batteur Brynjulv Guddal, à l'instar d'un Xy de Samael, prend à son compte programmations, samples et claviers, soutenu dans sa démarche par Roy Ole Førland présent depuis Far Beneath the Sun et qui participe au processus de composition.

L'engouement suscité par Alarm est compréhensible. De l'hystérique Millenium Psycho au climax de fin de l'instrumental Enigma II, les idées abondent et font mouche. Chaque titre possède sa propre structure et regorge de trouvailles. Le groupe a bénéficié d'un équipement moderne et a composé en studio ça s'entend, ce qui ne nuit en rien à la puissance et à la dynamique de l'album. En effet sur Alarm une attention toute particulière a été portée aux rythmes. Si Samael mise sur l'emphase, Malignant Eternal privilégie l’agressivité. Et justement les guitaristes Tom Stien et Arve Isdal s'en donnent à coeur joie, leurs riffs syncopés cédant parfois la place à des soli de toute 1ère qualité (Omniania, Stained Sculptures, Beastwork). Certes la production est excellente, les riffs surpuissants, mais c'est l'inventivité et la richesse des arrangements présents tout au long de l'album qui font la différence. Franchement Alarm a tout pour plaire et de surcroit passe bien l'épreuve du temps.

Renommé M-Eternal, le groupe a joué quelques dates courant 2001 avec Ronny 'Ares' Hovland (Aeternus, Corona Borealis) à la basse, mais les Norvégiens ont bel et bien splitté dans l'indifférence la plus totale. Ça me fait un peu l'effet d'un acteur qui se briserait la nuque en loupant une marche au moment d'aller récupérer sa palme d'or.
Le gâchis quoi. D'autant plus que la plupart des zicos ont disparu de la circulation, T. Reaper y compris. Depuis Brynjulv Guddal s'est reconverti en technicien de studio et privilégie la musique électronique. Le seul à avoir su rebondir, c'est Arve Isdal désormais guitariste très prisé de la scène norvégienne. Sous le pseudo de Ice Dale il va devenir le soliste attitré d'Enslaved, développer ses propres projets (Audrey Horne, Bourbon Flame) et jouer les mercenaires aussi bien en studio qu'en live. Outre le fait de révéler un bon musicien, Malignant Eternal aura eu le mérite de composer au moins une tuerie. 1999 est une année faste pour le metal et regorge de grands crus, Alarm est l'un d'entre eux. Incontournable.


Rédigé par : forlorn | 1999 | Nb de lectures : 1369


Auteur
Commentaire
WhiteNoise
Membre enregistré
Posté le: 10/06/2012 à 01h10 - (27591)
Un album excellent que je ne cessais de me passer à l'epoque. Je ne l'ai pas écouté depuis des années puisque je ne le possède plus ( perdu :-( ). Leur premier " Tarnet" etait vraiment pas mal non plus...
En tous cas merci bcp de cette chronique.....



totoro
Invité
Posté le: 10/06/2012 à 01h22 - (27593)
Bien joué pour cette chro! Un bon album de Black indus dans une lignée The Kovenant pas dégueu effectivement. Millenium Psycho est excellente et le reste de l'album légèrement en-deça, mais bon, en 1999, un disque comme ça était assez inespéré. c'est vrai que Metallian, pour les petites découvertes sorties de nulle part, c'était le pied! Finalement, pour moi, ce disque, même si les créateurs n'ont rien à voir, me fait penser à un bon brouillon de ce que proposera Diablerie avec Seraphyde 6 ans plus tard.

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 10/06/2012 à 09h59 - (27600)
J'avais ce disque à l'époque, et personnellement, je le trouve assez... merdique. Je ne peux plus trop en parler maintenant, mais il semble me souvenir que c'était quand même assez cheap? Enfin, en tout cas, la chro est vraiment bien renseignée et rédigée.

Nekromantik
Membre enregistré
Posté le: 10/06/2012 à 12h12 - (27605)
Tu devrais le réécouter parce que cet album est tout sauf "cheap"!

Sinon bonne Kro Forlorn, le mcd du groupe vaut aussi son pesant de cacahuètes!



grozeil
Membre enregistré
Posté le: 10/06/2012 à 20h19 - (27618)
Oui, il va falloir, je pense.

Nem Vapeur
Invité
Posté le: 11/06/2012 à 14h40 - (27622)
grozeil+100

J'ai eu ce truc à l'époque de sa sortie, il a fini je sais pas où mais c'était pas terrible terrible:

RBD
Membre enregistré
Posté le: 23/12/2012 à 13h57 - (28661)
Metallian avait fait l'éloge de cet album à sa sortie, je me souviens. Et il y a longtemps je l'ai trouvé par hasard chez un disquaire d'occasion du quartier et acheté pour Robert Culat qui le cherchait. Je l'avais bien sûr écouté une paire de fois, trouvé sympa sans plus mais de toute manière je ne suis pas très fan de Black.

Par contre, je suis d'accord sur le fait que cet album annonce ce que proposera un peu plus tard Diablerie, en beaucoup mieux.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker