RAGE - XIII (GUN/BMG) - 02/06/2012 @ 21h27
J'ai longtemps fait l'impasse sur la scène heavy/speed allemande. Venu au metal à l'aube des 90s, j'ai d'abord focalisé sur les sorties US avant d'embrayer sur ce que la scène underground européenne avait à offrir. Vu par un néophyte, Rage semblait être un groupe de seconde zone, trop conservateur pour que j'y prête attention. Monumentale erreur. La sortie en 1996 de Lingua Mortis, enregistré dans une église en compagnie de l'orchestre symphonique de Prague (l'un des plus anciens d'Europe en activité) allait changer la donne. Je gardais cet album en tête, pensant l'écouter 'un de ces 4'. Mais le Holy Land d'Angra, les expérimentations de Therion et une tonne de sorties hallucinantes éclipsèrent Rage... jusqu'à ma découverte de From the Cradle to the Grave sur un sampler en 1998.
Réaction: Putain mais c'est excellent Rage en fait.

En 1998 Rage est déjà un vieux routard de la scène metal et a vécu plusieurs vies. Au temps le rappeler. De 1983 à 1986 le groupe existe sous le nom d'Avenger avant de changer pour Rage (sans parler de la formation de Mekong Delta). Fin 1987 le line-up de Rage se stabilise et adopte la formule du power-trio. Le bassiste-chanteur Peter 'Peavy' Wagner s'entoure du guitariste Manni Schmidt (futur Grave Digger) et du batteur grec Chris Efthimiadis (ex-Atlain) en remplacement de Jörg Michael (futur-ex un peu tout). Le départ de Manni Schmidt en 1993 scelle la fin de Rage 1ère époque. Une compilation sort l'année suivante, mettant également fin à leur contrat avec Noise records. En 10 ans Rage a enregistré 9 albums, plusieurs Demos et EPs, ainsi qu'une VHS contenant live et clips. Prolifiquement votre...

On a souvent reproché à Rage d'user la même recette, c'est légitime sachant que le groupe enchaînait album et tournée chaque année. Point faible pour certains, point fort pour d'autres, à chacun ses goûts et ses attentes. Rage n'a pas la versatilité d'un Atrocity, mais ils ont pour eux de peaufiner leur style et d'améliorer la formule à chaque essai. Le cadre est défini, mais Rage a bel et bien évolué en entrant dans les 90s. Leur heavy/speed aux sympathies thrash a mué vers un style 'power' plus riche et nuancé. Autre signe visible d'évolution, le recrutement de 2 guitaristes: Sven Fischer (ex-Pyracanda) et Spiros Efthimiadis (frère de Chris). Et ça n’est pas anodin, les instruments classiques font discrètement leur apparition dès l'album The Missing Link (1993).
Mais le meilleur reste à venir.

Lors de l'enregistrement du tonitruant Black in Mind en 1995, Rage rencontre le producteur et arrangeur Christian Wolff. Le courant passe, les idées fusent, et ce dernier devient leur 5ème homme, prenant en charge les orchestrations sur tous les albums qui suivront. L'année 1996 est déterminante. Au printemps sort donc le fameux Lingua Mortis. La production (le mixage surtout) est insuffisante mais le résultat est malgré tout convaincant. Enorme succès. Pour les besoins de la scène Christian Wolff se charge de réunir des musiciens de différents horizons (de l'étudiant au concertiste pro): le Lingua Mortis Orchestra est né. S'en suit une mini-tournée légendaire comprenant un passage remarqué au Dynamo puis au Metal Gods.

GUN souhaite remasteriser l'album Lingua Mortis en y rajoutant des bonus, dont une reprise (le Paint it Black des Rolling Stones qui finira sur XIII) mais le projet est abandonné. La raison? La sortie de l'excellent End of All Days à la rentrée 1996. A mon sens sorti trop tôt, dans l'ombre de son prédécesseur, il s'agit pourtant de leur 1er album totalement abouti et maîtrisé, doté d'une série de tubes partagés entre rythmiques puissantes et des mélodies aussi travaillées que mémorables. La production est enfin à la hauteur et Peavy s'est décidé à virer l'animal crevé qu'il avait dans la gorge et qui l'empêchait de chanter. Que du bon donc.

"Rage a enregistré 11 albums de heavy metal traditionnel si l'on excepte Lingua Mortis. (...) Il était temps de passer à autre chose! On était tous d'accord pour prendre le risque et assumer cette nouvelle image (...)
On se retrouve dans la position d'un groupe devant son 1er album.
"
Sven Fischer dans le n°38 de mai 1998 de Hard n' Heavy

En 1997, pour la première fois depuis sa fondation, Rage se fait discret. Le groupe travaille en effet sur l'album le plus ambitieux de sa carrière sobrement intitulé XIII (plus tard décrit comme leur Operation Mindcrime pas moins). Cette fois il n'est pas question d'adapter d'anciens titres mais bien de créer du neuf en osmose avec l'orchestre. Il faudra 1 an et demi aux Allemands pour mener ce projet à bien. 25 titres seront composés mais le groupe n'en conservera que la moitié. En tout 40 musiciens, sans compter les membres de Rage, ont participé à l'enregistrement, et si le travail de Christian Wolff se limitait à quelques arrangements sur End of All Days, son apport sur XIII est essentiel.

"Christian a composé certaines parties des titres et a écrit les lignes orchestrales en tenant compte de mes remarques. Il était le lien entre l'orchestre et nous car j'aurais été incapable d'écrire les partitions de chacun des musiciens. Il s'est également investi dans la production."
Peavy dans le n°34 de mai 1998 de Hard Rock mag

C'était casse-gueule mais pari réussi pour Rage qui a su tirer le meilleur de chacun pour proposer une oeuvre magistrale. Chaque instrument est à sa place, superbement mis en valeur par une production irréprochable. Sur XIII la finesse est certes de mise, mais si l'énergie n'est plus systématique, elle est mieux employée. Ce sont les contrastes qui font toute la saveur de cet album. Et puis des morceaux comme Sign of Heaven ou Over and Over ont quand même bien la patate et auraient très bien pu sortir sur End of All Days. Outre les progrès énormes de Peavy au chant (sa perf mémorable sur le refrain de From the Cradle to the Grave), on note un certain nombre d'innovations telles que des parties de guitares acoustiques (Incomplete), une basse plus présente que jamais et des ambiances inédites. Just Alone, avec son intro au didgeridoo et son solo de violon, illustre parfaitement cette volonté d'innover.

Sur XIII la musique est riche, vivante, l'énergie côtoie les mélodies, les différentes ambiances et humeurs se succèdent, c'est du grand art. Ce n'est pas seulement l'album le plus ambitieux de Rage c'est également sa plus grande réussite. Lingua Mortis a été un succès auprès des aficionados de la scène heavy, avec XIII le succès sera retentissant partout (même en France) touchant jusqu’aux néophytes. La discographie de Rage est particulièrement fournie et regorge d’excellents albums, mais si vous deviez n’en écouter qu’un (pour commencer) je vous conseillerais celui là.




Rédigé par : forlorn | 1998 | Nb de lectures : 1714


Auteur
Commentaire
Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 03/06/2012 à 10h36 - (27541)
Après 'End of all days', je trouve que le groupe n'a jamais su retrouver sa splendeur d'antan. Question de line-up, je pense.

evil
Membre enregistré
Posté le: 03/06/2012 à 16h35 - (27561)
Oeuvre magistrale, comme c'est indiqué dans cette excellente chronique, dommage que le groupe n'ait pas plus continué que ça dans cette orientation.



gardian666
Membre enregistré
Posté le: 03/06/2012 à 16h43 - (27562)
Comme je lui ai déjà dit en MP, kro très bien écrite, complète qui retrace parfaitement l'historique du groupe pour notamment comprendre l'approche de cet album.

Sur l'album en lui-même, pas grand chose à ajouter, j'aime beaucoup la trilogie 'Changes'.
Il y' a peut être juste la voix de Peavy qui je trouve n'est pas toujours à la hauteur (enfin je dis ça parce que aujourd'hui je trouve son chant meilleur, depuis 2002-2003 à peu près)




hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 20/06/2012 à 14h35 - (27653)
Excellent album, et le seul Rage que je possède d'ailleurs.



mydrin
Membre enregistré
Posté le: 04/08/2013 à 11h48 - (29666)
Merci pour la chronique, perso j'ai décroché après l'album "Trapped", çà donne envie de s'y remettre.

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 05/08/2013 à 14h01 - (29672)
Allez plus d'un an après je réponds à Morbid Tankard...

Le line-up de XIII est identique à celui d'End of All Days (superbe album lui aussi) et l'évolution de Rage est choisie, pas subie.

Lis ma kro, ou au moins ma citation de Sven Fischer, il ne peut pas être plus clair à ce sujet.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker